Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

La succession de Mahmoud Abbas, véritable enjeu des derniers affrontements à Aïn el-Héloué

Jusqu’à aujourd’hui, le Hezbollah était convaincu que les développements à Aïn el-Héloué, notamment les deux rounds armés en juillet et en août, ne s’inscrivent pas dans le cadre d’un vaste plan régional visant à fermer les camps de réfugiés palestiniens au Liban pour porter un coup fatal à leur droit au retour. Cette approche est certes possible, estiment les cadres du parti, mais pour l’instant il n’y a pas d’indices concrets permettant de la confirmer.

Pour le Hezbollah, les affrontements dans le camp de Aïn el-Héloué restent limités à un conflit interpalestinien avec des dimensions arabes régionales. Certes, dans tout ce qui touche aux réfugiés palestiniens, les enjeux régionaux ne sont jamais très loin et ce qui s’est passé à Aïn el-

Héloué ne peut qu’être lié aux équilibres dans la région, d’autant que chaque partie palestinienne bénéficie d’un appui arabe différent. Par exemple, traditionnellement, le Fateh, principale composante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), est appuyé par l’Égypte, alors que le Hamas, né bien après l’OLP, est appuyé par le Qatar et la Turquie, puisqu’il évolue dans la mouvance des Frères musulmans. Mais même au sein du Fateh, il existe plusieurs courants qui sont d’obédiences différentes. À Aïn el-Héloué, par exemple, les partisans du Fateh sont divisés en trois groupes. Le premier est lié directement au commandement traditionnel et à l’Autorité palestinienne et dont le leader est pratiquement Fathi Abou al-Ardate, chef de ce qu’on appelle la sécurité nationale. Le second est sous la direction du fameux « Lino », surnom de Mohammad Abdel Hamid Issa, commandant du Kifah al-Moussallah (la lutte armée), et il s’inscrit dans la mouvance de l’ancien chef des SR palestiniens Mohammad Dahlan, désormais appuyé par les Émirats arabes unis. Et le troisième est mené par l’ancien chef militaire du Fateh, Mounir Maqdah, qui s’est rapproché ces dernières années de la mouvance islamiste.Selon des sources palestiniennes, la véritable cause du déclenchement des affrontements en juillet – en dehors des frictions sur le terrain, qui constituent les motifs concrets du lancement des hostilités – est le fait que la succession du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est désormais clairement ouverte, en raison de son état de santé. Or, il existe une idée courante chez les Palestiniens qui dit que le fait de contrôler le camp de Aïn el-Héloué, la plus grosse agglomération populaire palestinienne en dehors de la Palestine occupée, est un élément de force dans la lutte pour la direction du Fateh, voire de la succession de Mahmoud Abbas lui-même.

Or, depuis quelque temps, le Fateh traditionnel a vu son influence baisser au sein de ce camp pour différentes raisons, dont justement la présence des groupes islamistes qui ont, à différentes périodes, été appuyés par plusieurs États du Golfe, comme les Émirats, le Qatar... On parle même de l’Arabie saoudite et de la Turquie. Avec la fermeture du camp palestinien de Yarmouk près de Damas, les combattants palestiniens, appartenant généralement à la mouvance islamique, se sont réfugiés à Aïn el-Héloué et ils ont commencé à grignoter l’influence du Fateh, d’abord en augmentant le nombre de leurs partisans et ensuite en infiltrant le Fateh lui-même.

Plusieurs incidents ont précédé le déclenchement des hostilités, d’abord une attaque contre une figure importante de la mouvance islamique, suivie de l’assassinat d’un responsable du Fateh dans le camp, Abou Achraf al-Armouchi, avec quatre de ses compagnons. En principe, dans les négociations qui ont suivi le premier round, il avait été convenu de remettre aux autorités libanaises les auteurs des deux crimes. Même si les représentants des groupes islamistes avaient assuré que ce ne sont pas leurs partisans qui ont organisé l’assassinat d’al-Armouchi, mais plutôt une troisième partie dans le but justement de provoquer des combats entre eux et le Fateh. Toutefois, cette version n’a pas pu être confirmée et l’assassinat d’al-Armouchi n’a pas été revendiqué par une partie précise. Les négociations se sont poursuivies sur fond de combats et de destructions et, finalement, elles ont abouti à un cessez-le feu conditionné par la livraison des coupables aux autorités libanaises. Cette condition n’ayant pas été remplie, les combats ont éclaté pour un second round qui a duré quelques jours et les combats se sont arrêtés sur un accord qui reprend la même condition : livrer les coupables aux autorités libanaises. En principe, cette condition doit être remplie avant la fin du mois de septembre. Mais jusqu’à présent, rien n’indique qu’elle sera respectée.

Selon les sources palestiniennes précitées, tant que le problème du contrôle du camp de Aïn el-Héloué n’est pas réglé, toute trêve reste précaire. Or, jusqu’à présent, il est clair qu’aucune des deux parties en conflit, à savoir le Fateh et les groupes islamistes, n’a pu éliminer l’autre du camp ou en tout cas y imposer son autorité. De plus, un nouvel élément est apparu et il consiste dans le rôle nouveau donné au Hamas dans les négociations pour aboutir à un cessez-le feu. Jusqu’à récemment, le Hamas n’avait pas une influence considérable à Aïn el-Héloué, n’ayant pas de véritables positions militaires dans ce camp. Le mouvement islamiste s’est en effet installé dans le camp après avoir été chassé de Syrie (en 2008) et il a fallu d’immenses efforts de la part de l’Iran et du Hezbollah pour pacifier les relations avec cette organisation, qui ne devait pas se lancer dans des conflits avec les autres composantes palestiniennes. Désormais, le Hamas s’impose comme un élément important des négociations et cette organisation est considérée comme la représentante des groupes islamistes. Toujours selon les sources précitées, le Qatar s’est ainsi introduit en force dans le dossier de Aïn el-Héloué et grâce au Hamas il est devenu incontournable dans ce camp. Pour certains, cette nouvelle donne pourrait compliquer les négociations, mais pour d’autres, au contraire, elle devrait faciliter le retour au calme, car il y a désormais une autorité à laquelle on peut recourir en cas de reprise des accrochages.

Le test véritable aura lieu à la fin du mois mais, toujours selon les mêmes sources, si une des parties concernées se sent assez forte pour imposer son autorité sur le camp, elle n’hésitera pas à le faire. Cependant, il est de plus en plus clair qu’aucune partie n’est en mesure de faire cela. Aïn el-Héloué, comme le reste du Liban, voire la plupart des pays de la région, est dans une phase de préparation du terrain pour les solutions... ou pour les conflits à venir.

Jusqu’à aujourd’hui, le Hezbollah était convaincu que les développements à Aïn el-Héloué, notamment les deux rounds armés en juillet et en août, ne s’inscrivent pas dans le cadre d’un vaste plan régional visant à fermer les camps de réfugiés palestiniens au Liban pour porter un coup fatal à leur droit au retour. Cette approche est certes possible, estiment les cadres du...
commentaires (1)

Durant les dernières années, les pays du Golfe sont sortis de leur carcan en s'ouvrant au monde moderne et émancipé. Cependant ils continuent d' appuyer les formations islamistes radicales palestiniennes dans notre champ fertile aux combats des autres. Le double jeu est scandaleux. Merci Scarlett Haddad pour cet article et bon weekend.

Hitti arlette

12 h 24, le 23 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Durant les dernières années, les pays du Golfe sont sortis de leur carcan en s'ouvrant au monde moderne et émancipé. Cependant ils continuent d' appuyer les formations islamistes radicales palestiniennes dans notre champ fertile aux combats des autres. Le double jeu est scandaleux. Merci Scarlett Haddad pour cet article et bon weekend.

    Hitti arlette

    12 h 24, le 23 septembre 2023

Retour en haut