Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit

Gaza compte ses morts, près de 30.000 en cinq mois selon le Hamas

Aux yeux des Palestiniens, « le nombre énorme de femmes, enfants et personnes âgées tués ne laisse aucun doute sur le fait qu'il s'agit de massacres », souligne le professeur Ahmed Orabi, professeur de science politique à l'Université de Gaza.

Gaza compte ses morts, près de 30.000 en cinq mois selon le Hamas

Des Palestiniens devant leurs tentes dans un camp de réfugiés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 février 2024, alors que les batailles entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas se poursuivent. Photo AFP

Iman Mussallam a du mal à croire que le nombre de morts annoncé par le Hamas dans la bande de Gaza est déjà en passe d'atteindre 30.000, en moins de cinq mois de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Mais elle sait aussi que le bilan réel est "bien plus élevé", avec de nombreuses victimes enfouies sous les décombres des bombardements israéliens. Et il ne fera que s'alourdir.

Cette guerre est déjà, et de très loin, la plus meurtrière des cinq qui ont opposé Israël au Hamas, devant celle de 2014 (2.250 Palestiniens tués).

Lire aussi

Tsav-9, ces extrémistes israéliens postés aux frontières de Gaza

"Nous ne savons pas combien de martyrs il y aura" à la fin de la guerre, dit l'enseignante de 30 ans, réfugiée dans un bâtiment de l'ONU transformé en abri à Rafah, dans l'extrême sud du territoire palestinien. Ces innombrables "tragédies" et "souffrances" auront des conséquences désastreuses pour les Palestiniens pendant "des générations", déclare à l'AFP Ahmed Orabi, professeur de science politique à l'Université de Gaza.

Le conflit a été déclenché le 7 octobre par une attaque sanglante dans le sud israélien de commandos du Hamas venus de Gaza, où le mouvement palestinien a pris le pouvoir en 2007. Israël mène depuis en représailles une offensive aérienne et terrestre massive dans le territoire palestinien, où les cimetières sont plein et où il n'y a plus assez de sacs mortuaires pour envelopper les cadavres.

Lire aussi

Israël « optimiste » sur les contours d’un accord, accueilli tièdement par le Hamas

Ici un agriculteur a enterré ses trois frères et leurs cinq enfants dans sa plantation d'agrumes. Là une fosse commune a été creusée sur un terrain de football.

Peur pour Rafah

Mardi, le ministère de la Santé du Hamas, dont les chiffres sont jugés crédibles par l'Onu, a annoncé que 96 personnes avaient été tuées dans les frappes nocturnes israéliennes, portant le bilan de la guerre à 29.878 morts et 70.215 blessés depuis le 7 octobre. Environ 70% des morts sont des femmes et des enfants, selon lui.

Aux yeux des Palestiniens, "le nombre énorme de femmes, enfants et personnes âgées tués ne laisse aucun doute sur le fait qu'il s'agit de massacres", souligne le professeur Orabi.

Les civils sont pris au quotidien dans les combats, entre bombardements aériens et tirs d'artillerie et de snipers, qui n'ont épargné aucune zone, dévasté des quartiers entiers et forcé de nombreuses familles à fuir, souvent sans rien pouvoir emporter avec elles.

Beaucoup ne survivent que grâce à la solidarité des proches, parfois d'inconnus, sur une bande de terre d'environ 40 kilomètres de long et 10 de large, déjà minée avant la guerre par un blocus israélien imposé depuis 2006, la pauvreté et le chômage.

Plus de 70% des 2,4 millions d'habitants de Gaza ont été déplacés par la guerre et la population est menacée de famine, souligne l'ONU.

Cette dernière, comme de nombreux dirigeants internationaux, craignant désormais un carnage à Rafah, où Israël a la ferme intention d'achever rapidement son offensive terrestre, alors que près d'un million et demi de personnes, à 80% des déplacés, s'y entassent.

"Zone de mort"

En Israël, l'attention reste focalisée sur les quelque 1.160 personnes, en majorité des civils, tuées lors de l'attaque du 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles. Et sur le sort des 130 otages enlevés ce jour-là et toujours retenus à Gaza, un supplice pour leurs proches et un traumatisme d'une ampleur inédite pour le pays. Au total quelque 250 personnes avaient été enlevées.

A Gaza, la population survit comme elle peut face à la riposte militaire d'Israël, menée sans relâche depuis la terre, la mer et le ciel pour "détruire" le Hamas.

Le ministère de la Santé du Hamas ne précise pas le nombre de combattants du Hamas tués, estimé à 10.000 par l’armée israélienne qui déplore 240 morts dans l'offensive terrestre et nie avoir délibérément visé des civils.

Parmi les victimes civiles, les journalistes de Gaza qui fournissent des récits et images de la guerre aux médias du monde entier, payent un lourd tribut. Selon le Comité pour la protection des journalistes, au moins 88 professionnels des médias ont péri depuis le 7 octobre.

Gaza, qualifiée de "zone de mort" par le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, est devenue un lieu de deuil permanent. Pas un jour ne passe sans funérailles, que les familles en deuil doivent improviser au gré des conditions de la guerre. Les corps sont souvent transportés sur des charrettes tirées par des ânes, faute de carburant. Le personnel des hôpitaux, débordé, épuisé et qui manque de tout, doit parfois utiliser des camions à glaces pour garder les corps avant les enterrements.

Pour Iman Mussallam, la guerre à Gaza est "le grand massacre de l'histoire moderne". Elle s'en prend aussi au Hamas, qu'elle accuse d'avoir abandonné les civils pour se cacher dans son réseau de tunnels creusés sous Gaza. Mais comme de nombreux Gazaouis, elle s'interroge: "en quoi est-ce notre faute?".

Iman Mussallam a du mal à croire que le nombre de morts annoncé par le Hamas dans la bande de Gaza est déjà en passe d'atteindre 30.000, en moins de cinq mois de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Mais elle sait aussi que le bilan réel est "bien plus élevé", avec de nombreuses victimes enfouies sous les décombres des bombardements israéliens....

commentaires (1)

Je rappelle que le Hamas a gagné les élections sans tricher avec plus de 70% des voix en 2007 à Gaza.

Dorfler lazare

18 h 21, le 28 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je rappelle que le Hamas a gagné les élections sans tricher avec plus de 70% des voix en 2007 à Gaza.

    Dorfler lazare

    18 h 21, le 28 février 2024

Retour en haut