Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Gaza

Comment les combattants assiégés du Hamas ont-ils appris à faire du parapente ?

Nous avons interrogé plusieurs experts pour savoir ce qui pourrait se cacher derrière les images inédites de samedi montrant des combattants du Hamas volant en parapentes motorisés au-dessus d'Israël.

Comment les combattants assiégés du Hamas ont-ils appris à faire du parapente ?

Les Brigades Ezzeddine al-Qassam s'entraînent avec des parapentes alors qu'elles se préparent à une attaque armée aérienne. Capture d'écran/REUTERS

Samedi, le Hamas a stupéfait le monde entier en lançant ses combattants en parapentes motorisés en dehors de la bande de Gaza assiégée, ouvrant la voie à une attaque terrestre, aérienne et maritime contre Israël, la première du genre depuis la création d'Israël en 1948. Cinquante ans plus tard, à un jour près, l'opération rappelle l'offensive surprise de 1973 lorsque l'Egypte et la Syrie avaient déclaré la guerre à Israël lors de Yom Kippour.

Mardi matin, les hostilités se poursuivent pour le quatrième jour entre Israël et le Hamas dans la Bande de Gaza, avec un bilan qui ne cesse de grimper, tant du côté palestinien qu'israélien. Pendant ce temps, des vidéos et des images circulent abondamment en ligne montrant des combattants du Hamas infiltrant le territoire israélien, notamment leur descente lors d'une fête en plein air à quelques kilomètres à peine de Gaza, en deltaplane motorisé.

L'Orient Today s'est entretenu avec deux experts militaires, un instructeur de deltaplane et un responsable du Hamas, pour comprendre comment s'est déroulée l'opération.

Comment la formation nécessaire à une opération militaire en parapente a-t-elle pu se passer inaperçue dans une zone hautement surveillée et assiégée ? L'expert militaire libanais Riad Kahwaji affirme à notre publication que les combattants en parapente ont probablement « reçu leur formation en dehors de Gaza, ce qui signifie qu'ils ont dû sortir du territoire assiégé ».

« Les combattants en parapente étaient essentiels dans l'opération "Déluge d'al-Aqsa". Pour franchir la barrière de défense, il faut voler vers le haut, et une fois qu'ils ont atterri, ils ont pu enlever une partie du siège et permettre à des centaines de combattants de s'infiltrer sur le territoire israélien », précise-t-il.

Sous couvert d'anonymat pour ne pas mélanger sport et politique, le responsable d'une organisation sportive de parapente au Liban estime que « d'un point de vue technique, ce que nous avons vu dans la vidéo ne fonctionne pas », car les combattants auraient eu besoin de plus d'espace pour atterrir que ce qui était visible dans les vidéos. « De plus, un voyage en parapente typique pourrait être saboté par une seule balle d'un pistolet ordinaire » ajoute-t-il.

Le général libanais à la retraite Khalil Hélou, explique quant à lui avoir « lu plusieurs rapports divulgués par les autorités israéliennes selon lesquels leurs services de renseignement avaient observé les exercices de parapentes menés par les militants du Hamas, mais ils ne croyaient pas que le Hamas avait la capacité d'orchestrer une telle opération ou cette technique fonctionnerait effectivement ». L'Orient Today n'a pas pu vérifier immédiatement l'existence ou le contenu de tels rapports.

Le général Hélou observe que le parapente était doté d'un moteur et qu'il ne s'agissait pas d'un parapente classique. Il s'agissait plutôt, a-t-il dit, « d'une conception militaire ». « Il est vrai qu'ils en ont besoin pour franchir des endroits inaccessibles à pied en raison du siège, mais le parapente a principalement été utilisé à des fins de propagande », nuance-t-il.

Selon lui, le recours au parapente a bénéficié d'une exposition médiatique exagérée, en comparaison de son impact réel. « Il y a 20.000 Palestiniens qui quittent Gaza chaque jour pour travailler à l'extérieur de la bande de Gaza et qui reviennent tous les jours, certains d'entre eux travaillent probablement pour le Hamas et ont guidé et préparé le terrain pour l'opération du point de vue géographique, de sorte que les militants savaient où sont situés les postes de police, etc. », soutient l'expert, relevant que cette infiltration par le Hamas est plus dangereuse et efficace que les parapentes utilisés.

Selon le général Hélou, le recours aux parapentes motorisés par le Hamas a servi principalement à « booster le moral des partisans du Hamas et terroriser Israël et ses partisans ».

Ali Baraké, qui appartient à la direction du Hamas au Liban, affirme à L'Orient Today que, pour que le mouvement puisse exécuter son opération et envoyer ses combattants en parapente, « il a dû bénéficier de l'aide de ses alliés et amis ». « Nous avons planifié cette opération pendant deux ans », a-t-il ajouté.

« Nous sommes occupés depuis 75 ans et nous voulons résister et libérer notre peuple, martèle-t-il. Nous utiliserons tous les moyens dont nous disposons. Israël a toujours prétendu que son armée était invincible, mais samedi, il s'est effondré devant la résistance palestinienne », ajoute Ali Baraké.

Samedi, le Hamas a stupéfait le monde entier en lançant ses combattants en parapentes motorisés en dehors de la bande de Gaza assiégée, ouvrant la voie à une attaque terrestre, aérienne et maritime contre Israël, la première du genre depuis la création d'Israël en 1948. Cinquante ans plus tard, à un jour près, l'opération rappelle l'offensive surprise de 1973 lorsque l'Egypte et la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut