Rechercher
Rechercher

Culture - Liban

Insurrection au conservatoire : le ministre de la Culture gèle les décisions de Hiba Kawas

Trois membres du conseil d’administration du conservatoire ont présenté leur démission au ministre de tutelle Mohammad Mortada.

Insurrection au conservatoire : le ministre de la Culture gèle les décisions de Hiba Kawas

La façade du Conservatoire national de musique à Beyrouth. Photo DR

L’annonce a eu l’effet d’une (petite) bombe dans le (petit) monde de la grande musique au Liban. Le ministre sortant de la Culture, Mohammad Mortada, a émis un arrêté d’invalidation des décisions de la directrice par intérim du Conservatoire national de musique, Hiba Kawas. Et cela « afin de mettre fin à ses pratiques vexatoires et unilatérales », selon les termes mêmes du communiqué publié dimanche par son bureau de presse.

Cet arrêté ministériel intervient suite à la décision de la compositrice et soprano, à la tête depuis mai 2022 de l’établissement national, « d’organiser à Beyrouth les examens de musique d’ensemble, les examens d’instruments et les examens de théorie musicale pour les étudiants en quatrième année des différentes branches régionales du conservatoire. Alors que ces épreuves auraient dû être organisées dans les régions, en tenant compte des conditions de sécurité et des contraintes économiques auxquelles les étudiants et leurs familles sont soumis », indique le texte du communiqué. Qui précise que « le ministre Mortada considère que cette décision de Mme Kawas est en contradiction avec les directives du gouvernement pour ce qui a trait aux examens officiels, dans les circonstances que traverse actuellement le pays ». La directrice du conservatoire ayant pris sa décision sans en référer au conseil d’administration du conservatoire, dont elle est censée obtenir l’aval, ni au ministère de la Culture qui est son autorité de tutelle, Mohammad Mortada a donc décidé de « l’annuler ainsi que toutes celles qu’elle a précédemment prises de manière unilatérale et non conformes aux procédures légales », toujours selon le communiqué.

Hiba Kawas fait face à une nouvelle vague de contestation au sein du Conservatoire national. Photo DR

La décision d'annulation  a été prise par le ministre suite aux nombreuses plaintes relatives à une supposée mauvaise gestion de Hiba Kawas. Mais aussi et surtout dans la foulée des démissions que lui ont été adressées jeudi dernier (le 13 juin) par trois membres du conseil d’administration de l’institution musicale nationale, à savoir l’ex-directeur par intérim du Conservatoire national de musique au Liban Walid Moussallem, le compositeur et chef d’orchestre Abdo Mounzer et l’oboïste Maryam Ghandour. Auxquels pourrait très vraisemblablement se joindre un quatrième membre...

Mauvaise gestion

« Il y a eu une accumulation de mauvaises gestions de la part de Hiba Kawas qui a mené à un ras-le-bol », indique à L’Orient-Le Jour Walid Moussallem, qui a évoqué à mots couverts certains abus de la directrice p.i. du conservatoire ainsi que son autoritarisme, notamment « les restrictions de liberté qu’elle a imposées aux professeurs du conservatoire ». Ce qui aurait mené, simultanément avec la situation économique du pays, au départ de plus d’une soixantaine d’entre eux… « Certains sont partis poursuivre leur vie ailleurs, mais d’autres, qui sont restés au Liban, ont quitté en raison des décisions infondées de Mme Kawas », avance-t-il.

Lire aussi

Face à une vague de contestation, Hiba al-Kawas affirme sa position

La démission de trois (voire quatre) des six membres au total du conseil d’administration en signe de protestation contre « la politique fantaisiste et individualiste menée de manière contraire aux règles et aux lois en vigueur par la directrice par intérim » (selon les propos des démissionnaires), risque-t-elle de paralyser totalement les activités du conservatoire ?

« Les activités quotidiennes peuvent continuer, mais aucune décision ne pourra plus être prise. Il faut agir très rapidement. C’est pourquoi, nous allons demander au ministre de la Culture de faire les changements nécessaires à la tête du conservatoire », indique Walid Moussallem.

Contacté par L’Orient-Le Jour, le ministre Mortada a assuré pour sa part avoir rendez-vous aujourd’hui mercredi 19 juin avec les membres démissionnaires du conseil d’administration de l’institution pour tenter de les faire revenir sur leur décision. Quant à Hiba Kawas, elle n’a pas répondu à nos appels. Affaire à suivre…

L’annonce a eu l’effet d’une (petite) bombe dans le (petit) monde de la grande musique au Liban. Le ministre sortant de la Culture, Mohammad Mortada, a émis un arrêté d’invalidation des décisions de la directrice par intérim du Conservatoire national de musique, Hiba Kawas. Et cela « afin de mettre fin à ses pratiques vexatoires et unilatérales », selon les termes mêmes du...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut