Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - CONFLIT

La trêve vole en éclats à Gaza : des milliers d’habitants reprennent la route des hôpitaux

L’armée israélienne reprend raids aériens et tirs d’artillerie, alors que le Hamas recommence à tirer des roquettes en direction d’Israël.

La trêve vole en éclats à Gaza : des milliers d’habitants reprennent la route des hôpitaux

Un panache de fumée s’élève lors d’une frappe israélienne sur le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. Saïd Khatib/AFP

Dès les premières explosions, alors que le gouvernement du Hamas annonçait au moins six Palestiniens tués dans une frappe aérienne à Rafah, des milliers d’habitants du petit territoire palestinien ont repris la route des hôpitaux et des écoles devenus camps de fortune pour les déplacés à travers la bande de Gaza.

Dans la nuit pourtant, une nouvelle fois, d’intenses tractations avaient eu lieu pour une nouvelle reconduction de la trêve en vigueur le 24 novembre entre Israël et le Hamas dans le petit territoire palestinien. Vendredi matin, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu accusait le Hamas d’avoir « violé l’accord » et « tiré des roquettes ».

L’armée israélienne a envoyé des messages sur les téléphones des habitants de certains quartiers de la ville de Gaza, ainsi que des villages bordant la frontière avec Israël dans le Sud, les exhortant à « partir immédiatement » car elle allait mener « des attaques militaires dures ».

Jeudi, huit otages israéliens avaient été libérés par le Hamas, et trente prisonniers palestiniens par Israël, dans le cadre d’un accord d’échanges entré en vigueur vendredi dernier pour quatre jours puis renouvelé chaque soir ensuite. Cet accord garantissait une « trêve temporaire » à Gaza et a expiré à 5h00 GMT.

Les autorités israéliennes ont réinstauré l’interdiction aux écoles d’ouvrir sans un abri aux normes.

Signe aussi d’une situation toujours fragile, le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, l’Union européenne et Israël notamment, avait revendiqué une attaque meurtrière jeudi à Jérusalem qui a coûté la vie à quatre Israéliens.

Le Hamas s’était néanmoins dit prêt à prolonger la trêve dans la bande de Gaza, après un appel du secrétaire d’État américain Antony Blinken à poursuivre la pause dans les combats, à quelques heures de son expiration vendredi.

Le territoire assiégé a connu sept semaines de bombardements israéliens dévastateurs en représailles à l’attaque sanglante lancée le 7 octobre par le Hamas sur le sol israélien.

Cette pause, négociée par le Qatar, les États-Unis et l’Égypte, a permis la libération de dizaines d’otages retenus à Gaza depuis le 7 octobre et de trois fois plus de Palestiniens détenus par Israël, ainsi que l’entrée d’aide humanitaire dans l’enclave palestinienne.

Jeudi, à Tel-Aviv, Jérusalem et Ramallah, le siège de l’Autorité palestinienne, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait appelé à prolonger la trêve, tout en prévoyant l’option d’une reprise des combats. « Des plans de protection humanitaire des civils doivent être mis en place afin de minimiser les morts de Palestiniens innocents », avait ajouté le secrétaire d’État.

Otages et prisonniers

À Ofakim, dans le Sud israélien, des habitants se sont réunis dans la nuit pour accueillir Shani Goren, 29 ans. « Personne n’est aussi gentille qu’elle. Même en captivité, elle donnait sa nourriture aux autres, c’est ce que nous avons appris des témoignages d’autres otages », a dit une proche, Efik Cohen.

La trêve a permis la libération de 80 otages israéliens, des femmes et des enfants, et de 240 prisonniers palestiniens, également des femmes et des mineurs. Une vingtaine d’étrangers ou binationaux, en majorité des Thaïlandais travaillant en Israël, ont également été libérés hors du cadre de l’accord. L’armée israélienne a estimé qu’environ 240 personnes avaient été prises en otages et emmenées dans la bande de Gaza lors de l’attaque du 7 octobre. Cette attaque a fait 1 200 morts en Israël, en majorité des civils, selon les autorités.

En représailles à cette attaque, Israël a promis d’« anéantir » le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007, pilonnant le territoire palestinien et lançant le 27 octobre une offensive terrestre qui a duré jusqu’au début de la trêve le 24 novembre.

D’après le gouvernement du Hamas, plus de 15 000 personnes, dont au moins 6 150 enfants et jeunes de moins de 18 ans, ont péri dans les frappes israéliennes.

Se laver à l’eau salée

L’accord de trêve avait permis d’augmenter l’arrivée de l’aide humanitaire à Gaza où, selon l’ONU, l’ensemble des 2,4 millions d’habitants sont en insécurité alimentaire. Les besoins sont immenses dans le territoire déjà soumis à un blocus israélien depuis 2007 et placé depuis le 9 octobre en état de siège total par Israël. Selon l’ONU, 1,7 million d’habitants ont été déplacés par la guerre, et plus de la moitié des logements endommagés ou détruits. Plusieurs centaines de milliers de civils ont fui le nord du petit territoire, dévasté par les combats, pour chercher refuge dans le Sud. Des milliers d’entre eux ont profité de la trêve pour rentrer chez eux dans le Nord, ignorant l’interdiction de l’armée israélienne qui dit y contrôler plusieurs secteurs.

Source : AFP

Dès les premières explosions, alors que le gouvernement du Hamas annonçait au moins six Palestiniens tués dans une frappe aérienne à Rafah, des milliers d’habitants du petit territoire palestinien ont repris la route des hôpitaux et des écoles devenus camps de fortune pour les déplacés à travers la bande de Gaza.Dans la nuit pourtant, une nouvelle fois, d’intenses tractations...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut