Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Focus

Le sentiment grandit qu’Israël n'avance pas à Gaza

Plus de la moitié des Israéliens ne croient pas en la capacité de leur armée à remporter une "victoire totale" sur le Hamas, selon un récent sondage.

Le sentiment grandit qu’Israël n'avance pas à Gaza

Des soldats israéliens observent un chien militaire, lors d'une opération qui fait partie de l'offensive israélienne sur Gaza, sur cette photo diffusée le 21 février 2024. Photo Armée israélienne/Handout via Reuters

Un ancien chef d'état-major de l'armée israélienne a envoyé une lettre aux membres du cabinet de guerre dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour affirmer que les opérations militaires à Gaza ont échoué, ont rapporté des médias israéliens. Selon la chaîne de télévision Channel 12, la lettre, envoyée la semaine dernière et divulguée par le général Gadi Eisenkot lui-même, soulignait une « une difficulté croissante » de l’armée israélienne à « atteindre les objectifs de la guerre ».

M. Eisenkot écrit notamment que « les grandes lignes stratégiques de la guerre sont au point mort » et que l'absence de progrès dans les opérations militaires à Gaza « menace [...] la situation stratégique de l'État d'Israël ». « Aucune décision déterminante n'a été prise en trois mois. La guerre est menée en fonction d'objectifs tactiques, sans que des mesures significatives ne soient adoptées pour atteindre les objectifs stratégiques », a-t-il ajouté.

Cette lettre cristallise un schisme croissant dans la coalition de guerre entre le parti Likoud de M. Netanyahu et le parti Unité nationale du ministre Benny Gantz, dont M. Eisenkot est également membre. Le Times of Israel rapporte que la réputation de Benny Gantz est montée en flèche dans les sondages d'opinion, tandis que celle du chef du gouvernement s'est effondrée.

À la mi-janvier, le général Eisenkot avait déjà critiqué avec le même ton l'approche de M. Netanyahu sur la guerre à Gaza. « Quiconque parle de la défaite absolue [du Hamas à Gaza] et du fait qu'il n'a plus la volonté ou la capacité [de nuire à Israël] ne dit pas la vérité. C'est pourquoi nous ne devons pas raconter d'histoires à dormir debout », avait-il notamment déclaré, selon des propos rapportés par le Times of Israël.

Lire aussi

L'espionnage israélien via les téléphones portables : quels risques pour quelles mesures de protection ?

Sondage l'Institut démocratique d'Israël (IDI)

Ce point de vue semble désormais partagé par une bonne partie de l’opinion publique israélienne. Selon un sondage publié mercredi et cité par l'AFP, la majorité des Israéliens ne croient pas que leur armée remportera une "victoire totale" sur le Hamas. Il s’agit du baromètre de l'Institut démocratique d'Israël (IDI), un centre d'analyse de Jérusalem, selon lequel à peine 38,3 % des Israéliens jugent "très" ou "moyennement" probable la perspective d’une victoire totale, contre 55,3 % qui l'estiment "peu ou très peu probable", sans oublier les 6,4 % qui ne se sont pas prononcés.

Or, le Premier ministre israélien a répété ces derniers jours que son gouvernement visait une victoire "totale", ou "absolue", contre le Hamas à l'heure où les forces israéliennes sont engagées dans des combats à Khan Younès et se préparent à une offensive contre Rafah, ville à la pointe sud du territoire où s'entassent plus de 1,4 million de Palestiniens déplacés par les bombardements et les combats qui ont ravagé l’enclave depuis octobre dernier.

Début janvier, l'armée israélienne a affirmé avoir démantelé le Hamas dans le nord et retiré certaines brigades. À la mi-janvier, l'armée a renvoyé des chars, et les combats ont repris avec une intensité inégalée depuis le Nouvel An.

D'autres signes indiquant que le Hamas a refait surface dans le nord de la bande de Gaza, ou qu'il n'a peut-être jamais été complètement démantelé, sont apparus lorsqu'on a appris que le mouvement palestinien, au pouvoir dans l’enclave depuis 2007, avait redéployé les services de police et payait les salaires des fonctionnaires sur place.

Le gouvernement israélien affirme avoir tué environ 12.000 combattants du Hamas, tandis que les responsables du mouvement islamiste palestinien indiquent qu'environ la moitié d'entre eux ont été tués. Les objectifs déclarés d'Israël dans sa guerre contre Gaza sont de démanteler le Hamas, de restituer tous les otages et de faire en sorte que Gaza ne constitue plus une menace pour son existence.

Sur les quelque 250 otages enlevés le 7 octobre, 100 ont été libérés dans le cadre d'un accord d'échange conclu en novembre dernier sous l'égide du Qatar, trois ont été libérés grâce à des opérations militaires de sauvetage et trois ont été abattus et tués accidentellement par les troupes israéliennes. Israël estime qu'il reste 134 otages, dont 32 sont morts le 7 octobre ou à Gaza. Le Hamas affirme que l'offensive israélienne à Gaza contribue à la détérioration des conditions de vie des otages dans la bande de Gaza.

Lire aussi

À quel point la conjoncture israélienne inquiète les agences de notation financière ?

Sentiments similaires au Liban

Au Liban, lors des funérailles d'un combattant, Hassan Fadlallah, député du Hezbollah, a tenu des propos similaires, déclarant que "les objectifs militaires d'Israël dans cette guerre ont échoué, et que l'ennemi ne fait actuellement que tuer et détruire".

M. Fadlallah a également dit que "la résistance à Gaza continue de se battre à l'intérieur des villes et des camps, et maintenant [Israël] menace Rafah. Mais son destin à Rafah est le même qu'à Khan Younès".

Les responsables du Hezbollah, dont son chef Hassan Nasrallah, ont souvent accusé Israël de provoquer des destructions dans le sud du Liban pour compenser ses échecs à Gaza. Nasrallah avait annoncé, dans son premier discours après le début de la guerre, que le principal objectif du Hezbollah dans son engagement à la frontière israélo-libanaise était que son allié, le Hamas, ne soit pas vaincu.

Un ancien chef d'état-major de l'armée israélienne a envoyé une lettre aux membres du cabinet de guerre dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour affirmer que les opérations militaires à Gaza ont échoué, ont rapporté des médias israéliens. Selon la chaîne de télévision Channel 12, la lettre, envoyée la semaine dernière et divulguée par le général Gadi Eisenkot...

commentaires (2)

Il est encore tôt pour laisser ce sentiment grandir jusqu'à en faire une autre « victoire divine ». Ce que l'on sait, c'est que les « fervents zélés » et leurs chefs sont maintenant retranchés dans les tunnels de Rafah.

Ronald Barakat

20 h 38, le 21 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il est encore tôt pour laisser ce sentiment grandir jusqu'à en faire une autre « victoire divine ». Ce que l'on sait, c'est que les « fervents zélés » et leurs chefs sont maintenant retranchés dans les tunnels de Rafah.

    Ronald Barakat

    20 h 38, le 21 février 2024

  • Vous posez les bonnes questions mais pour cela il faut écouter la presse de droite qui n'émet malheureusement qu'en Hébreu comme la chaine 14 ou lire sur internet un journaliste américain comme Edward Luttwak.

    Dorfler lazare

    20 h 21, le 21 février 2024

Retour en haut