Rechercher
Rechercher

Politique - Conflit

Le Hezbollah respectera la trêve à Gaza, sauf si Israël attaque le Liban-Sud

Sur le terrain, « un calme précaire » régnait vendredi matin dans le Sud, selon le correspondant de L'Orient-Le Jour.

Le Hezbollah respectera la trêve à Gaza, sauf si Israël attaque le Liban-Sud

Un portrait du leader du Hezbollah Hassan Nasrallah, porté par des scouts, pendant les funérailles du fils du député Mohammad Raad, le 23 novembre 2023 à Jbaa, au Liban-Sud. REUTERS/Alaa al-Marjani

Alors qu'une trêve de quatre jours est entrée en vigueur à Gaza vendredi matin, une porte-parole du Hezbollah a confirmé à L'Orient-Le Jour que le parti pro-iranien, qui est engagé dans des échanges de tirs quasi quotidiens avec l'Etat hébreu, respectera le cessez-le-feu sauf si le Liban-Sud est attaqué. 

« Bien sûr que nous nous conformons à la trêve décrétée à Gaza, à condition qu'Israël ne frappe pas le Liban-Sud. S'il le fait, nous n'allons certainement pas rester les bras croisés », a déclaré cette responsable. 

Kassem Kassir, un analyste proche du Hezbollah, assure pour sa part que « le parti a averti les habitants du Liban-Sud qu'il allait respecter le cessez-le-feu ». Selon lui, la formation chiite « ne lancera pas d'opérations durant la trêve, sauf si Israël attaque ». « On ne peut pas faire confiance à l'Etat hébreu. L'armée israélienne pourrait essayer de mener des opérations pendant les prochains jours. Mais les Etats-Unis font pression pour que la trêve soit respectée au Liban-Sud », précise-t-il à notre publication. 

Du côté de l'État hébreu, le site d'informations Times of Israel a rapporté, mercredi, qu'Israël n'avait pris aucun engagement en matière de trêve concernant la frontière nord et que le Hezbollah serait jugé « sur ses actes » plutôt que sur ses paroles, selon des propos attribués au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Mardi, le quotidien Haaretz a révélé, pour sa part, qu'un responsable du renseignement militaire israélien avait averti le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en mars et en juillet dernier, que la crise sociopolitique qui secoue l'État hébreu pourrait encourager l'Iran, le Hezbollah et le Hamas à se lancer dans une offensive simultanée. 

Lire aussi

Ces fils de hauts dirigeants du Hezbollah tués par Israël

Deux obus avant 7h

Sur le terrain, « un calme précaire » régnait vendredi matin, selon le correspondant de L'OLJ au Liban-Sud, Mountasser Abdallah. « Deux obus sont tombés aux abords de la localité de Khiam, avant 7h le matin », peu avant le début de l'entrée en vigueur de la trêve humanitaire à Gaza, a-t-il rapporté.

Un photographe de l'AFP dans la région frontalière de Marjayoun a indiqué avoir entendu des échanges de tirs dix minutes avant le début de la trêve, avant que le calme ne revienne.

Depuis le 8 octobre, 85 miliciens du Hezbollah ont été tués dans des frappes israéliennes, selon notre décompte, dont le fils du chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad. Au moins 14 civils incluant trois journalistes ont été tués au Liban, selon l'AFP.

Le Hezbollah avait intensifié jeudi ses attaques contre Israël. Dans plusieurs communiqués successifs, le parti chiite, qui intervient pour soutenir le Hamas palestinien, avait revendiqué plus de 20 attaques contre des positions militaires israéliennes.

Lire aussi

Mourir pour la « résistance » : comment le Hezbollah cultive le martyre

L'armée israélienne avait mené des raids aériens jeudi soir au-dessus de Kfarchouba, Chihine et Marwahine, au Liban-Sud, selon le correspondant de L'OLJ. L'Etat hébreu a également frappé Adaïssé, provoquant des dégâts dans une dizaine de commerces, ainsi qu'au niveau des citernes d'eau du village. Un homme a été blessé au commissariat de cette localité, avant d'être traité sur place. 

Des avions de reconnaissance ont survolé jeudi soir Maaroub, Barich, Derdghayya et Hmaira, au nord-est de Tyr. Des bombardements ont été rapportés, vendredi vers 1h30 à Khiam, Kfarkila, Awaïda et Markaba, tandis que des bombes éclairantes ont été lancées au-dessus de Ramiya, Aïta el-Chaab et Kawzah.

Alors qu'une trêve de quatre jours est entrée en vigueur à Gaza vendredi matin, une porte-parole du Hezbollah a confirmé à L'Orient-Le Jour que le parti pro-iranien, qui est engagé dans des échanges de tirs quasi quotidiens avec l'Etat hébreu, respectera le cessez-le-feu sauf si le Liban-Sud est attaqué. « Bien sûr que nous nous conformons à la trêve décrétée à Gaza, à...

commentaires (4)

La logique de paradoxe chez les barbus Ils voudront une chose et son contraire meme dans la meme phrase

william semaan

05 h 58, le 26 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La logique de paradoxe chez les barbus Ils voudront une chose et son contraire meme dans la meme phrase

    william semaan

    05 h 58, le 26 novembre 2023

  • On sait par expérience qu’il n’a aucune parole. Il a fait de notre Liban son petit joujou avec lequel il manipule le monde fort du silence de son peuple désarmé qui le laisse jouer avec sa vie. Une guerre se joue aux frontières et non dans les hôpitaux, les écoles et les lieux peuplés de civils qui leur servent de bouclier humain.

    Sissi zayyat

    11 h 53, le 25 novembre 2023

  • Hahahah exactement comme le 8 octobre. !?!! On laisse les groupuscules islamiste envoie des rockets vers Israël et on dit après si Israël nous attaques on vas répondre MAIS DANS QUEL ESPRIT NORMAL POURRAI ACCEPTER CETTE DISTORTION DE LA RÉALITÉ ???

    Bery tus

    15 h 20, le 24 novembre 2023

  • - SI J,ETAIS DANS LA PEAU DU BARBU, - COMME LUI BROUILLE DANS LE DILEMME, - ET EPOUSANT TOUTES SES CROYANCES, - QUE FERAIS-JE, EN CE CONFLIT PERDU, - D-AVANCE, SINON DU PING PONG MEME, - ATTENDANT LA FIN ET LES SENTENCES ? - JE PARLE DE LA GUERRE METISSE - DE CHEZ NOUS, JE VEUX QU,IL DEGUERPISSE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 52, le 24 novembre 2023

Retour en haut