Rechercher
Rechercher

Économie - Finances publiques

Le gouvernement finira l’examen de l’avant-projet de budget de 2024 « ces deux jours »

Le ministère tablait initalement sur un déficit équivalent à près de 14 % des dépenses. 

Le gouvernement finira l’examen de l’avant-projet de budget de 2024 « ces deux jours »

Le Conseil des ministres tenu par le gouvernement Mikati lors de sa réunion de lundi après-midi. Photo Dalati & Nohra

Le gouvernement sortant a organisé mardi en milieu de matinée une nouvelle réunion du Conseil des ministres consacrée à l’examen de l’avant-projet de budget pour 2024, que le ministère des Finances lui a transmis fin août. Lors d’une déclaration à la presse à son arrivée au Grand sérail, le ministre sortant des Finances, Youssef Khalil, a affirmé que le gouvernement prévoit d’achever l’examen du texte « entre aujourd’hui et demain ». Il a ajouté que les ministres allaient notamment se pencher aujourd’hui sur la taille du déficit public.

La réunion de mardi n’était a priori pas prévue et semble avoir été programmée pour rattraper le temps perdu après l’annulation de celle prévue lundi matin, qui n’avait finalement pas pu se tenir, faute de quorum. Le Premier ministre sortant Nagib Mikati, avait alors décidé de présider une « réunion consultative » pour aborder le dossier des migrants syriens entrant clandestinement au Liban. Mais les mesures adoptées au cours de cette séance ont dû validées lors d'une autre réunion prévue lundi après-midi, qui a elle aussi été retardée, toujours pour une question de quorum.

Lire aussi

Les Libanais sur le point de se voir imposer deux budgets d’un coup

L’examen de l’avant-projet de budget pour 2024 a démarré jeudi dernier. Jusqu’ici et selon les informations qui ont filtré du Grand sérail, les ministres ont passé en revue les 64 articles du futur projet de loi de finance et ont pris connaissance du préambule – l’introduction dans laquelle le ministère des Finances détaille son approche et justifie ses choix.

Lundi, le doute subsistait sur le maintien de l’article 20 qui prévoit de relever la TVA d’un point, pour la faire passer à 12 %, après que le ministre sortant des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé, ait déclaré que le gouvernement y renonçait. Le ministre sortant de l’Information, Ziad Makari, n’a toutefois fait aucune annonce dans ce sens lors de son point presse après la réunion de l’après-midi.

Le déficit prévu dans l’avant-projet de budget de 2024 atteint plus de de 41,7 mille milliards de LL, soit 488,1 millions de dollars au taux de Sayrafa (85 500 LL pour un dollar, alors que le taux du marché évolue entre 89 500 et 90 000 LL). Le déficit équivaut de plus à 13,8 % des dépenses publiques, contre 24 % dans le projet de budget de 2023 tel qu'il a été approuvé par le Conseil des ministres dans le courant de l’été.

L’avant-projet de budget de 2024 ne précise pas comment l’État compte financer ce déficit, le pays étant en défaut de paiement sur sa dette en dollars depuis mars 2020 et ne pouvant toujours pas emprunter sur les marchés. La question se pose d’autant plus que le gouverneur par intérim de la BDL en place depuis début août, Wassim Manssouri, a répété à plusieurs reprises que l’institution ne financera pas les dépenses de l’État comme elle l’a fait pendant des années du temps de son prédécesseur, Riad Salamé. 

Le processus d'adoption du budget de 2024 suit jusqu'à présent le calendrier prévu par la Constitution et la loi libanaises, une première depuis des années. En revanche, celui du budget de 2023 est déjà largement en retard par rapport aux délais normaux. A ce stade, le Parlement pourrait décider de voter les deux budgets lors de la même session ordinaire d'automne qui démarre en octobre, ou faire finalement l'impasse sur celui de 2023, comme cela avait été par exemple le cas en 2021.

Le gouvernement sortant a organisé mardi en milieu de matinée une nouvelle réunion du Conseil des ministres consacrée à l’examen de l’avant-projet de budget pour 2024, que le ministère des Finances lui a transmis fin août. Lors d’une déclaration à la presse à son arrivée au Grand sérail, le ministre sortant des Finances, Youssef Khalil, a affirmé que le gouvernement prévoit...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut