Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Mikati : Nous choisissons la paix

« Nous avons eu assez de guerres au Liban », a déclaré mercredi le chef du gouvernement sortant, lors d’un Conseil des ministres au Grand Sérail.

Mikati : Nous choisissons la paix

Le Premier ministre libanais sortant, Nagib Mikati, le 1er novembre 2023 lors d'une réunion du gouvernement au Grand sérail de Beyrouth. Photo Nabil Ismaïl

Le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, a appelé mercredi à la mise en place d’un cessez-le-feu de cinq jours à Gaza, lors d’une réunion du gouvernement au Grand Sérail, à Beyrouth. Il a par ailleurs déclaré que le Liban optait pour la paix, faisant porter à Israël la responsabilité de toute décision de guerre avec le pays du Cèdre, alors que les affrontements quotidiens entre le Hezbollah et l’armée israélienne à la frontière sud, lancés au lendemain de l’attaque sanglante du Hamas, le 7 octobre, contre l’État hébreu, se poursuivent.

« Un cessez-le-feu pour une durée de cinq jours est nécessaire, humainement parlant. Durant cette période, les contacts internationaux seront menés pour assurer l’échange de prisonniers (entre le Hamas et Israël). Ces contacts serviront à établir un cessez-le-feu permanent, dans le but de dessiner les grandes lignes de la paix dans la région », a déclaré Nagib Mikati en début de réunion, selon des propos rapportés dans un communiqué publié sur le compte X (ex-Twitter) du gouvernement. M. Mikati a dans ce contexte évoqué « l’offensive israélienne au Liban-Sud, les martyrs, les victimes, les habitations détruites, l’incendie des récoltes et les dégâts économiques et financiers » dans le pays, tout en appelant la communauté internationale à réagir. Les bombardements entre le Hezbollah et ses alliés parmi les factions palestiniennes d’une part, et Israël d’autre part, ont jusque-là fait plus d’une cinquantaine de morts au Liban-Sud, majoritairement des combattants du parti chiite, ainsi que plusieurs civils. « Nous avons eu assez de guerres au Liban, nous choisissons la paix. La décision de la guerre est aujourd’hui entre les mains d’Israël », a affirmé M. Mikati.


Lire aussi

Déluge d’al-Aqsa : la diplomatie libanaise brille par son absence

La veille, il avait accordé un entretien au magazine britannique The Economist dans lequel il évoque un plan de paix en trois étapes : une pause humanitaire de cinq jours à Gaza, des négociations pour un échange de prisonniers et, enfin, « un accord de paix global au Moyen-Orient qui inclue les Arabes et les Iraniens », basé sur la solution des deux États. « Si nous parvenons à un accord sur la paix internationale et globale, je suis convaincu que le Hezbollah et le Hamas déposeront leurs armes », a-t-il estimé.M. Mikati a également indiqué lors de cet entretien qu’il mettait tout son poids dans la balance, tant au Liban qu’à l’étranger, pour empêcher que le conflit ne s’étende au Liban et se transforme en « guerre régionale ». « Il faut reconnaître le droit d’Israël et des Palestiniens », a-t-il affirmé. Ce genre de déclaration est assez rare venant d’un dirigeant libanais, surtout en cette période de guerre contre l’État hébreu. Certes, en 2002, Beyrouth a accueilli un sommet arabe pour la paix où les dirigeants de la région se sont dits prêts à normaliser leurs relations avec Israël en échange de l’établissement d’un État palestinien à Gaza et en Cisjordanie. Toutefois, il s’agit de la première fois que l’Iran est inclus dans un plan pour la paix au Proche-Orient présenté par un dirigeant arabe. « Il est temps de rendre la paix possible dans la région », a espéré M. Mikati qui semble reconnaître la difficulté de contourner désormais la République islamique, mère de « l’axe de la résistance dans la région ». Dans le cadre d’une tournée arabe, le Premier ministre sortant s’était rendu dimanche à Doha pour évoquer la situation régionale avec l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, ainsi qu’avec le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, le cheikh Mohammad ben Abderrahman al-Thani. Il s’était également entretenu avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, lors de la visite de ce dernier à Beyrouth le 13 octobre.

« Situation bien meilleure »
Commentant en outre la vacance présidentielle qui se poursuit depuis un an, Nagib Mikati a estimé lors du Conseil des ministres que « la situation est bien meilleure aujourd’hui » comparée au même moment l’année dernière, lors du départ du président Michel Aoun. « Cela est dû aux efforts de tous les ministères pour préserver l’État et ses institutions. Même sur le plan financier, tout le monde voit les efforts fournis », a-t-il dit. « Nous appelons à élire un président au plus vite, malgré les difficultés auxquelles le pays fait face », a ajouté le chef du gouvernement. Mercredi, le département d’État américain a appelé les députés libanais à élire un président de la République, à former un gouvernement « sans corruption » et à mettre en œuvre les réformes nécessaires pour obtenir un accord avec le Fonds monétaire international (FMI). Le Parlement a tenu 12 séances électorales afin d’élire un nouveau président, mais toutes ont échoué faute d’accord politique autour d’un candidat, le camp du Hezbollah tenant à la candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, et celui de l’opposition à celle de l’ancien ministre Jihad Azour.

Nagib Mikati a par ailleurs appelé l’ensemble des membres de son cabinet à prendre part aux réunions du gouvernement. « Ils doivent être présents et travailler ensemble, surtout que le pays traverse des circonstances délicates, aux niveaux politique, sécuritaire, économique, sanitaire et social », a-t-il dit. Depuis la fin du mandat Aoun, les ministres proches de l’ancien chef de l’État refusent de participer aux réunions du cabinet sortant et accusent M. Mikati de chercher à s’arroger les prérogatives du président de la République. Prenant la parole à la fin de la réunion gouvernementale, le ministre sortant de l’Information, Ziad Makari, a réitéré les propos du Premier ministre concernant le refus de la guerre au Liban, ainsi que l’appel à une trêve de cinq jours à Gaza. Il n’a toutefois communiqué aucune décision concrète à l’issue de la réunion du cabinet. L’Orient-Le Jour a tenté de le joindre pour un commentaire à ce sujet, mais il n’était pas joignable.

Lire aussi

Où est donc passée l’opposition au Liban ?

Le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, a appelé mercredi à la mise en place d’un cessez-le-feu de cinq jours à Gaza, lors d’une réunion du gouvernement au Grand Sérail, à Beyrouth. Il a par ailleurs déclaré que le Liban optait pour la paix, faisant porter à Israël la responsabilité de toute décision de guerre avec le pays du Cèdre, alors que les affrontements quotidiens entre...

commentaires (14)

Paralys%C3%A9%20et%20impuissant.%20Seule%20sa%20langue%20fonctionne%20encore.%20Papy%20Mika%2C%20tu%20nous%20faire%20rire...%20pardon%2C%20pleurer%20!

Ca va mieux en le disant

16 h 23, le 02 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Paralys%C3%A9%20et%20impuissant.%20Seule%20sa%20langue%20fonctionne%20encore.%20Papy%20Mika%2C%20tu%20nous%20faire%20rire...%20pardon%2C%20pleurer%20!

    Ca va mieux en le disant

    16 h 23, le 02 novembre 2023

  • Vous voulez la paix Mr Mikati, c parfait, Alors ordonne l’armée libanaise d’être sur la frontière avec Israël En ce moment vous allez être cohérent avec vos convictions

    william semaan

    11 h 47, le 02 novembre 2023

  • On voit qu’il a appris à lever le doigt pour annoncer la volonté des libanais de vivre en paix. Maintenant il faut qu’il apprenne à hausser le ton en parlant vrai et en dénonçant les provocations du HB qui veut à tout prix entraîner notre pays dans cette sale guerre. Il faut nommer les choses et arrêter de faire semblant en disant tout et son contraire. Le HB n’a aucun droit sur le sort de notre pays ni la vie de ses citoyens. Le jour où les autorités libanaises auront le courage de le dire, notre pays pourrait envisager d’être secouru et protégé par les défenseurs de la démocratie des envahisseurs qui n’ont de but que de semer le cahos dans le monde pour le dominer. Il ne faut pas croire que ces guerres s’arrêteront le jour où les palestiniens auront leur propre pays. Ces organisations terroristes, maintenant unis pour une cause, qui n’est qu’une démonstration de leur pouvoir de nuisance dans le monde, se feront un plaisir de s’adonner à une autre guerre entre eux pour dominer

    Sissi zayyat

    11 h 27, le 02 novembre 2023

  • Mikati a les mains liés par l'occupation Iranienne au Liban. Il fait ce qu'il peut. Du Respect pour ses efforts de sauvegarder le Liban.

    Mon compte a ete piraté.

    11 h 17, le 02 novembre 2023

  • Hélas pour toi et pour le pays, tu ne peux rien choisir mon pauvre ami, et tu n’as pas l’air d’être plus informé que nous sur le sort de notre pays, Autant arrêter cette comédie et rejoindre la République Islamique officiellement puisque nous sommes une de ses provinces.

    Liban Libre

    10 h 41, le 02 novembre 2023

  • Quand Mikou propose un plan de paix, il faut se demander non pas qu'est ce qu'il a a gagner, mais combien il a a gagner .....

    Michel Trad

    09 h 55, le 02 novembre 2023

  • M Mikati faisant porter à Israël la responsabilité de toute décision de guerre: il a peur de dire au Hezbollah clairement de ne pas attaquer ? La décision est bien entre les mains de Nasrallah et de l'Iran et eux seul ! Dite la vérité M Mikati pour une fois

    Aboumatta

    09 h 17, le 02 novembre 2023

  • De grâce, cessez de déclarer dans toutes les directions, et AGISSEZ vraiment !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 56, le 02 novembre 2023

  • " Nous choisissons la paix", annonce Mikati. Mais, il n'est pas question de faire quoi que ce soit pour empêcher la guerre! Comme, par ex. dénoncer les tirs de provocation du Hezbollah et de ses complices. Pas besoin d'être expert en stratégie militaire pour comprendre qu'Israël veut éviter à tout prix l'extension de la guerre au Liban. Si elle doit se produire, ce ne sera pas de sa décision comme feint de le croire Mikati, mais de celle de Khamenei.

    Yves Prevost

    06 h 53, le 02 novembre 2023

  • Étrange discours mais nécessaire

    sarraf antoine

    04 h 56, le 02 novembre 2023

  • LOL.

    Elie Aoun

    03 h 01, le 02 novembre 2023

  • Je ne suis pas un 'fan' du PM Mikati. Cependant cette position est fondamentale. Le gouvernement Libanais officiel (ou ce qui en reste) dit NON a la guerre, tout comme certains partis chretiens (FL, CPL, Kataeb), druzre (PSP), les reformateurs ... Cela rend la marge de manoeuvre du Hezbollah plus delicate pour decider d'entrer en guerre.

    LH

    02 h 55, le 02 novembre 2023

  • Il représente qui celui-là? Et il parle pour qui ?

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 10, le 01 novembre 2023

  • Il est entrain de donner le feu vert aux barbus en les affranchissants par avance de leurs décisions ... Je ne dirais qu'un mot, Hypocrite

    Zeidan

    15 h 03, le 01 novembre 2023

Retour en haut