Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Affaire Joseph Aoun : un camouflet (à peine camouflé) à Bassil

« Non-décision » du Conseil constitutionnel suite au recours en invalidation de la loi prorogeant le mandat du chef de la troupe, qui demeure donc à son poste.

Affaire Joseph Aoun : un camouflet (à peine camouflé) à Bassil

Le commandant en chef de l'armée, Joseph Aoun, saluant ses soldats. Photo d'archives tirée de la page Facebook de l'institution militaire

« Certains savent que je ne devrais pas perdre, mais il ne faut pas que je gagne autant. » À travers cette publication postée sur son compte X le 15 décembre dernier, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, prédisait (peut-être sans le savoir) l’issue de sa bataille contre le commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun, dont le mandat était prorogé par le Parlement quelques heures plus tard. Réunis mercredi, les dix membres du Conseil constitutionnel ne sont pas parvenus à trancher – ou plutôt ont soigneusement évité de le faire – la question du recours en invalidation, présenté par le bloc du Liban fort, de la loi prorogeant d’un an le mandat du général Aoun et du reste des chefs d’appareils sécuritaires. Pratiquement, la « non-décision » signifie que la loi demeure en vigueur, et que le général restera à la tête de l’institution militaire. Il reste que la démarche semble être le fruit de minutieux calculs effectués dans le but d'épargner à M. Bassil une défaite aussi cuisante que celle subie au moment du vote de la législation. Ainsi, au lieu de rejeter le recours, le CC a opté (comme il l’avait fait pour d’autres recours présentés par la formation aouniste en 2021 concernant les législatives) pour le non-accord.

Selon les informations de L’Orient-Le Jour, le CC s’est concerté à plusieurs reprises au grand complet pour examiner la requête aouniste. Lors de la réunion de mercredi, les dix membres de l’instance étaient divisés entre ceux qui soutenaient la nécessité de maintenir la loi au vu des circonstances actuelles de guerre et ceux qui ont mis en avant la nécessité pour toute loi de respecter le principe de généralité. Un point mis en exergue par le CPL qui avait fait valoir que le texte adopté à la Chambre a été « taillé à la mesure de quelques personnes », en allusion au chef de l’armée.

Pour mémoire

Affaire Joseph Aoun : la prorogation arrachée au forceps

S’exprimant à l’issue de la réunion, le président du CC, Tannous Mechleb (perçu comme proche de l'ancien président Michel Aoun), a confirmé ces informations. « Les magistrats ont été divisés presque à moitié entre les deux points de vue », a-t-il dit, rappelant que l’instance qu’il préside a déjà accordé son feu vert à la notion de législation de nécessité, mise en avant par le président de la Chambre, Nabih Berry, pour justifier la tenue de séances plénières en pleine vacance présidentielle. C’est d’ailleurs pour cette raison que le CC avait rejeté, en mai dernier, le recours en invalidation de la loi prorogeant le mandat des conseils municipaux.

« Institutions en pleine dérive »
Les propos de M. Mechleb déconstruisent ainsi un des principaux arguments du CPL pour demander l’invalidation de la loi du 15 décembre. Contacté par L’OLJ, Salim Jreissati, ancien ministre proche du CPL et un des auteurs du recours, se dit « désolé » de constater que « le CC rejoint aujourd’hui les institutions en pleine dérive ». Selon lui, « la décision laisse planer le doute sur la légalité de la prorogation du mandat de Joseph Aoun ». « Si j’étais à la place du général, je me serais posé la question de savoir pourquoi le Conseil n’a pas rejeté le recours en le fond », dit-il, avant de poursuivre : « Je ne me sens pas en état d’échec. »

Lire aussi

Gebran Bassil, vous avez dit « trahison » ?

Cette dernière phrase résume bien l’état d’esprit des aounistes. Après avoir mené une bataille sans merci pour en finir avec – le présidentiable non déclaré – Joseph Aoun, le CPL s’efforce ainsi de minimiser la portée du revers qu'il vient de subir. « Nous avons fait notre devoir visant à préserver la Constitution et les prérogatives du président de la République », commente Martine Najm Koteily, vice-présidente du parti pour les affaires politiques. Commentant la thèse selon laquelle le maintien du chef de l’armée à son poste est à même de le garder dans la course pour Baabda, Mme Koteily déclare : « C’est peut-être un des points positifs du résultat de cette bataille. Car tant qu’il est à Yarzé, le général n’a pas de chances d’accéder à Baabda. » Le CPL maintient donc son veto contre toute démarche visant à amender la Constitution pour paver la voie de Baabda devant son grand adversaire. De son côté, Ghassan Atallah, député aouniste, affirme que son parti « n’a pas mené cette bataille pour des calculs présidentiels ». « Il s’agit d’un combat de principe, duquel nous ne sommes pas sortis perdants », affirme-t-il. Il déplore toutefois le fait que « le CC a opté pour une démarche qui convient à ceux qui veulent le voir incapable de prendre une décision ». Une pique évidente aux principaux adversaires des aounistes, en l’occurrence, Nabih Berry et, surtout, les Forces libanaises, sans lesquelles la réunion parlementaire consacrée à la prorogation du mandat de Joseph Aoun n’aurait pas pu avoir lieu. Et de lancer : « Le grand perdant dans tout ça ? C’est bien évidemment celui qui accepte de rester sur un siège vacillant. »

« Certains savent que je ne devrais pas perdre, mais il ne faut pas que je gagne autant. » À travers cette publication postée sur son compte X le 15 décembre dernier, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, prédisait (peut-être sans le savoir) l’issue de sa bataille contre le commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun, dont le mandat était prorogé par le Parlement...

commentaires (10)

Le général Aoun a fait preuve de lucidité en acceptant sa prorogation à la tête de l’armée. Il n’aura pas de vacance tant qu’un président n’est pas élu, Dans d’autres pays, dans pareil cas, le général Aoun fort de l’appui de ses fidèles aurait déclenché un coup d’état soit pour y rester président, soit pour paver la route à une présidentielle dans la semaine. Le Liban est le seul pays au monde ou pendant quinze mois, il n’y a pas de président. Les institutions sont bafoués, piétinés, chaque partie ou groupe veut imposer son président, et le seul valable est Jihad Achour, économiste renommé, qu

Mohamed Melhem

13 h 06, le 01 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Le général Aoun a fait preuve de lucidité en acceptant sa prorogation à la tête de l’armée. Il n’aura pas de vacance tant qu’un président n’est pas élu, Dans d’autres pays, dans pareil cas, le général Aoun fort de l’appui de ses fidèles aurait déclenché un coup d’état soit pour y rester président, soit pour paver la route à une présidentielle dans la semaine. Le Liban est le seul pays au monde ou pendant quinze mois, il n’y a pas de président. Les institutions sont bafoués, piétinés, chaque partie ou groupe veut imposer son président, et le seul valable est Jihad Achour, économiste renommé, qu

    Mohamed Melhem

    13 h 06, le 01 février 2024

  • Le gendron déclare qu’on ne veut pas le faire gagner ni le voir perdant. De qui parle-il au juste? De ses anciens alliés à qui il a cédé notre pays dans l’espoir de devenir leur président préféré? Ils ont douché ses espoirs et l’ont jeté, une fois le pays dans la poche et il continue d’espérer un virage de leur part afin de le propulser au devant de la scène alors qu’il est cramé et humilié. Seule l’armée a échappé à ses projets mortifères mais il ne la lâche pas d’une semelle croyant avoir encore le pouvoir d’achever notre pays en lui assenant le coup de grâce. Ma fachar!

    Sissi zayyat

    12 h 51, le 01 février 2024

  • Il n’est pas de coutume de commenter un post, mais là…. «  Qui doute encore qu'au Liban c'est la loi de la jungle ? Ou plutôt la loi de l'ambassde des Etats-Unis !!! « On ne savait pas que le Hezbollah, parti dominant avec son acolyte du parlement, avaient prêté allégeance aux « états unis » 

    C…

    12 h 46, le 01 février 2024

  • Il y en a qui préfèrent être sous la botte des fossoyeurs de notre république, plutôt que celles de nos sauveurs. Étonnant ce syndrome de Stockholm. Que leur trouvent ils d’honorable? Les crimes commis sur les élites libanaises pour faire taire les patriotes et persévérer dans le saccage du pays pour le transformer en plaque tournante de trafics de tout genre et de plateforme guerrière dont seuls les civils libanais en paient le prix? Que leur faudrait il de plus pour se rendre à l’évidence que ces vendus ne veulent que la mort de notre pays pour la gloire d’un autre?

    Sissi zayyat

    12 h 38, le 01 février 2024

  • Le CPL a saccagé la constitution en cédant aux exigeances de son allié vendu tout le long du mandat, du pire de tous, et vient nous parler de respect de notre démocratie? Où était il lorsque ses fossoyeurs ont mis la main sur toutes nos institutions pour les ruiner avec leur consentement et leur lâcheté pour transformer notre pays en une bourgade iranienne soumise à leur diktat? Ils étaient occupés à vider les caisses et à se contenter de faire figure d’autorité simulée pour venir pleurer sur leur pays qu’ils ont poignardé et troqué simplement par ce qu’ils n’arrivent pas à saquer l’armée.

    Sissi zayyat

    12 h 33, le 01 février 2024

  • AUX PYGMEES ON FAIT MANGER DES BANANES.

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    10 h 57, le 01 février 2024

  • Il n’y a pas de plus aveugle que celui qui ne veut pas voir et de plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Les membres du CPL devraient tous apprendre à être humbles et non arrogants comme leur chef

    Lecteur excédé par la censure

    07 h 48, le 01 février 2024

  • « Le grand perdant dans tout ça ? C’est bien évidemment celui qui accepte de rester sur un siège vacillant. » Je me demande qui est reste sur un siege vacillant pendant 6 ans! Non mais.....Vraiment Lala land...C'est ironique: ceux qui bafouent la constitution, et signent des MOU avec des partis qui ont viole le pays ainsi que sa constitution, la liberte, le pluralisme se pretendent vouloir 'defendre la constitution'....Aucune valeur. Aucun recul....Des petits calculs personnels d'arrivistes amateurs.....

    Sabri

    04 h 59, le 01 février 2024

  • Au Liban le droit est bafoué nuit et jour , et le plus souvent par ceux-là mêmes qui sont censés le faire appliquer . Qui doute encore qu'au Liban c'est la loi de la jungle ? Ou plutôt la loi de l'ambassde des Etats-Unis ! Trois fois hélas ! Nous sommes sous la botte ! Pourrons nous nous libérer un jour ?

    Chucri Abboud

    00 h 30, le 01 février 2024

  • Où l'art de transformer en toutes circonstances les défaites en victoires, .lrs des dernières élections au parlement ce parti se targuait, après maintes contorsions, d'avoir le plus grand groupe parlementaire et maintenant après ce revers au conseil constitutionnel le même groupe se vante, non pas d'avoir gagné, mais simplement d'avoir semé le doute...

    C…

    22 h 32, le 31 janvier 2024

Retour en haut