Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Tunisie

Le président Saied rejette l'"ingérence étrangère" et défend les arrestations

Le président tunisien Kais Saied, en décembre 2019. Photo d'archives AFP / FETHI BELAID

Le président tunisien Kais Saied s'est insurgé jeudi contre les critiques occidentales après l'arrestation d'avocats et de figures des médias, défendant la légalité de ces mesures qui marquent un nouveau recul des libertés dans le berceau du Printemps arabe.

En début de semaine, l'Union européenne, la France et les Etats-Unis ont exprimé leur « inquiétude » et « préoccupation » face à une vague d'interpellations d'avocats, chroniqueurs à la radio et télévision et militants associatifs.

Sur un ton véhément, le chef de l'Etat, qui concentre tous les pouvoirs depuis juillet 2021, a ordonné au ministère des Affaires étrangères de « convoquer dès que possible les ambassadeurs d'un certain nombre de pays étrangers » pour leur transmettre sa « vive protestation contre une ingérence flagrante et inacceptable dans nos affaires intérieures », selon une vidéo diffusée par la présidence.

Jeudi, des centaines d'avocats et défenseurs des droits humains ont manifesté à Tunis en signe de protestation et pour réclamer le respect des droits et libertés dans le pays.

« Liberté ! l'Etat policier, c'est du passé », ont scandé les avocats vêtus de leurs robes noires et les militants, en référence à la révolution de 2011 qui a renversé le dictateur Zine El Abidine Ben Ali, marquant le début du Printemps arabe, une série de révoltes prodémocratie dans plusieurs pays de la région.

« Contre-vérités » 

Au moment où les autorités mènent une campagne contre les migrants africains subsahariens depuis février 2023 et un discours aux accents xénophobes du président Saied contre la migration clandestine, la police a arrêté le 6 mai la militante antiraciste Saadia Mosbah.

Le 11 mai, l'avocate et chroniqueuse Sonia Dahmani, a été emmenée de force par des policiers encagoulés alors qu'elle s'était réfugiée dans le siège de l'Ordre des avocats.

Mme Dahmani est poursuivie pour diffusion de « fausses informations » après avoir ironisé sur un plateau de télévision sur la situation de la Tunisie en réponse à un chroniqueur soutenant que des migrants africains subsahariens cherchaient à s'y installer.

Deux autres chroniqueurs célèbres, Borhen Bssais et Mourad Zeghidi, ont été interpellés le même soir et sont également poursuivis pour des commentaires, dans les médias ou sur les réseaux sociaux, considérés comme critiques du pouvoir.

Un autre avocat arrêté lundi, Mehdi Zagrouba, a été hospitalisé en urgence dans la nuit de mercredi à jeudi, après avoir été frappé en détention et s'être évanoui, selon des confrères et le président de la Ligue de défense des droits de l'homme Bassem Trifi.

Le ministère de l'Intérieur a démenti tout acte de torture, estimant que « ces allégations témoignent d'une volonté d'échapper à la justice » et a annoncé des poursuites judiciaires contre toute partie voulant discréditer l'action policière ou diffuser des « contre-vérités ».

« Régression des droits » 

Faisant fi des critiques, M. Saied a justifié dans une autre vidéo l'irruption de policiers dans les locaux de l'Ordre des avocats.

« La Maison de l'avocat est située sur le sol tunisien et ne jouit pas d'un régime extra-territorial afin que quiconque puisse s'y cacher », a-t-il dit, assurant que les interpellations avaient été menées « dans le plein respect de la loi tunisienne qui garantit l'égalité et le droit à un procès équitable ».

Dans son dernier rapport mondial paru en janvier, l'ONG Human Rights Watch basée à New York avait déploré une nouvelle « régression en termes de droits humains et d'état de droit en Tunisie en 2023 en l'absence de réels contrepouvoirs face au pouvoir du président ».

M. Saied, élu démocratiquement en octobre 2019, s'est octroyé les pleins pouvoirs depuis un coup de force le 25 juillet 2021.

« Le gouvernement a pris de nouvelles mesures pour étouffer la libre expression, poursuivre des dissidents et réprimer des migrants et demandeurs d'asile », avait ajouté HRW.

Selon le syndicat des journalistes tunisiens, plus de 60 personnes sont poursuivies en vertu d'un décret (dit 54) censé punir la diffusion de « fausses nouvelles » mais qui est très critiqué pour l'interprétation élargie qu'en font les tribunaux.

Une quarantaine de personnalités dont au moins huit figures de l'opposition à M. Saied, d'anciens ministres et des hommes d'affaires sont en détention, pour certains depuis février 2023, dans le cadre d'une enquête pour « complot contre la sûreté de l'Etat ».

Le président tunisien Kais Saied s'est insurgé jeudi contre les critiques occidentales après l'arrestation d'avocats et de figures des médias, défendant la légalité de ces mesures qui marquent un nouveau recul des libertés dans le berceau du Printemps arabe.En début de semaine, l'Union européenne, la France et les Etats-Unis ont exprimé leur « inquiétude » et «...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut