Rechercher
Rechercher

Politique - Repère

Chronologie, factions, bilan : retour sur quatre jours de combats à Aïn el-Héloué

Le camp de Aïn el-Héloué est en ébullition depuis jeudi. Des combats acharnés y opposent le Fateh à des groupes islamistes et ont fait jusque-là onze morts et plus de cent blessés. L'Orient-Le Jour revient sur ces événements. 

Chronologie, factions, bilan : retour sur quatre jours de combats à Aïn el-Héloué

De la fumée s'élevant dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, près de Saïda (Liban-Sud) lors d'accrochages armés , le 10 septembre 2023. Photo Mohammad Yassine

Le camp palestinien de Aïn el-Héloué, véritable poudrière située à la lisière de la ville de Saïda, capitale du Liban-Sud, vit au rythme des combats depuis jeudi. 

Des affrontements y sont en cours entre le mouvement Fateh, d'obédience socialiste et proche du président palestinien Mahmoud Abbas, et des groupes islamistes, notamment Jund el-Cham et al-Chabab al-Moslem (La jeunesse musulmane), sur fond de luttes intestines entre ces factions qui essaient de s'imposer dans le camp, le tout dans un contexte régional de détente saoudo-iranienne et de tentatives américaines de rapprocher Riyad de Tel Aviv.

En vertu de l'Accord du Caire signé en 1969, mais qui a été abrogé depuis, l'armée libanaise ne se déploie pas à l'intérieur des camps palestiniens du Liban, où la sécurité est assurée par des factions palestiniennes. Aïn el-Héloué, le plus grand camp de réfugiés palestiniens au Liban, accueille environ 80 000 des 250 000 réfugiés palestiniens dans le pays. 

Cette dernière escalade survient après des affrontements violents, qui avait duré plusieurs jours en juillet, entre le Fateh et des factions islamistes, et qui avait fait 13 morts.

L'Orient-Le Jour fait le point sur les événements survenus à Aïn el-Héloué ces derniers jours. 

Chronologie des derniers affrontements :

- Jeudi soir, le camp palestinien de Aïn el-Héloué s'embrase d'un coup. Des affrontements éclatent entre le mouvement Fateh et les groupes islamistes Jund el-Cham et al-Chabab al-Moslem, soutenus par le groupe salafiste Osbat al-Ansar.

- Les combats continuent de plus belle vendredi. Durant la journée de vendredi, un agent de la Sûreté générale libanaise est blessé à la tête par des balles perdues et le bureau de la SG à Saïda est endommagé. Des balles perdues et des roquettes tombent dans plusieurs parties de la ville et font au moins un blessé. L'armée libanaise renforce ses positions aux entrées du camp.

- Vendredi soir, un cessez-le-feu est décrété après des discussions menées notamment avec l'ambassadeur palestinien à Beyrouth, mais rapidement rompu. 

- Samedi matin, les affrontements reprennent en force et le cessez-le-feu est définitivement relégué aux oubliettes. Une brève accalmie est observée en début d'après-midi, mais les combats reprennent quelques heures plus tard. Les autorités locales commencent à réfléchir à l'hébergement des personnes ayant fui le camp, et dont le nombre serait autour de 2000, selon des sources interrogées par L'OLJ. Une initiative de la municipalité suscite un tollé après l'installation de tentes pour abriter les déplacés, près du stade de la ville. 

- Dimanche, nouvelle journée de violences qui a fait cinq blessés dans les rangs de l'armée libanaise, dont un dans un état grave, après que trois roquettes sont tombées sur deux bases militaires dans le voisinage du camp. Deux factions islamistes du camp publient dimanche après-midi des déclarations appelant à un cessez-le-feu, permettant un bref retour au calme. Ce répit n'a cependant été que de courte durée, les combats ayant repris sur les différents fronts. Plus aucune tentative de médiation n'a eu lieu depuis le cessez-le-feu avorté de vendredi soir. 

- Lundi, après un retour au calme durant la nuit, les combats reprennent dans la matinée. Les résultats d'une réunion des différentes factions sous l'égide de la Sûreté générale libanaise sont attendus par les parties belligérantes. 



Le bilan

Les affrontements ont fait au moins onze morts et plus de 100 blessés, selon un dernier bilan fourni lundi par notre correspondant.

Parmi ces victimes, on dénombre : 

- Un homme vivant à Ghaziyé, localité voisine du camp, tué par une balle perdue. 

- Cinq combattants du Fateh, dont trois tués lundi.

- Trois civils à l'intérieur du camp. 

- Deux personnes non-identifiées, qui pourraient être des combattants des groupes islamistes. Ces factions refusent en général de rapporter le nombre de victimes dans leurs rangs et d'évacuer leurs blessés et morts afin d'entretenir le flou. 

On dénombre par ailleurs une centaine de blessés, à l'intérieur et à l'extérieur du camp, selon plusieurs sources médicales et sécuritaires. 

Le camp palestinien de Aïn el-Héloué, véritable poudrière située à la lisière de la ville de Saïda, capitale du Liban-Sud, vit au rythme des combats depuis jeudi. Des affrontements y sont en cours entre le mouvement Fateh, d'obédience socialiste et proche du président palestinien Mahmoud Abbas, et des groupes islamistes, notamment Jund el-Cham et al-Chabab al-Moslem (La jeunesse...
commentaires (3)

Lire svp, La main qui leur a été tendue.

Sissi zayyat

10 h 15, le 12 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Lire svp, La main qui leur a été tendue.

    Sissi zayyat

    10 h 15, le 12 septembre 2023

  • Ils n’arrivent pas à libérer leur Palestine malgré l’appui du barbu auto proclamé défenseur exclusif depuis notre territoire, il leur donne l’ordre de semer le chaos dans le seul pays qui les a recueilli et accueilli pour semer la terreur. Il ne faut pas s’étonner que les libanais ne soient et n’ont jamais été solidaires de leur cause. Ils finissent toujours par mordre la,main charitable qui leur a été rendue.

    Sissi zayyat

    20 h 04, le 11 septembre 2023

  • Les habitants de Saida ont une municipalité qui défend leurs intérêts. Après l’interdiction du maillot de bain, voilà l’implantation des palestiniens hors des camps. Bravo et surtout bonne chance!

    Mago1

    19 h 17, le 11 septembre 2023

Retour en haut