Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Le Drian V : là où ça bloque

La mission de l’émissaire français s’est achevée jeudi sans véritable percée. L’explication se trouve essentiellement chez le tandem chiite.

Le Drian V : là où ça bloque

L’émissaire français pour le Liban, Jean-Yves Le Drian, et le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, à Haret Hreik, le 29 mai 2024. Mohammad Azakir/Reuters

« Aidez-nous à vous aider, bon sang ! » Cette formule choc de Jean-Yves Le Drian prononcée en juillet 2020 devant le Sénat est encore gravée dans la mémoire politique des Libanais. À l’époque, l’intéressé était encore ministre des Affaires étrangères d’une France qui tentait d’aider un Liban plombé par une crise financière inédite. Quatre ans plus tard, ce cri d’alarme semble être d’une actualité brûlante. Non seulement parce qu’il résume l’état d’esprit du même Jean-Yves Le Drian, devenu émissaire spécial de l’Élysée pour le Liban, chargé de contribuer à un déblocage de la présidentielle. Mais aussi – et surtout – parce que les protagonistes libanais n’ont toujours pas tiré la leçon et continuent de manquer à leur devoir, notamment pour ce qui est de l’élection d’un président de la République dans un contexte régional explosif.

Tout le monde en convient : la cinquième visite de M. Le Drian au Liban depuis sa nomination à son nouveau poste n’a pas abouti à la percée significative espérée en matière de présidentielle. Cela doit-il conduire à remettre en question tout le bilan de l’ex-chef de la diplomatie française ? Pas vraiment. Car l’émissaire d’Emmanuel Macron a (largement) contribué à faire avaler à l’écrasante majorité des protagonistes la pilule de l’élection d’une figure de troisième voie. Il est même parvenu à obtenir du président de la Chambre, Nabih Berry, une petite concession… quoique de pure forme. Devant l’ancien chef de la diplomatie française, le patron de la Chambre a dit accepter de renoncer à son « dialogue national élargi » et de passer à des consultations limitées dans le temps et dans l’espace, tel que voulu par le Quintette impliqué dans le dossier libanais (États-Unis, France, Arabie saoudite, Égypte, Qatar). Mais personne ne se fait d’illusions. L’homme qui ne rate aucune occasion de s’affirmer comme l’inévitable élément-clé de toute solution n’a fait ce petit pas en arrière que pour mieux affermir la position de son camp, principal responsable du blocage.

Car plus de 18 mois après l’expiration du mandat de Michel Aoun (le 31 octobre 2022), le tandem chiite Hezbollah-Amal s’obstine : pas de président sans son feu vert et pas de figure de troisième voie. En attendant, les protagonistes locaux ont toute la liberté de s’amuser à se disputer autour des petites nuances générées par des termes tels que « dialogue », « consultations ou encore « concertations ». 

Lire aussi

Tournée de Le Drian : l’opposition met Nabih Berry à l’épreuve

Le duo chiite, notamment le Hezbollah, a donc tracé les limites de l’action du groupe des Cinq, et donc de M. Le Drian lui-même. C’est ce qui explique le fait que Nabih Berry, qui ne veut pas s’incliner face à la communauté internationale, s’est empressé de faire croire à tout le monde que le fameux communiqué publié le 16 mai dernier par les ambassadeurs du Quintette rejoignait son discours axé sur « le dialogue et les consultations », dans l’espoir de pousser les composantes de l’opposition à accepter de suivre un chemin éloigné de la Constitution. Celle-ci détaille pourtant le mécanisme à suivre pour doter le pays d’un président. Mais Nabih Berry ne l’entend pas de cette oreille. C’est sur la base de sa conception du système politique qu’il compte faire élire un président. Or cette conception se résume en deux mots : entente élargie. D’où son insistance à tenir des séances électorales (au lieu d’une seule), revenant à chaque fois au « premier » tour de vote à l’issue duquel tout candidat a besoin de 86 voix (les deux tiers de la Chambre) pour être élu, alors que, lors des suivants, la majorité absolue suffirait. Or la majorité des deux tiers exigée pour le premier tour peut difficilement être atteinte sans entente préalable.

Lors de sa rencontre avec Jean-Yves Le Drian, mercredi, le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, l’a d’ailleurs à nouveau rappelé : Pas question pour son parti d’accepter une sortie de la logique consensuelle instaurée dans ce pays depuis des années. 

Quoi qu’il en soit, quelques heures seulement après la fin du séjour de l’émissaire français (qui avait appelé à « oublier le terme dialogue »), les berrystes sont revenus à la charge affirmant que toute solution passe par… le dialogue. De quoi donner l’impression que la balle est désormais dans le camp de l’opposition à qui on n’en finit pas de demander concessions et sacrifices, alors que le Hezbollah ne veut rien entendre et s’accroche à son candidat à la présidentielle, Sleiman Frangié. Au point de risquer de creuser encore davantage le fossé avec son (ex- ?) allié Gebran Bassil qui ne mâche plus ses mots contre le Hezb, accusé par le Courant patriotique libre de lui faire des infidélités en matière de présidentielle et de mettre à mauvais escient le Liban dans une situation périlleuse à la frontière sud. 


Pour mémoire

Mis au pied du mur, Berry tente de relancer son initiative

« Aidez-nous à vous aider, bon sang ! » Cette formule choc de Jean-Yves Le Drian prononcée en juillet 2020 devant le Sénat est encore gravée dans la mémoire politique des Libanais. À l’époque, l’intéressé était encore ministre des Affaires étrangères d’une France qui tentait d’aider un Liban plombé par une crise financière inédite. Quatre ans plus tard, ce cri...
commentaires (14)

CORRIGE ! - TA TACHE, LEDRIAN, SERA DONC ETERNELLE, - ET LES TRISTES SECOURS, - QUE T,OFFRIT DU QUINTETE UNE HYBRIDE TUTELLE, - SONT-ILS BLOQUES TOUJOURS ? - LE MALHEUR DE TON ZELE A COEUR OUVERT RENDU, - REFUSE SANS DEBATS, - PAR L,ADVERSAIRE ET PAR L,ENTURBANE BARBU, - NE TE BLESSE-T-IL PAS ? - JE SAIS DE QUELLE FOI TA DEMARCHE ETAIT PLEINE, - ET N,AI PAS ENTREPRIS, - INJURIEUSE EXPRESSION, DE VIVIFIER TA PEINE, - POUR GAGNER QUELQUE PRIX. - TON BUT POUR LE LIBAN FUT UNE BELLE CHOSE. - MAIS LE TRAITRE DESTIN, - NE PERMET A L,ESPOIR, COMME A LA BELLE ROSE, - DE VIVRE QU,UN MATIN.

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

11 h 45, le 03 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • CORRIGE ! - TA TACHE, LEDRIAN, SERA DONC ETERNELLE, - ET LES TRISTES SECOURS, - QUE T,OFFRIT DU QUINTETE UNE HYBRIDE TUTELLE, - SONT-ILS BLOQUES TOUJOURS ? - LE MALHEUR DE TON ZELE A COEUR OUVERT RENDU, - REFUSE SANS DEBATS, - PAR L,ADVERSAIRE ET PAR L,ENTURBANE BARBU, - NE TE BLESSE-T-IL PAS ? - JE SAIS DE QUELLE FOI TA DEMARCHE ETAIT PLEINE, - ET N,AI PAS ENTREPRIS, - INJURIEUSE EXPRESSION, DE VIVIFIER TA PEINE, - POUR GAGNER QUELQUE PRIX. - TON BUT POUR LE LIBAN FUT UNE BELLE CHOSE. - MAIS LE TRAITRE DESTIN, - NE PERMET A L,ESPOIR, COMME A LA BELLE ROSE, - DE VIVRE QU,UN MATIN.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    11 h 45, le 03 juin 2024

  • - TA LABEUR, LEDRIAN, SERA DONC ETERNELLE, - ET TES TRISTES SECOURS, - QUE T,OFFRIT DU QUINTETE UNE HYBRIDE TUTELLE, - FURENT BLOQUES TOUJOURS. - LE MALHEUR DE TON ZELE A COEUR OUVERT RENDU, - REFUSE SANS DEBATS, - PAR L,ADVERSAIRE ET PAR L,ENTURBANE BARBU, - NE TE BLESSE-T-IL PAS ? - JE SAIS DE QUELLE FOI TA DEMARCHE ETAIT PLEINE, - ET N,AI PAS ENTREPRIS, - INJURIEUSE EXPRESSION, DE VIVIFIER TA PEINE, - POUR GAGNER QUELQUE PRIX. - TON BUT POUR LE LIBAN FUT UNE BELLE CHOSE. - MAIS LE TRAITRE DESTIN, - NE PERMET A L,ESPOIR, COMME A LA BELLE ROSE, - DE VIVRE QU,UN MATIN. -

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    10 h 37, le 03 juin 2024

  • Moi je les aurai planté depuis longtemps en leur disant de se débrouiller tout seul ! Quelle énergie dépensée pour rien ! Lamentable ‘

    de Rivoyre Jérôme

    08 h 48, le 03 juin 2024

  • - PUISQUE VOUS SAVEZ QUI SONT L,OBSTACLE, - POURQUOI LE CENACLE APRES CENACLE ? - VOUS SAVIEZ TOUJOURS QU,ILS SONT L,OBSTACLE. - ATTENDEZ-VOUS VRAIMENT UN MIRACLE, - QU,IL EN SORT DES TURBANS UN ORACLE, - PAR TOUS LES LIBANAIS PERCEPTABLE, - ET QUI PRECHERAIT AVEC SPECTACLE, - QUE LE MAITRE PERSE EST EN DEBACLE ?

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    17 h 34, le 02 juin 2024

  • Laissez le tandem aller où il veut dans son canton, et fondons une nouvelle république avec le reste !

    LeRougeEtLeNoir

    14 h 08, le 02 juin 2024

  • C'est quand même beau notre pays. Un tandem sans foi ni loi decude pour tout un peuple qui agonise et qui n'en peut plus de souffrir économiquement et sanitairement. Voys êtes lamentables le tandem. Le peuple vous maudit.

    Citoyen

    11 h 24, le 02 juin 2024

  • Tout "dialogue" avec le tandem chiite ne présente pas le moindre intérêt. 1) Sa position est claire: "Nous sommes prêts à dialoguer sur tout ce que vous voulez, à la seule petite condition que vous vous engagiez à voter pour le candidat que nous vous désignerons". 2) Même au cas extrêmement improbable, où ce "dialogue" aboutirait à un résultat positif, nous savons tous que les promesses du Sayed n’engagent que les naïfs qui les croient.

    Yves Prevost

    07 h 47, le 02 juin 2024

  • L'explication et le blocage se trouvant chez le tandem Chiite. Tout le monde sait a ce point a qui profite la situation actuelle. On ne peut faire un pays avec des individus qui ne reconnaissent aucune institution internationale.

    hrychsted

    02 h 25, le 02 juin 2024

  • 1 an et demi ont largement suffit à montrer à tout libanais honnête que le principal artisan du blocage de la présidentielle est celui qui s'obstine à ne pas convoquer de séance électorale ouverte sans que son dhimmi soit assuré de l'emporter. Certains chez les anti-nationaux dits du 8 mars évoquent la solution d'anticiper les prochaines législatives. En soi cette solution n'a rien de mauvais mais doit être obligatoirement précédée de la démission de Nabih Berri, s'il refuse toujours d'accomplir son devoir envers sa patrie. Et il ne démissionera pas si le peuple ne le force pas à le faire.

    Citoyen libanais

    19 h 33, le 01 juin 2024

  • La France n’est plus capable de rien . La décadence à tt les niveaux , politique intérieur politique extérieur qd au Liban abonne absent

    Haraoui Jean-Paul

    19 h 03, le 01 juin 2024

  • Fallait dire AIDEZ nous à vous COMPRENDRE...

    Derwiche Ghaleb

    15 h 36, le 01 juin 2024

  • Tout cela est lamentable ! Bientôt nous dirons au revoir au Liban…

    de Rivoyre Jérôme

    12 h 47, le 01 juin 2024

  • Les pays arabes devraient arrêter de financer les navettes et les bla-bla des représentants francais et ne payer qu’en cas de résultats concluants. Une solution sera vite trouvée ou alors une décision de stopper cette mascarade qui ne profite qu’aux seuls fossoyeurs de notre pays qui ne cessent d’envoyer des messages méprisants aux français qui font la sourde oreille et simulent une avancée dans les négociations qui ne cessent de se compliquer faute d’autorité et de prise de positions courageuses mais qui leur rapporte des centaines de milliers de collards pour des services non rendus.

    Sissi zayyat

    12 h 10, le 01 juin 2024

  • Après sa tournée ducale, habituelle, RIEN DE NOUVEAU A L’HORIZON sauf pour les caramels, bonbons, chocolats, des mots magiques qui sonnent faux.

    aliosha

    09 h 27, le 01 juin 2024

Retour en haut