Rechercher
Rechercher

Économie - Economie

L'inflation sursaute en Allemagne, comme pressenti par la BCE

Des policiers allemands montent la garde à Berlin, la nuit du Nouvel An. Photo REUTERS/Christian Mang

L'inflation est repartie à la hausse en Allemagne en décembre, à rebours d'une année en pente descendante, confortant la Banque centrale européenne qui ne veut pas relâcher trop vite la pression sur les taux.

La hausse des prix à la consommation, à 3,7%, a gagné 0,5 point de pourcentage par rapport à novembre, qui avait ralenti à 3,2% sur un an, a indiqué l'institut fédéral de la statistique Destatis.

Cette poussée des prix ne surprendra pas la BCE, dont une des dirigeantes, l'Allemande Isabel Schnabel, prévoyait fin décembre "une reprise temporaire de l'inflation à court terme".

De fait, ce sursaut mensuel est lié principalement aux prix de l'énergie, qui ont grimpé de 4,1% en décembre, après une baisse de 4,5% en novembre, toujours sur un an. La raison est liée au passé : en décembre 2022, le gouvernement allemand avait pris en charge la facture mensuelle d'énergie des ménages, au moment où les prix du gaz et de l'électricité flambaient.

Taux en suspens

Hors d'Allemagne, l'inflation a aussi légèrement repris en France en décembre,  à 3,7% sur un an, à cause de l'accélération des prix de l'énergie et des services, a indiqué l'Insee jeudi.

Ces données confortent le discours prudent de la BCE, qui a jusqu'à présent évité de crier trop tôt victoire dans sa lutte pour ramener l'inflation à son objectif de 2% en zone euro. Cela devrait ainsi la forcer "à attendre encore un peu avant de discuter de réductions de taux", selon Carsten Brzeski, chez ING. 

Un nouveau rebond de l'inflation allemande est à prévoir en janvier, avec la fin de la TVA réduite sur la restauration. Mais cette accélération sur quelques mois de l'inflation "ne durera pas", estime Andrew Kenningham, économiste chez Capital Economics.

L'inflation hors les prix volatils de l'énergie "continue de son côté de baisser", fait remarquer Fritzi Köhler-Geib, cheffe économiste à la KfW. 

La hausse des prix des services à 3,2% en décembre marque une nouvelle décélération, aidée par l'abonnement bon marché pour les usagers des trains et bus.

L'inflation alimentaire reflue de son côté pour le neuvième mois de suite, mais reste élevée, à 4,5% sur un an. Le tout "suggère une tendance inchangée à la baisse de l'inflation", selon l'économiste.

Les investisseurs continuent d'espérer qu'à partir du printemps, la BCE procèdera à une première baisse de ses taux directeurs, qui ont atteint des niveaux record, renchérissant le coût du crédit pour les entreprises et les ménages.

Inflation « antisociale »

Sur l'ensemble de l'année 2023, l'inflation a encore progressé de 5,9% en Allemagne, après 6,9% en 2022, qui était la valeur la plus élevée depuis le choc pétrolier de 1973.

Les hausses de prix sont durement ressenties par la population, à fortiori dans un contexte de récession où le modèle industriel allemand souffre depuis la guerre russe en Ukraine.

"Les personnes à faible revenu subissent une inflation deux à trois fois plus élevée que les personnes à revenu élevé", car les hausses de prix sont surtout visibles dans l'alimentaire et l'énergie, qui sont des postes importants de dépenses, souligne l'économiste Marcel Fratzscher, président de l'institut DIW. 

Entre saucisses et pommes de terre, la nourriture achetée en décembre a coûté environ 30% de plus qu'en 2020, pointe l'institut IW à Cologne.

Des associations de consommateurs traquent aussi les cas de "shrinkflation", quand les quantités d'un produit sont réduites avec un prix inchangé voire plus élevé.

En contrepartie de l'inflation, trois quarts des entreprises ont versé des primes à leurs salariés l'an dernier, selon les experts économiques de l'IFO.

La croissance des salaires devrait ralentir en 2024 tout en restant élevée, selon la Banque fédérale d’Allemagne.

Pour l'année en cours, l'institution table sur une inflation globale ralentissant encore, de plus de moitié, à 2,7 % : les goulets d'étranglement dans les chaînes de livraison ne constitueront plus un problème majeur et les marges bénéficiaires des entreprises devraient se normaliser.


L'inflation est repartie à la hausse en Allemagne en décembre, à rebours d'une année en pente descendante, confortant la Banque centrale européenne qui ne veut pas relâcher trop vite la pression sur les taux.

La hausse des prix à la consommation, à 3,7%, a gagné 0,5 point de pourcentage par rapport à novembre, qui avait ralenti à 3,2%...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut