La Dernière

Papercup, le plaisir de se poser et de lire

Insolite Si vous êtes un véritable amoureux du livre et un inconditionnel de la lecture, une seule adresse à Mar Mikhaël réunit ces deux plaisirs.  L'endroit, qui vient d'ouvrir, s'appelle papercup*. Comprenez gobelet en carton. Comprenez papier et tasse à café. Ou le plaisir de lire, un café et des gâteries en option.
Carla Henoud | OLJ
11/06/2009
Elle est tombée dedans toute petite. Normal, Rania Gihad Naufal a très tôt remplacé les poupées par des livres et des magazines, contaminée par la passion familiale pour la lecture et le monde de l'édition. Son père est PDG de Levant Distributors et son grand-père Pierre n'est autre qu'un des frères et piliers de la librairie Antoine auprès d'Émile et du fondateur Antoine Naufal.
Dans cet endroit atypique qui a pignon sur la rue Pharaon à Mar Mikhaël, elle se sent et elle est comme un poisson dans l'eau. Tout, dans ce charmant « aquarium » ouvert à un public qui lui ressemble, l'inspire et la rend heureuse. La lumière reposante. Les livres à vendre, qu'elle a  choisis un à un. De beaux livres qui parlent aussi bien de mode, d'art, de design, de sport ou de gastronomie. Les magazines spécialisés, qu'elle est bien la seule à en connaître certains dans le pays. Les petits clins d'œil « pour se faire plaisir », cartes postales érotiques des années 20, belle papeterie, photos de nus artistiques, livres rares ou de collection, et enfin une section enfant dont une petite partie  est consacrée à Dar el-Ounboz. La musique légère, l'odeur du café et enfin le silence sucré dans lequel baigne l'ensemble.

Un retour heureux
Après des études en business qui en ont étonné plus d'un, dont elle, à l'American University of Paris, Rania Naufal s'installe aux États-Unis pour y savourer des années délicieusement enrichissantes à l'Université de New York. Retour à ses premières amours, elle y décrochera une maîtrise en édition.  Des cours le soir et, le jour, un stage, puis un poste d'assistante de la rédaction, au très célèbre magazine Zoetrope-All-Story fondé par Francis Ford Coppola. Elle quitte ce sanctuaire des nouvelles et histoires courtes pour rédiger sa thèse, se cherche en travaillant dans différents domaines liés à l'édition, avant de rentrer au Liban pour quelques semaines. « Je venais de perdre mon grand-père. J'ai eu le sentiment d'avoir raté beaucoup de choses. Mon père m'a demandé  de l'aider pendant quelques semaines. Je devais repartir pour Londres, mais il m'a retenue ! » Depuis, Rania Naufal, qui n'est jamais repartie, gère le portfolio presse de Levant Distributors. Soit 1 000 titres et un département qu'il a fallu moderniser et réorganiser, statistiques et chiffres de ventes à l'appui. Alors que les choses prennent une forme bien structurée, que la passion se dilue dans le confort d'un métier bien huilé, l'idée, qui l'effleure depuis 7 ans, revient un instant lui chatouiller le cœur. Celle de créer une revue de qualité.  « Mais le marché libanais n'est pas encore prêt pour ce genre de projet. Pas assez de lecteurs ni de publicités », dira-t-elle.

Un havre de paix
Alors, un matin, « c'est venu comme ça, j'ai su ce que je devais faire ! avoue-t-elle avec un sourire. J'ai souvent été frustrée de ne pas trouver tous les beaux livres  un peu pointus que je recherchais, ce qui est un peu normal, les librairies rengorgent d'ouvrages qui se demandent et se vendent à grande échelle. J'ai donc décidé d'utiliser le réseau familial qui existait déjà et de combler cette niche ». Elle se balade dans un quartier encore intact et brut qu'elle hante depuis 3 ans, où de nombreux jeunes qui ont le même profil commencent à converger. Elle découvre un local qui lui plaît, charge ses amis FaR Architects, les deux architectes Karine Fakhry et Diane Raggi, avec la complicité de Karim Chaya, de donner un visage à ce rêve. 45m2 où les livres et le lecteur sont des colocataires heureux
Ainsi naît papercup. Il prend forme avec une déco simple, une bibliothèque au mur, une échelle pour arriver aux étagères les plus élevées, deux tables et quelques chaises pour déguster un café ou un thé accompagné de petits gâteaux en lisant ou en travaillant. Et c'est le bonheur ! « L'idée aussi était d'offrir un service personnalisé, puisque je serais toujours sur place, de mettre en évidence certains titres, de permettre un accès à tout genre de livres qu'il serait possible de commander sans avoir à  payer des frais de transport. Et surtout, de se sentir chez soi, dans un cadre amical, simple et agréable. » Rania Naufal pense aussi utiliser ce lieu pour différentes activités, des signatures, des lectures. Mais elle a le temps.
Pour le moment, elle n'a qu'une seule envie : y passer des moments de qualité et les partager avec ceux qui sauront apprécier.  « C'est un endroit qui manquait et qui, certainement, me manquait à moi ! »

*L'ouverture aura lieu le samedi 13 juin de 18 heures à  21 heures.  Allez donc rôder dans le coin de la rue Pharaon à Mar Mikhaël, immeuble Agopian, près du théâtre Maroun Naccache. Papercup est ouvert les jours de semaine à partir de 12 heures 30 et jusqu'à 20 heures, et les samedis, de 11 heures à 19 heures. Suivez l'enseigne, l'odeur du café, votre envie de lire, et vous tomberez sur ce charmant endroit, que vous n'aurez plus envie de quitter. 

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué