Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit Israël-Hamas

Blinken achève sa tournée au Proche-Orient en espérant toujours un accord sur les otages à Gaza

La libération des otages est « la chose la plus urgente » et « une fois que cela est fait, beaucoup de choses peuvent être réalisées », selon le chef de la diplomatie américaine. 

Blinken achève sa tournée au Proche-Orient en espérant toujours un accord sur les otages à Gaza

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (G), accompagné du chef d'état-major adjoint Tom Sullivan (3e G), rencontre l'ancien chef d'état-major de l'armée israélienne Gadi Eisenkot (D) et l'ancien ministre israélien de la Défense Benny Gantz (2e R), tous deux membres de l'actuel cabinet de guerre israélien composé de cinq personnes et dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel-Aviv, le 8 février 2024. Photo AFP/MARK SCHIEFELBEIN

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a bouclé jeudi sa tournée au Proche-Orient par de nouveaux entretiens avec des responsables israéliens, où il a de nouveau plaidé pour un accord permettant la libération d'otages détenus à Gaza.

M. Blinken soutient une proposition de nouvelle trêve des combats à Gaza après celle d'une semaine fin novembre qui avait notamment permis la libération de 105 otages, dont 80 Israéliens, et de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Lire aussi

Pourquoi une trêve entre Israël et le Hamas ne semble pas imminente

Mais mercredi soir, quelques heures après avoir rencontré le secrétaire d'Etat américain, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a semblé rejeter toute concession dans les négociations en vue d'une trêve. Et il a ordonné à l'armée de « préparer » l'offensive sur Rafah, ville à la pointe sud de la bande de Gaza où sont massés des centaines de milliers de Palestiniens déplacés par la guerre.

M. Blinken a rencontré jeudi matin à Tel-Aviv Benny Gantz et Gadi Eizenkot, deux anciens chefs de l'armée israélienne qui ont rejoint le cabinet de guerre de M. Netanyahu après l'attaque du Hamas palestinien le 7 octobre en Israël. Les deux hommes sont considérés comme des modérés au sein du gouvernement, le plus à droite de l'histoire du pays.

Lire aussi

Séjourné à « L'OLJ » : Une escalade est aujourd'hui loin d’être impossible au Liban-Sud

Ces discussions ont notamment porté sur « les otages » et « le travail qui est fait » pour leur libération, a déclaré M. Blinken. C'est « la chose la plus urgente » et « une fois que cela est fait, beaucoup de choses peuvent être réalisées », a-t-il martelé.

Société israélienne « déterminée »
Lors de cette tournée, sa cinquième dans la région depuis le début de la guerre en octobre, M. Blinken a soutenu une proposition de trêve élaborée par des responsables américains, qataris et égyptiens fin janvier, à laquelle le Hamas a répondu en posant des conditions, que M. Netanyahu a rejetées avec force mercredi.

M. Blinken a toutefois estimé mercredi soir qu'il restait « de la place » pour négocier un accord sur les otages, et une seconde trêve après celle de novembre. De nouvelles négociations en vue d'une trêve et d'un échange de prisonniers, parrainées par l'Egypte et le Qatar et incluant des responsables du Hamas, sont prévues jeudi au Caire. M. Blinken a achevé ses consultations en Israël par un entretien avec le principal leader de l'opposition, l'ancien Premier ministre centriste Yaïr Lapid. Ce dernier a, à cette occasion, salué l'implication du secrétaire d'Etat américain et de ses services « pour les otages », « trouver une solution (au conflit) et des moyens de promouvoir la paix ».

« La société israélienne dans son ensemble est déterminée à faire revenir les otages et à éradiquer le Hamas. Ce ne sont pas des objectifs contradictoires et nous n'abandonnerons pas les deux », a ensuite ajouté M. Lapid sur X.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Environ 250 personnes ont été enlevées ce jour-là. Selon Israël, 132 otages sont toujours détenus à Gaza, dont 29 seraient morts.

En riposte, Israël a juré de « détruire » le Hamas, le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza depuis 2007, et lancé une offensive qui y a fait 27.840 morts, en grande majorité des femmes, enfants et adolescents, et plus de 67.300 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a bouclé jeudi sa tournée au Proche-Orient par de nouveaux entretiens avec des responsables israéliens, où il a de nouveau plaidé pour un accord permettant la libération d'otages détenus à Gaza.M. Blinken soutient une proposition de nouvelle trêve des combats à Gaza après celle d'une semaine fin novembre qui...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut