Rechercher
Rechercher

Sport - Basket

Lebron James terrasse les Pelicans et fonce en finale

Les Lakers ont décroché leur ticket pour la finale de la Coupe NBA contre les Pelicans (133-89) où ils retrouveront les Indiana Pacers, tombeurs des Milwaukee Bucks (128-119).

LeBron James lors de la victoire des Los Angeles Lakers face aux Pelicans de la Nouvelle-Orléans en demi-finale du In-Season Tournament de la NBA à la T-Mobile Arena de Las Vegas. Ethan Miller/AFP

Impérial à bientôt 39 ans (le 30 décembre), le « King » LeBron James a permis à ses Los Angeles Lakers d’écraser les Pelicans de la Nouvelle-Orléans (133-89) jeudi à Las Vegas pour défier Indiana en finale de la nouvelle Coupe NBA.

Sur un terrain design rouge et bleu, James a réveillé la T-Mobile Arena de Las Vegas, restée très sage en début d’après-midi pour Indiana-Milwaukee. Pas totalement remplie, la salle était tout de même garnie de supporters des Lakers, franchise ultrapopulaire à travers le pays, et ce d’autant plus à quatre heures de route de la Cité des anges.

Los Angeles s’est envolé lors du 3e quart-temps (43 à 17), avec un LeBron d’enfer, auteur de 30 points et 8 passes, à 9 sur 12 au tir (4 sur 4 de loin, 8 sur 8 aux lancers francs). Le tout en seulement 22 minutes, lui permettant de sortir définitivement dès le milieu de la 3e période.

Le « King » s’est montré supérieur dans tous les compartiments du jeu aux pauvres Pelicans, éparpillés, et continue d’impressionner par sa force, son sérieux et son envie pour sa 21e saison. « J’ai voulu partager dans ce match, faire les bons choix pour mes coéquipiers », a-t-il lancé.

Le quadruple champion NBA, meilleur marqueur de l’histoire de la ligue, avait prévenu dès le départ qu’il se verrait bien amasser un nouveau trophée avec cette Coupe NBA, créée plus tôt cette année pour dynamiser une soporifique saison régulière.

« Je vais me contenter d’un mot : extraordinaire, a lancé son coach Darvin Ham. C’est lui qui donne le ton, dès le début de la journée, aux réunions, quand on se rend au stade, pour appliquer le plan de jeu, avec son énergie, son sacrifice physique sur ses charges. »


Haliburton porte les Pacers

Après une première phase en novembre, des quarts lundi et mardi, le final 4 du tournoi se déroule de jeudi à samedi, jour de la finale, à Las Vegas. Un symbole important pour LeBron James, qui espère devenir actionnaire d’une future franchise NBA dans la cité du jeu, qui multiplie les grandes organisations sportives (GP de formule 1, Super Bowl 2024).

Samedi, il trouvera sur sa route les rafraîchissants Indiana Pacers, menés par la sensation du moment Tyrese Haliburton. Les Pacers ont dominé les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo (128-119) un peu plus tôt jeudi, avec 27 points et 15 passes pour Haliburton, le tout sans perdre un seul ballon, une rareté pour un meneur avec de telles responsabilités. Il a été bien épaulé par le pivot Myles Turner (26 points, 10 rebonds).

À 48 secondes de la fin du match, Haliburton a dégainé à toute vitesse, son style, un tir à trois points qui a achevé les Milwaukee Bucks, malgré les 37 points d’Antetokounmpo. « Je pense que nous surprenons pas mal de monde, personne ne nous attendait à ce niveau, à part nous-mêmes dans l’intimité du vestiaire », a commenté le meneur.

« Mes coéquipiers me mettent dans de super positions, et me permettent de faire les bons choix. Il m’arrive parfois de faire des passes un peu ratées, les gars rattrapent ça et me font passer pour bien meilleur que je ne suis », a-t-il humblement ajouté. « Tyrese (Haliburton) est un joueur qui transforme une équipe, avec lui sur le terrain tout est possible », a loué pour sa part son entraîneur Rick Carlisle.

Toutes les rencontres de la Coupe NBA, sauf la finale, comptent aussi pour la saison régulière.


Impérial à bientôt 39 ans (le 30 décembre), le « King » LeBron James a permis à ses Los Angeles Lakers d’écraser les Pelicans de la Nouvelle-Orléans (133-89) jeudi à Las Vegas pour défier Indiana en finale de la nouvelle Coupe NBA.

Sur un terrain design rouge et bleu, James a réveillé la T-Mobile Arena de Las Vegas, restée très sage en...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut