Actualités

Salon du livre Musso, raconteur d’histoires Carla HENOUD

CHRONOLOGIE
25/10/2008
Il vient du Sud, il en a le sourire et la douceur. Avec ses deux derniers romans, Guillaume Mussot s’est classé au dixième rang des meilleures ventes de l’année dernière. Sa recette : des livres simples et prenants. Il fait partie de cette jeune génération d’auteurs qui cartonnent au box-office. Ses romans, traduits en 22 langues, un brillant mélange de suspense et de science-fiction, se savourent comme des films d’action à la fois légers et agréables. Guillaume Musso, 33 ans, met en scène, avec une parfaite maîtrise du rythme, personnages et mots, actions et verbes, les plaçant très vite dans un lieu, une situation, un présent et un passé. Le suspense, soutenu en permanence par des événements inattendus, réussit à garder en haleine un lecteur devenu fidèle à ses délicieux pièges. Après un premier roman, Skidamarink, paru en 2000, vendu à… 1 000 exemplaires, et devenu depuis un livre culte, Musso a été propulsé au-devant de la scène littéraire avec Et après (2004), qui sera vendu à… 1 million d’exemplaires. Sauve-moi (2005), Seras-tu là ? (2006), Parce que je t’aime (2007) connaîtront également un heureux sort. Écrit dans la même veine et les mêmes thèmes de la seconde chance, de la fragilité de la vie, de la mort, du « et si… », d’un possible retour en arrière récurrent chez l’auteur, marqué par un accident de voiture il y a dix ans. Je reviens te chercher raconte l’histoire d’un homme qui « a 24 heures, durant lesquelles il a tout perdu, pour réparer les grandes erreurs de sa vie, découvrir l’identité de son criminel, sauver sa vie et reconquérir la femme qu’il aime ». « Ce qui nous arrive est-il écrit quelque part ? Avons-nous la capacité de changer les choses ? » demande-t-il à travers un thriller qui se lit comme une enquête fluide dont les révélations se dévoilent au fil des pages. « J’aime New York, où se situe l’action. C’est une île où il peut se passer le pire drame et la plus belle histoire d’amour. Une ville résiliente qui peut se reconstruire après une tragédie, un peu comme Beyrouth… ». Une simplicité très travaillée « J’assume pleinement le côté littérature populaire de mes livres que je veux ludiques et divertissants, confie Musso, avec un enthousiasme sincère. J’ai été élevé avec Tolstoï, mais aussi les films d’horreur, de science-fiction et les séries télévisées. C’est un peu comme les Mille et une nuits, ou les histoires pour enfants, à suivre. J’écris pour les 14 à 90 ans, avec un découpage scénaristique, mais mes livres ne sont pas des scénarios. Ils sont limpides, simples, tout en étant précis, sans renoncer à la nuance. C’est un gros travail de faire simple ! » Je reviens te chercher, titre interactif, comme tous les autres, sur un air de Bécaud, suscite le même intérêt, en dépit de thèmes « finalement graves : le deuil, la mort, le regret, la perte de l’amour ou la vieillesse. J’ai cette angoisse, poursuit-il avec un sourire désarmant, de ne pas savoir si je vis ma vie comme je devrais la vivre… » Pour le moment, le bilan est bon ! Les droits cinématographiques de Seras-tu là ont été rachetés. Et après, réalisé par Gilles Bourdos, avec John Malkovitch, Évangeline Lily et Romain Duris sort en France en janvier 2009. Et après ? Le phénomène Musso est parti pour durer. * L’auteur présentera son roman à l’Agora, ujourd’hui samedi 25 octobre à 18 heures. La signature aura lieu à 19 heures au stand de la Librairie Antoine.

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants