Rechercher
Rechercher

Actualités - CHRONOLOGIE

La Résidence des Pins solennellement rouverte en présence de tout le Liban officiel et mondain (photo)

L’un des symboles du Grand-Liban, la Résidence des Pins, a été solennellement rouverte samedi soir par le président Jacques Chirac, après une fermeture forcée de 16 ans, suite aux dégâts importants provoqués au bâtiment lors de l’opération israélienne de 1982. Toute la République, sans exception, a fait le déplacement pour s’associer à cette réouverture intervenue au terme de longs travaux de restauration entamés à la demande personnelle du président Chirac, après son accession à la présidence de la République française. Au premier rang des 4000 invités qui se sont rassemblés dans le grand jardin de la Résidence des Pins, avaient pris place le président Elias Hraoui, le chef du Législatif Nabih Berry, le chef du gouvernement Rafic Hariri, de nombreux ministres et députés, tous les chefs spirituels des différentes communautés libanaises, des dignitaires religieux, ainsi qu’une foule de personnalités politiques, diplomatiques, sociales et économiques, sans compter les membres de la communauté française établis au Liban. Ces grandes retrouvailles nationales aux côtés — et à l’invitation — du président Chirac et de son épouse ont revêtu dans les circonstances présentes une valeur de symbole en raison précisément du rôle qu’a occupé la Résidence des Pins dans la proclamation du Grand Liban. C’est du perron de ce palais de style ottoman que le Haut-Commissaire français, le général Henri Gouraud, annonçait le 1er septembre 1920 la création du Liban moderne. Comme pour réitérer cet acte de foi en un Liban uni, la France a rassemblé samedi soir devant le grand portail de la Résidence non seulement tous les hauts responsables officiels, mais également le patriarche maronite, le patriarche grec-catholique, le patriarche arménien-catholique, le mufti de la République, le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Akl druze, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth ainsi que les hauts dignitaires des autres communautés libanaises. Une faille d’ordre protocolaire a incité cependant le président du CSC, cheikh Mohammed Mehdi Chamseddine, à se retirer de la cérémonie mais non sans avoir conféré auparavant avec le président Chirac. Après avoir prononcé devant ses convives un discours qui a été longuement applaudi par les responsables officiels et par l’assistance, le président Chirac s’est livré à un bain de foule dans les jardins de la Résidence, saluant chaleureusement de nombreux invités qui ont tenu à tendre la main au président français et à échanger avec lui quelques mots sur l’amitié ancestrale qui lie la France au Liban.

L’un des symboles du Grand-Liban, la Résidence des Pins, a été solennellement rouverte samedi soir par le président Jacques Chirac, après une fermeture forcée de 16 ans, suite aux dégâts importants provoqués au bâtiment lors de l’opération israélienne de 1982. Toute la République, sans exception, a fait le déplacement pour s’associer à cette réouverture intervenue au terme...