Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Mode

Dior réinvente la magie de Noël avec un « Carrousel des rêves » chez Saks, New York

À l’approche des fêtes, la maison Dior s’est associée à Saks pour imaginer « Dior’s Carousel of Dreams at Saks », une mise en scène spectaculaire magnifiant la façade et l’ensemble des vitrines de l’emblématique magasin.

Dior réinvente la magie de Noël avec un « Carrousel des rêves » chez Saks, New York

La magnifique façade de « Dior’s Carousel of Dreams at Saks ». Photo Paul Vu/Dior

Que seraient les fêtes de l’hiver si elles ne s’aimaient pas dans la rue, si les vitrines ne se mettaient pas de la partie avec leurs décorations et leurs surenchères créatives ? Cette année, malgré les taches sombres que font sur le Globe les guerres de Gaza et d’Ukraine, Dior allume ses lumières à New York, sur les façades du géant Saks, le célèbre magasin de la Cinquième avenue dédié au luxe et au raffinement.

À l’approche des fêtes, la maison Dior s’est associée à Saks pour imaginer « Dior’s Carousel of Dreams at Saks », une mise en scène spectaculaire magnifiant la façade et l’ensemble des vitrines de l’emblématique magasin. Cette collaboration inédite rend hommage aux liens fondateurs tissés, depuis plus de soixante-dix ans, entre Dior et New York.

Dès 1947, Christian Dior éprouve une admiration profonde pour les États-Unis. Une source d’inspiration multiple qui donne naissance – dès sa première collection – au modèle New York, semblant concentrer le souffle contemporain de « la ville qui ne dort jamais ». De toutes les femmes du monde qui adoptent le New-Look, ce sont les Américaines qui lui offrent le succès le plus retentissant. Ce récit d’amitié et de passion s’enrichit aujourd’hui de ce nouveau chapitre, totalement unique par son ampleur et son élan créatif, infusé de la beauté des rêves.

La cérémonie d’ouverture sublimée par une performance de la compagnie de danse new-yorkaise Martha Graham. Photo DR

Depuis le 20 novembre 2023 et jusqu’au 5 janvier 2024, la façade de Saks Fifth Avenue se pare d’une installation fabuleuse faisant rayonner les codes iconiques de Dior. L’étoile, le trèfle ou encore les signes du zodiaque – évoquant la destinée et les porte-bonheurs du couturier-fondateur – ponctuent une roue de la Fortune géante mesurant plus de 35 mètres de diamètre. Un tableau féerique, sublimé chaque soir d’éblouissants jeux de lumière, perpétue la tradition des illuminations qui métamorphosent et enchantent, chaque fin d’année, l’édifice de la 5e avenue. Cette œuvre est le fruit d’un dialogue créatif entre Maria Grazia Chiuri, la directrice artistique Dior, et l’artiste romain Pietro Ruffo autour de la collection Dior croisière 2024.

Lire aussi

ODE, le nouveau projet de surcyclage de Larissa von Planta

Chaque soir, d’éblouissants jeux de lumière magnifient ce décor spectaculaire – de 16h35 à 22h35. Dans une chorégraphie céleste, l’étoile porte-bonheur de Monsieur Dior s’épanouit et annonce alors le début des festivités dans un ciel éclairé d’astres oniriques. Ce spectacle en trois temps – articulés autour de la beauté de la création, de la nature et des instants magiques de l’hiver – enchante peu à peu l’ensemble de l’édifice sous l’égide des constellations. La nuit et l’apparition poétique de la lune laissent place à une délicate aurore boréale. Tandis que le jour se lève, les fleurs prennent vie au rythme de la musique, puis des feux d’artifice aux couleurs captivantes. D’envoûtants papillons s’échappent de leur cocon et, par leur envol, font scintiller ce ballet fantastique, ode aux cycles des saisons.

Ce son et lumière inédit a été inauguré le 20 novembre 2023 au cours d’une cérémonie d’ouverture sublimée par une performance de la célèbre compagnie de danse new-yorkaise Martha Graham. Les 60 danseurs étaient vêtus de tenues conçues spécialement par Maria Grazia Chiuri, en maille bleu marine ultracontemporaine dont le tricotage a été développé avec le moins de coutures possible. Certains de ces ensembles étaient parachevés d’une coiffe en forme de lune en résine argentée, signée Stephen Jones.

Que seraient les fêtes de l’hiver si elles ne s’aimaient pas dans la rue, si les vitrines ne se mettaient pas de la partie avec leurs décorations et leurs surenchères créatives ? Cette année, malgré les taches sombres que font sur le Globe les guerres de Gaza et d’Ukraine, Dior allume ses lumières à New York, sur les façades du géant Saks, le célèbre magasin de la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut