Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Archéologie

Un monastère vieux de 1400 ans émerge des dunes d’Abou Dhabi

Enfoui depuis des siècles sous les sables de l’île d'al-Siniyah, le complexe ecclésial pourrait être antérieur à l’islam. Il s'agit du second monastère de ce type découvert dans les Émirats.

Un monastère vieux de 1400 ans émerge des dunes d’Abou Dhabi

Enfoui sous les sables de l’île d'al-Siniyah, le complexe ecclésial pourrait être antérieur à l’Islam. Photo Wikicommons

Sur l’île d'al-Siniyah, dans l'émirat d'Umm al-Qaiwain, à une cinquantaine de kilomètres au large d’Abou Dhabi, les archéologues britanniques ont fait une découverte exceptionnelle : tapies sous les dunes de sable, les traces matérielles d’un complexe ecclésial comprenant une église à une seule nef, un autel, des salles contiguës abritant semble-t-il, des fonts baptismaux ainsi qu’un four à pain (ou hostie consacrée à la célébration de l'Eucharistie). Jouxtant l’église, les restes d’un bâtiment de quatre pièces avec cour intérieure ont été identifiés ; il pourrait s’agir de l'habitation du premier desservant ou missionnaire chargé de propager la foi. 

L’analyse au radio carbone des échantillons prélevés a permis de dater l’ensemble entre 534 et 656, donc avant ou au même moment que la naissance de l’islam (le prophète Mahomet est né vers 570 et est mort en 632). L’église et ses dépendances constituent à ce jour la plus ancienne preuve connue du christianisme dans les Émirats arabes unis.

Au sud du monastère, au bout de l’île, les archéologues ont également découvert une ville perlière préislamique s’étendant sur 12 hectares, avec ses habitations construites en pierre de roche et de mortier de chaux, allant de logements exigus à des maisons plus vastes avec des cours, ce qui suggère une stratification sociale. Selon une étude de Timothy Power, archéologue et historien spécialisé de l'Arabie et du monde islamique, et codirecteur du projet archéologique de l'île d’al-Siniyah, « il s’agit du plus ancien exemple de ce type de ville perlière caractéristique du Golfe. Même s'il existe d'autres colonies perlières dans la région, celle-ci est particulièrement unique par sa taille et son ancienneté ». Les textes historiques mentionnent des villes perlières antiques, mais c'est la première fois que des archéologues affirment en avoir trouvé une aussi ancienne dans les pays du golfe Persique. Une étude approfondie a ensuite révélé l'existence de dizaines de sites plus petits à travers l'île, constitués pour la plupart de poteries dispersées, d'amas de coquillages et de cimetières. Les travaux d'enquête ont été complétés par une cartographie par drone, des investigations géomorphologiques et une prospection géophysique.

Des croix surplombent une ville perlière

Le monastère de l’île d'al-Siniyah est la seconde découverte du genre dans les Émirats. Dans les années 90, les fouilles menées dans l’île de Sir Bani Yas, au large des côtes d’Abou Dhabi, avaient mis au jour une église et un monastère avec des installations communautaires et un cimetière datant des VIIe et VIIIe siècles. L’agence Fides, organe d'information des Œuvres pontificales missionnaires du Vatican, signale que dans « ce complexe monastique nestorien vivait une petite communauté d’une trentaine de moines ». Occupé jusqu’au IXe siècle, le monastère servait d’étape pour les marchands circulant sur la route des Indes et « ce relais a certainement contribué à la diffusion du christianisme vers l’Extrême-Orient ». Décoré de panneaux de stuc, l’édifice religieux a été identifié par son plan et la présence de croix en plâtre. Selon les spécialistes, « le lieu fut actif pendant au moins 150 ans. Il représentait une étape pour les commerçants-voyageurs bien des décennies après l’avènement de l’islam ». Le département de la culture et du tourisme d'Abou Dhabi a élaboré un plan de gestion de la conservation du site qui a été ouvert aux touristes.

Datant des VIIe et VIIIe siècles, le site archéologique de Sir Bani Yas a été ouvert aux touristes. Photo Abou Dhabi Culture

Sur la côte est de l'île de Sir Bani Yas, les fouilles ont révélé des vestiges d’habitation à l’intérieur desquelles ont été trouvées des pièces de perles détachées et des plombs de plongée, ainsi que des artefacts en verre et en céramique. Signe qu’à cette époque, les habitants pratiquaient un commerce important dans tout le golfe Persique et dans l'océan Indien. Selon le ministère de la Culture émirati, Sir Bani Yas a été citée pour la première fois dans la littérature européenne à la fin du XVIe siècle par Gasparo Balbi, un bijoutier et marchand italien, qui la décrit comme destination pour la pêche perlière. Elle le restera jusqu'au début du XXe siècle. En 1971, le père fondateur des Émirats arabes unis, cheikh Zayed bin Sultan al-Nahyan, transforme l'île en réserve naturelle abritant des milliers d'animaux et d'oiseaux indigènes. Appelée l’Arabian Wildlife Park, la réserve couvre 1 400 hectares. Aujourd’hui, l’archéologie ajoute une plus-value culturelle à une offre touristique sur le plan des loisirs et de réserve naturelle.

L’émirat du Koweit avait dévoilé en 2021 le site d’al-Qusur qui a abrité un monastère et deux églises dont la plus imposante, construite en briques crues, était ornée de croix et de décors en stuc. Les lieux témoignent d’une présence chrétienne implantée au VIIe siècle, peu avant l’avènement de l’islam, et ce jusqu’à la période abbasside.

Le monastère Saint-Élie (Deir Mar Élia), à Mossoul, en Irak, a été rasé par l'Etat Islamique. Photo AFP

Quant au plus vieux monastère chrétien d’Irak, âgé lui aussi de 1 400 ans et consacré à Saint-Élie (Deir Mar Élia), il était situé à Mossoul. Il a été rasé en 2014 par l’État islamique. Construit entre 582 et 590, les lettres grecques chi et rho, les deux premières du nom du Christ, étaient gravées dans la pierre, près de l'entrée. C’était un site sacré pour les chrétiens irakiens pendant des siècles.  

Sur l’île d'al-Siniyah, dans l'émirat d'Umm al-Qaiwain, à une cinquantaine de kilomètres au large d’Abou Dhabi, les archéologues britanniques ont fait une découverte exceptionnelle : tapies sous les dunes de sable, les traces matérielles d’un complexe ecclésial comprenant une église à une seule nef, un autel, des salles contiguës abritant semble-t-il, des fonts baptismaux ainsi...
commentaires (4)

Il me semble que l'église dans la dernière photo n'est pas de Deir Mar Élia comme indiqué dans la légende, mais d'autre chose.

Malektronic

07 h 15, le 28 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Il me semble que l'église dans la dernière photo n'est pas de Deir Mar Élia comme indiqué dans la légende, mais d'autre chose.

    Malektronic

    07 h 15, le 28 mars 2024

  • merci pour l article.Il faut bien le diffuser partout.

    Marie Claude

    10 h 59, le 13 mars 2024

  • C est cair et historique,la Chrétienté est la 1ere civilisation religieuse créée et propagee au Monde. Bcq de sectes et de systemes politiques essayent depuis de l effacer ou de la depasser. Jamais.! c est la pionniere et la meilleure civilisation du Monde.

    Marie Claude

    10 h 59, le 13 mars 2024

  • Quelles merveilles ! Merci pour cette article.

    Vero M

    13 h 01, le 12 mars 2024

Retour en haut