Rechercher
Rechercher

Économie - Résultats

Les profits des banques libanaises en Syrie gonflés par l'envolée du taux de change

Cela a permis à cinq enseignes de réaliser un gain de change non-réalisé de l’ordre de 1750,2 milliards de livres syriennes.

Les profits des banques libanaises en Syrie gonflés par l'envolée du taux de change

Façade la Banque centrale de Syrie. Photo Louai Beshara/AFP

Les profits nets combinés des filiales des banques libanaises présentes en Syrie ont atteint 1754,6 milliards de livres syriennes fin septembre dernier, contre 146,7 milliard de livres enregistrés en septembre 2022, selon les chiffres rapportés cette semaine par le Lebanon This Week de la Byblos Bank.

Cette hausse spectaculaire est toutefois en partie liée à l’envolée du taux de change passé de 3.105 à 8.452 livres syriennes pour un dollar sur la même période, ce qui a permis aux cinq enseignes de réaliser un gain de change non-réalisé de l’ordre de 1750,2 milliards de livres syriennes. Il s’agit en résumé de ce que les cinq banques auraient gagné si elles avaient liquidé leurs placements en devises au taux de change atteint à fin septembre – le gain aurait été alors considéré comme réalisé.

En dollars, l’évolution de ces profits a enregistré une courbe sensiblement différente 268,6 millions de dollars, contre 52,8 millions un an plus tôt. Si l’on exclut les gains de changes non réalisés, les bénéfices de ces cinq mêmes filiales ont atteint 4,4 milliards de livres syriennes ou 700.000 dollars.

Pour mémoire

Les résultats des banques libanaises en Syrie pénalisés par le taux de change

Le rapport se base sur les chiffres de cinq des six filiales libanaises opérant en Syrie, soit la Banque BEMO Saudi Fransi, Bank of Syria & Overseas (filiale de la BLOM Bank), Fransabank Syria, Byblos Bank Syria et Bank ash-Sharq (filiale de la Banque libano-française). La sixième enseigne, Syria Gulf Bank (filiale de First National Bank), ne publie plus ses résultats depuis quelque temps, selon Nassib Ghobril, directeur du département de recherche de Byblos Bank, que nous avons contacté. « Nous avons donc révisé nos calculs pour comparer les résultats de septembre 2023 avec ceux des mêmes 5 banques en septembre 2022 », précise-t-il.

L’effondrement de la valeur de la livre syrienne est l’un des stigmates de l’instabilité de la Syrie 12 ans après le début du conflit qui a déchiré le pays. Le régime syrien est ciblé notamment par les États-Unis qui visent également les entités et les personnes faisant affaire avec lui via la loi César. Dans ce contexte, le taux évolue au-dessus de 11.000 livres pour un dollar, alors que celui du marché a, lui, dépassé la barre des 14.000 livres.

Cette hausse n’est pas sans rappeler la trajectoire de la livre libanaise qui est récemment entrée dans sa cinquième année consécutive de crise.

Les profits nets combinés des filiales des banques libanaises présentes en Syrie ont atteint 1754,6 milliards de livres syriennes fin septembre dernier, contre 146,7 milliard de livres enregistrés en septembre 2022, selon les chiffres rapportés cette semaine par le Lebanon This Week de la Byblos Bank.Cette hausse spectaculaire est toutefois en partie liée à l’envolée du taux de change...

commentaires (1)

Ok. Donc les maisons mère de ces banques peuvent disposer de ces liquidités pour régler une part des dépôts au Liban. Sauf si les actionnaires gangsters et voleurs veulent encore les garder pour eux.

Lecteur excédé par la censure

11 h 42, le 09 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ok. Donc les maisons mère de ces banques peuvent disposer de ces liquidités pour régler une part des dépôts au Liban. Sauf si les actionnaires gangsters et voleurs veulent encore les garder pour eux.

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 42, le 09 décembre 2023

Retour en haut