Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Un immeuble de cinq étages s'effondre à Choueifate

L'effondrement n'aurait pas fait de victimes, les habitants ayant évacué les lieux une dizaine de minutes avant le drame, selon des médias locaux.

Un immeuble de cinq étages s'effondre à Choueifate

Vue de l'immeuble résidentiel qui s'est écroulé dimanche matin à Choueifate. Photo Mohammad Yassine

Un immeuble de cinq étages situé dans la région de Choueifate, au sud de Beyrouth, s'est effondré dimanche matin, ont rapporté des médias locaux et des internautes sur les réseaux sociaux. De nombreuses vidéos prises par les habitants du quartier documentent le moment où le bâtiment s'est entièrement effondré, dans un quartier densément urbanisé. 

L'effondrement n'aurait pas fait de victimes, les habitants ayant évacué les lieux une dizaine de minutes avant le drame, après avoir ressenti une forte secousse qu'ils auraient prise pour un tremblement de terre, rapporte l'agence d'informations al-Markaziya. 

« Les habitants ont senti une secousse et l'immeuble a commencé à tanguer, le carrelage et les vitres ont commencé à se fissurer. Le bâtiment a été évacué à 7h30. Dix minutes plus tard, il s'est écroulé », raconte Hassan Zeaïter, propriétaire d'un magasin situé au bas de la bâtisse, à notre journaliste sur place, Mohammad Yassine. « Les habitants n'ont nulle part où aller », ajoute Hassan, qui indique que l'immeuble a été construit il y a une trentaine d'années.

Présent sur place, Ghazi Zeaïter, député du mouvement Amal, a pour sa part appelé les autorités « à héberger les habitants de l'immeuble au plus vite ». « Il faudrait respecter les normes de construction pour éviter ce genre de drames. Il y avait au moins 15 familles qui habitaient ici », a-il affirmé à L'Orient-Jour.

Ghazi Zeaïter, un proche du président du Parlement Nabih Berry, figure parmi les politiciens mis en cause dans la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020. 

Peu après l'incident, le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé, s'était rendu à Choueifate pour s'enquérir de la situation des habitants de l'immeuble et du quartier, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Le secrétaire général du Haut Comité de secours, le général Mohammad Kheir, a également inspecté les lieux du drame.

De même pour le secrétaire général de la Défense civile, Raymond Khattar, qui s'est rendu à Choueifate. Il a par ailleurs demandé à ses équipes d'évacuer deux bâtiments adjacents à la bâtisse qui s'est écroulée, tout en appelant à la vigilance lors des travaux de déblaiement des décombres. 

Lire aussi

À Tripoli, les fissures du séisme du 6 février 2023 sont toujours là

L'Orient-Le Jour a essayé de contacter le président du conseil municipal de Choueifate pour plus d'informations, mais ce dernier n'était pas joignable.

Un incident similaire avait eu lieu en octobre dernier, lorsqu'un immeuble s'était écroulé à Mansourieh, tuant huit femmes qui s'y trouvaient.

Plusieurs cas d’effondrement d’immeubles, partiels ou complets, ont eu lieu à travers le pays ces dernières années. Des appels avaient été lancés à plusieurs reprises aux autorités concernées pour qu’elles recensent les bâtiments à risques, mais aucun effort sérieux n’a été entrepris sur ce plan. L’incident le plus grave reste l’effondrement d’un immeuble résidentiel à Fassouh, dans le quartier d’Achrafieh le 15 janvier 2012, provoquant la mort d’une vingtaine de personnes.

Un immeuble de cinq étages situé dans la région de Choueifate, au sud de Beyrouth, s'est effondré dimanche matin, ont rapporté des médias locaux et des internautes sur les réseaux sociaux. De nombreuses vidéos prises par les habitants du quartier documentent le moment où le bâtiment s'est entièrement effondré, dans un quartier densément urbanisé. L'effondrement n'aurait pas...

commentaires (3)

Il faudrait respecter les normes de construction disent-ils….. et les mêmes ont voté une loi qui permet d’ajouter un étage supplémentaire à toutes les constructions sur le territoire libanais malgré l’opposition de l’ordre des ingénieurs que je présidais et l’alerte que nous avions lancé à plusieurs reprises y compris au parlement et dans les commissions parlementaires sur les dangers de cette loi pour la solidité des bâtiments.

Tabet Jad

07 h 56, le 13 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il faudrait respecter les normes de construction disent-ils….. et les mêmes ont voté une loi qui permet d’ajouter un étage supplémentaire à toutes les constructions sur le territoire libanais malgré l’opposition de l’ordre des ingénieurs que je présidais et l’alerte que nous avions lancé à plusieurs reprises y compris au parlement et dans les commissions parlementaires sur les dangers de cette loi pour la solidité des bâtiments.

    Tabet Jad

    07 h 56, le 13 février 2024

  • Responsabilité directe des autorités. Avec une justice défaillante comme celle que l'on a, personne ne sera inquiété. Circulez il n'y a rien à voir.

    K1000

    13 h 56, le 11 février 2024

  • Sacré net-à-yahoo... voilà qu'il s'attaque à notre patrimoine architecto-kil'tue'réel.... dame...@#%

    Wlek Sanferlou

    11 h 35, le 11 février 2024

Retour en haut