Rechercher
Rechercher

Politique - Guerre Hamas-Israël

Pas de demandes diplomatiques pour l'application de la 1701 au Liban, affirme Berry

Le président du Parlement dit ne pas être au courant d'une prochaine visite à Beyrouth de l'émissaire américain Amos Hochstein.

Pas de demandes diplomatiques pour l'application de la 1701 au Liban, affirme Berry

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry. Photo d'archives AFP

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a affirmé au quotidien Al-Liwa' du vendredi matin qu' « aucun diplomate ne (lui) a parlé de l'application de la résolution 1701 (du Conseil de sécurité de l'ONU) sur la base du souhait d'Israël ».

La résolution 1701, qui a mis fin à la guerre de juillet 2006 entre Israël et le Hezbollah, prévoit le retrait du parti chiite pro-iranien au nord du fleuve Litani et le déploiement de l'armée libanaise et d'une force multinationale dans la région frontalière.

Lire aussi

Derrière la visite de Bernard Émié, chef du renseignement français, à Beyrouth

Les propos de M. Berry interviennent alors que les bombardements entre le Hezbollah et Israël à la frontière sud se poursuivent depuis le 8 octobre, au lendemain du début de la guerre entre le Hamas et Israël à Gaza. Une trêve fragile d'une semaine a été observée du 24 au 30 novembre, avant que les combats ne reprennent. Le conflit a coûté la vie à plus de 110 personnes au Liban, pour la plupart des combattants du Hezbollah, et certaines puissances étrangères expriment régulièrement leur crainte d'une guerre ouverte entre le Liban et Israël.

Au-delà du Litani

Lors d'une visite à Beyrouth la semaine dernière, l'émissaire du président français Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, a appelé à stabiliser la situation au Liban-Sud, voyant dans la période actuelle l'occasion de mettre pleinement en œuvre la 1701.

Mercredi, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que son pays « repoussera le Hezbollah au-delà du fleuve Litani, soit par un règlement politique international, soit par une action militaire ».

Lire aussi

À l’ombre de la guerre de Gaza, un package deal se dessine au Liban

Commentant la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, M. Berry a affirmé que tout ce qui est dit sur la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies « n'est pas vrai ». « Que les Israéliens appliquent la résolution et se retirent des fermes de Chebaa, des collines de Kfarchouba, du village de Ghajar et des 13 points litigieux », a ajouté le chef du Législatif, allié du Hezbollah.

En ce qui concerne la demande israélienne d'une zone tampon au sud du fleuve Litani, M. Berry a dit : « Qu'ils créent une zone tampon chez eux».

Le chef de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et ancien ambassadeur de France au Liban, Bernard Émié, s'est rendu au Liban il y a quelques jours et s'est entretenu avec plusieurs responsables lors d'une visite qui s'est déroulée à l'abri des médias.

Hochstein au Liban?

Par ailleurs, selon des médias locaux, l'émissaire américain Amos Hochstein a rencontré il y a quelques jours le vice-président du Parlement Elias Bou Saab à Dubaï et lui a dit que la résolution 1701 « n'est pas un sujet chaud et que son amendement n'est pas actuellement sur la table ».

Répondant à la question de savoir si l'envoyé américain visitera Beyrouth, M. Berry a dit qu'il « n'était pas au courant » de cela.

Interrogé sur le risque d'une guerre au Liban, M. Berry a estimé que le pays était déjà « au cœur de la guerre ». Il a salué les opérations du Hezbollah, « qui n'ont pas dévié d'un millimètre des règles d'engagement, bien qu'Israël soit allé trop loin dans certains de ses bombardements et de ses raids ». Il a ajouté que « ce n'est pas par incapacité, mais parce que le parti est attaché au pays et à son peuple, et parce qu'il ne veut pas donner (au Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu l'occasion d'entraîner tout le monde dans l'Holocauste ».

Enfin, il a déclaré que son parti, le mouvement Amal, était prêt à défendre le Liban et son peuple. « S'ils (l'armée israélienne) pénètrent sur notre territoire, nous serons les premiers à résister », a-t-il souligné.

La mort d'au moins un combattant d'Amal a été annoncée jusque-là depuis le début du conflit.

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a affirmé au quotidien Al-Liwa' du vendredi matin qu' « aucun diplomate ne (lui) a parlé de l'application de la résolution 1701 (du Conseil de sécurité de l'ONU) sur la base du souhait d'Israël ».La résolution 1701, qui a mis fin à la guerre de juillet 2006 entre Israël et le Hezbollah, prévoit le retrait du parti chiite...
commentaires (6)

- LA MILLE SEPT CENTS ET UN ! - PAS DE DEMANDE TYPIQUE, - NOUS DIT LE PERCHE PLUS UN, - DE RESPECTER SON CANTIQUE. - MIKO CHANTE EN L,AFFIRMANT. - LE BARBU LA RENIANT, - DU PERCHOIR ON VOIT LES CHOSES, - MEME NOIRES... COMME ROSES !

LA LIBRE EXPRESSION

14 h 58, le 09 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • - LA MILLE SEPT CENTS ET UN ! - PAS DE DEMANDE TYPIQUE, - NOUS DIT LE PERCHE PLUS UN, - DE RESPECTER SON CANTIQUE. - MIKO CHANTE EN L,AFFIRMANT. - LE BARBU LA RENIANT, - DU PERCHOIR ON VOIT LES CHOSES, - MEME NOIRES... COMME ROSES !

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 58, le 09 décembre 2023

  • Avec son discours, Berry confirme la non légitimité de Mikati puisqu’il considère qu’aucune demande diplomatique n’a été faite pour l’application de la 1701 alors que ce dernier ne cesse de le demander depuis le déclenchement des hostilités et même avant. Il doit parler de lui et de ses alliés qui se prennent pour les seuls représentants diplomatiques de notre pays et bien sûr ils n’ont aucun intérêt à en faire la demande vu qu’ils piétinent tous les accords, même la constitution de notre pays et toutes ses institutions et représentants étatiques. Il se sent intouchable et compte en profiter

    Sissi zayyat

    12 h 40, le 09 décembre 2023

  • Aucun diplomate n’aurait parlé à Berry de l'application de la résolution 1701 ? Et alors? Est-il nécessaire de rappeler 1000 fois au Liban ses obligations pour qu’il s’estime tenu? Mikati nous répète sans cesse, soit que le Liban observe la 1701 (Non, mais, sans blague!), soit qu’il va s’efforcer de le faire, mais il se garde bien de faire quoi que ce soit en ce sens.

    Yves Prevost

    07 h 56, le 09 décembre 2023

  • Pour mémoire, la résolution 1559 comprend plusieurs volets : • 1) Le retrait des troupes étrangères. C'est-à-dire de l'armée syrienne chargée provisoirement de maintenir la paix civile à l'issue de l'Accord de Taëf, mais toujours présente quinze ans après. Et aussi de l'armée israélienne occupant la petite zone dite des Fermes de Chebaa qui joue le rôle de réservoir d'eau régional. • 2) le désarmement et la dissolution de toutes les milices.

    TrucMuche

    15 h 23, le 08 décembre 2023

  • Si toutes les résolutions de l’ONU concernant Israël, le Liban et la Palestine étaient appliquées le monde se porterait tellement mieux ! Il faudrait commencer par la 242 du 22 novembre 1967 et toutes les autres depuis.

    TrucMuche

    15 h 18, le 08 décembre 2023

  • "... Pas de demandes diplomatiques pour l'application de la 1701 au Liban, affirme Berry ..." - Comprendre: il n'y a encore eu aucun accord quand aux rémunérations et commissionnements...

    Gros Gnon

    15 h 14, le 08 décembre 2023

Retour en haut