Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Qui dira quoi à Jean-Yves Le Drian

Alors que l’émissaire français doit entamer ce mardi sa tournée à Beyrouth, « L’Orient-Le Jour » fait le point sur les positions des principaux protagonistes qu’il devrait rencontrer.

Qui dira quoi à Jean-Yves Le Drian

L’émissaire spécial de l’Élysée pour le Liban, Jean-Yves Le Drian, à Beyrouth le 25 juillet 2023. Photo Nabil Ismaïl

L’émissaire de l’Élysée pour le Liban, Jean-Yves Le Drian, entame ce mardi sa troisième tournée auprès de tous les protagonistes politiques (ainsi que du patriarche maronite Béchara Raï et du commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun) en quête d’un déblocage de la présidentielle. Une mission d’autant plus compliquée que plusieurs composantes de l’opposition ont déjà exprimé leur refus de répondre par écrit au questionnaire envoyé en amont et censé paver la voie à un dialogue avec le Hezbollah autour du scrutin. Selon les informations de notre journal, ce camp a mandaté le député Michel Moawad, qui a donné une réponse officielle orale (via l’ambassade de France à Beyrouth) aux questions de l’ex-chef de la diplomatie française. Que dira donc chacun des protagonistes au diplomate français ? L’Orient-Le Jour fait le point. 

Le Courant patriotique libre
Tous les regards sont braqués sur le chef du CPL, Gebran Bassil, qui, tout en appuyant le candidat de l’opposition Jihad Azour, négocie avec le Hezbollah et se dit ouvert à la démarche de l’émissaire français qu’il recevra chez lui. « Nous ne fermons pas la porte au dialogue autour du profil du président et son programme (la stratégie de défense et les réformes économiques et politiques) », affirme la vice-présidente du CPL pour les affaires politiques, Martine Najem Koteily. « Nous voulons aussi un dialogue bien défini dans le temps qui déboucherait sur des séances électorales successives », dit-elle, reprenant les grandes lignes de l’appel au dialogue lancé par le président du Parlement, Nabih Berry, salué dans un premier temps par M. Bassil puis critiqué et qualifié de « traditionnel ». « Il y avait des points (dans l’initiative de M. Berry) à clarifier », se contente d’expliquer Mme Koteily.

Les Forces libanaises
Le chef des FL, Samir Geagea, devrait s’entretenir avec Jean-Yves Le Drian à Meerab. L’occasion pour le parti dont le groupe parlementaire n’a pas répondu par écrit au questionnaire français de réitérer sa position traditionnelle : « Non au dialogue tel que conçu par Nabih Berry et les Français. Nous appellerons Paris à remettre les pendules à l’heure et presser pour le respect du processus démocratique », déclare Gayath Yazbeck, député FL de Batroun. Et d’abonder : « Nous ne voulons pas consacrer la coutume selon laquelle toute présidentielle devrait passer par le purgatoire du dialogue avec le Hezbollah. Et la France ne peut pas nous demander de faire fi des mécanismes constitutionnels. » « Nous attendons aussi de voir ce qu’il pourrait proposer pour sortir de l’impasse », conclut Gayath Yazbeck. 

Lire aussi

Le Drian attendu ce lundi à Beyrouth, armé d'une dynamique internationale renouvelée

Les Kataëb 
Au même titre que les FL, les Kataëb ont refusé de suivre la démarche française. À leurs yeux, le président de la République devrait être élu à l’issue d’un processus démocratique. Et c’est à lui de gérer un dialogue national portant sur les sujets conflictuels, dont l’arsenal du Hezbollah. Cette position, le chef du parti, Samy Gemayel, devrait l’exprimer devant M. Le Drian au siège des Kataëb à Saïfi. « Nous n’allons pas jouer le jeu d’un dialogue dont les résultats sont connus », tranche Élias Hankache, député Kataëb. « Mais cette fois-ci, nous allons plus loin. Nous demanderons à la communauté internationale de nous aider à libérer le pays pris en otage », ajoute-t-il, dans une pique au Hezbollah.  

Le Parti socialiste progressiste
Le PSP joue la carte du juste milieu. Tout en soutenant le candidat de l’opposition, il rejoint Nabih Berry dans son appel au dialogue. « Nous sommes pour des concertations élargies sans conditions préalables pour élire une figure qui ferait l’objet d’une entente », déclare Hadi Aboul Hosn, député joumblattiste, rappelant que le chef du PSP, Taymour Joumblatt, avait exprimé ce point de vue devant l’envoyé de l’Élysée lors de leur réunion à la Résidence des Pins, en juillet. Cette fois-ci, l’entretien aura lieu à Clemenceau (résidence du leader druze Walid Joumblatt, père de Taymour), confie une source diplomatique française. Le PSP a cependant tenu à démentir dans un communiqué de presse paru lundi les fuites médiatiques selon lesquelles Taymour Joumblatt et son père refuseraient de se rendre à la Résidence des Pins pour la réunion avec M. Le Drian.

Le tandem chiite  
Le duo Amal-Hezbollah était un des premiers à se féliciter de la démarche de Jean-Yves Le Drian, vue comme un signe de convergence entre la vision de la France et celle du camp du 8 Mars, à savoir que toute solution politique au Liban passe par un dialogue élargi. D’où l’initiative lancée par le chef du législatif, mais rapidement boudée par les opposants. Mais Nabih Berry ne baisse pas les bras et estime que sa démarche « complète celle de M. Le Drian », pour reprendre ses propos relayés lundi par la presse locale. « Nous attendons simplement de voir ce que proposera le diplomate français », dit un proche de Aïn el-Tiné. De son côté, le Hezbollah n’a pas répondu à nos appels. 

Lire aussi

Le dialogue de Nabih Berry : d'une pierre, plusieurs coups

La contestation
Seuls quelques députés de la contestation se réuniront avec le diplomate français autour d’un déjeuner mercredi. Il s’agit de Paula Yacoubian, Najat Aoun, Yassine Yassine, Firas Hamdane et Ibrahim Mneimné. « Nous avons convié les personnalités qui ont répondu de manière constructive au questionnaire », explique la source diplomatique française. « La Constitution libanaise n’évoque pas le dialogue mais les tours successifs. Nous allons donc réitérer notre appel à l’élection d’un président à la faveur d’un procédé démocratique, loin des interférences étrangères », confie Mme Yacoubian à L’OLJ.

L’émissaire de l’Élysée pour le Liban, Jean-Yves Le Drian, entame ce mardi sa troisième tournée auprès de tous les protagonistes politiques (ainsi que du patriarche maronite Béchara Raï et du commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun) en quête d’un déblocage de la présidentielle. Une mission d’autant plus compliquée que plusieurs composantes de l’opposition ont...
commentaires (11)

CORRIGE ! - MON COEUR EST NOIR. J,ENTREVOIE, - LE CALVAIRE COMME VOIE, - SUR LAQUELLE LE LIBAN, - VERSERA LARMES ET SANG.

LA LIBRE EXPRESSION

14 h 40, le 12 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • CORRIGE ! - MON COEUR EST NOIR. J,ENTREVOIE, - LE CALVAIRE COMME VOIE, - SUR LAQUELLE LE LIBAN, - VERSERA LARMES ET SANG.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 40, le 12 septembre 2023

  • - MON COEUR EST NOIR. J,ENTREVOIE, - LE CALVAIRE COMME VOIE, - SUR LAQUELLE LE LIBAN, - VERSERA SUEUR ET SANG.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 33, le 12 septembre 2023

  • MA DERNIERE PETITE TIRADE EST DEDIEE BIEN SUR AUX VISITEURS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 03, le 12 septembre 2023

  • - QUAND ON SE CROIT ERUDIT, - ET QU,ON AIT DEJA TOUT DIT, - RETOURNER POUR ZIZANIE, - EST UN SIGNE D,ASTHENIE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 37, le 12 septembre 2023

  • Il faut lui faire un dessin, colorié sans dépassement

    Sissi zayyat

    13 h 05, le 12 septembre 2023

  • Notre FORUM NATIONAL LIBANAIS abritant beaucoup de sections diverses est très animé ces derniers jours: 1) la salle du soi-disant gouvernement ainsi que l'espace-théâtre du Parlement 2) les multiples dépendances animées par des "partis" de toutes obédiences et couleurs 3) le secteur qui s'occupe des visiteurs-touristes importants venus de tous les coins du ;monde pour essayer de comprendre comment ce FORUM fonctionne...et éventuellement en tirer des bénéfices...et même des enseignements...! - Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 04, le 12 septembre 2023

  • - L,INITIATIVE FRANCAISE, - POUR LE HEZB EST UNE FRAISE. - POUR LES AUTRES, POIRE AMERE, - ELLE SERT LES MERCENAIRES. - ON N,A BESOIN DE PERSONNE, - MEME SI LE TOCSIN SONNE. - C,EST VERS LE GLAS QU,ON NOUS POUSSE, - NOUS CROYANT AVOIR LA FROUSSE. - RACE LIBRE, DIGNE ET FIERE, - NOUS DEFENDRONS NOTRE TERRE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 53, le 12 septembre 2023

  • Nous avons épuisé tous les mots du lexique français pour expliquer à M. Le Drian ce que nous souhaitons de l’intervention des politiciens français, mais surtout pour leur dire qu’il font fausse route, mais rien n’y fait. Ils font semblant de ne pas trouver la solution. Qu’est ce qui est dure à comprendre dans ce que les libanais souhaitent qu’il soit entendu? Leur désir de retrouver leur souveraineté et leur dignité, ou le refus de la solution facile qui consiste à troquer notre démocratie contre une dictature? Est-ce si difficile à comprendre?

    Sissi zayyat

    10 h 28, le 12 septembre 2023

  • Berry a élargi le spectre de son pouvoir à l’interne pour se transformer en chuchoteur de M. Le Drian qui lui accorde plus d’intérêt qu’il n’aura fallu. L’attitude de ce dernier est pour le moins déboussolante. Les pays occidentaux prônent la démocratie dans le monde. Ils se donnent tous les moyens pour conserver la leur et font la guerre aux dictateurs dans les autres pays au nom de leur peuple mais viennent transformer, la notre de démocratie, en dictature parce cela va dans le sens de leur intérêt propre, tout en nous persuadant que c’est dans notre stricte interêt. Chercher la logique. M. Le Drian, si vous n’avez toujours pas compris les exigences des libanais patriotes c’est que vous n’avez pas l’intention de le faire, cela relève de la mauvaise foi et du manque d’une bonne volonté à résoudre notre problème qui on ne peut plus clair est celui d’un pays pris en otage par une milice armée qui veut imposer ses conditions pour le dominer et en faire un théâtre de guerres continues

    Sissi zayyat

    10 h 02, le 12 septembre 2023

  • Réclamez le respect de la Constitution! Point final!

    Yves Prevost

    07 h 06, le 12 septembre 2023

  • Je pense que ceux qui discutent de la présidentielle fassent mieux de jouer a cache cache comme des enfants, Honte à eux. Ils ne sont même pas capables de nommer un président sans s’adresser à une tierce personne, et même si Jihad Azour ou Mouawad sont élus présidents, il n’est pad question de désarmer le Hezbollah au risque d’une guerre civile entre le Hezbollah aidé par ses alliés contre l’armée libanaise soutenue par les anti Hezbollah, une guerre civile qui détruira à jamais le Liban. Y avez vous pensé un peu. Assez de proposer un désarmement du Hezbollah, mais de leurs proposer d’être omniprésents au Sud Liban uniquement pour faire barrage aux sionistes répugnants. Et assez aux hezbollahis de dicter ses conditions, pour le moment, ce n’est qu’un parti comme les autres et ils étaient tant admirés au temps où ils se disaient combattants contre l’ennemi sioniste pour récupérer les territoires libanais au Liban. Depuis leurs entrées dans le gouvernement, le chaos est tombé sur le pays

    Mohamed Melhem

    05 h 58, le 12 septembre 2023

Retour en haut