Rechercher
Rechercher

Société - Enquête

Des failles en béton armé : pourquoi le bloc D du bâtiment Edmond Yazbeck, à Mansouriyé, s’est-il effondré ?

Au lendemain d’une forte tempête mi-octobre dernier, huit femmes ont trouvé la mort dans l’écroulement de leur immeuble. Cette tragédie aurait pu être évitée, ou tout du moins contenue.

Des failles en béton armé : pourquoi le bloc D du bâtiment Edmond Yazbeck, à Mansouriyé, s’est-il effondré ?

Le bâtiment D du bâtiment Edmond Yazbeck (d.) avait la même hauteur que le bloc C (g.) avant de s’effondrer le 16 octobre 2023, tuant huit femmes. Photo João Sousa

« Ici, avant, c’était un jardin », explique P. J.* Cet ancien résident du bloc D du complexe immobilier Edmond Yazbeck pointe du doigt des décombres recouverts d’une bâche. À Mansouriyé, localité située sur les collines surplombant Beyrouth,...
« Ici, avant, c’était un jardin », explique P. J.* Cet ancien résident du bloc D du complexe immobilier Edmond Yazbeck pointe du doigt des décombres recouverts d’une bâche. À Mansouriyé, localité située sur les collines surplombant Beyrouth,...
commentaires (4)

La municipalité doit être responsable de la bonne marche des affaires, engager des ingénieurs conpétents dans tous les domaines. Elle ne peut pas se dégager de sa responsabilité civile envers les habitants de la localité. Elle aurait dû demander l’évacuation immédiate de l’immeuble depuis belle lurette…

Rony Farra / FARRA DESIGN CENTER OLJ01884

06 h 57, le 11 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La municipalité doit être responsable de la bonne marche des affaires, engager des ingénieurs conpétents dans tous les domaines. Elle ne peut pas se dégager de sa responsabilité civile envers les habitants de la localité. Elle aurait dû demander l’évacuation immédiate de l’immeuble depuis belle lurette…

    Rony Farra / FARRA DESIGN CENTER OLJ01884

    06 h 57, le 11 décembre 2023

  • Suite: dans un État de droit, le promoteur ainsi que l’entreprise qui avaient construit ces immeubles auraient été derrière les barreaux. Certes, ceux qui ont acheté ne sont pas des techniciens mais le béton a présenté des signes inquiétants qui auraient du les pousser à s’adresser à des spécialistes et non à la municipalité qui n’a aucune compétence dans ce domaine

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 10, le 10 décembre 2023

  • D’abord les « colonnes » s’appellent « poteaux » en français pour les bâtiments. Ensuite, les copropriétaires sont partiellement responsables de n’avoir pas mandaté un bureau d’études sérieux (il en existe plusieurs au Liban) qui auraient pu proposer des solutions techniques adéquates. Mais les libanais s’adressent directement aux entreprises, ce qui est une bêtise car l’entreprise veut vendre son produit même s’il n’est pas adapté au problème. On ne sait pas encore faire la différence entre maître d’ouvrage, maître d’œuvre, bureau de contrôle et entreprise et c’est bien dommage.

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 05, le 10 décembre 2023

  • Certains libanais ont transformé le Liban en une pomme pourrie. Transformer, a coup de bakchiche, un immeuble de cinq étages en un immeuble de 7 étages, avec leurs réservoirs d'eau , n'a gêné jusque là personne. Faire du béton à l'époque avec de l'eau de mer, paraissait normal à beaucoup d'entrepreneur.. et ainsi dans beaucoup de domaines...pauvre Liban... nous sommes tous responsables des malfaçons...car nous sommes tous pourris....

    HIJAZI ABDULRAHIM

    19 h 03, le 09 décembre 2023

Retour en haut