Rechercher
Rechercher

Sport - Sport automobile

Pia-Maria el-Boueri, « première femme libanaise » en Coupe des nations de Formula Woman

La compétition aura lieu du 8 au 10 mars 2024, à Abou Dhabi, sur l’emblématique circuit Yas Marina.

Pia-Maria el-Boueri, « première femme libanaise » en Coupe des nations de Formula Woman

La pilote libanaise Pia-Maria el-Boueri, au Bedford Autodrome, dans le village de Thurleigh, en Angleterre, le 7 décembre 2022. Photographie officielle de l'équipe Formula Woman

« Moment de fierté. Je serai aux Émirats arabes unis pour la course de la Coupe des nations (de Formula Woman) en mars », a annoncé la semaine dernière sur son compte Instagram Pia-Maria el-Boueri. La pilote de 25 ans, originaire de la région de Jounieh (Kesrouan), participera à cette compétition « en tant que première et seule femme libanaise à représenter le Liban et le monde arabe », a-t-elle souligné.

« C’est fou de réaliser que je suis la première Libanaise à le faire, je suis très reconnaissante d’avoir une opportunité de représenter le Liban dans un si grand événement ! » a ainsi confié la jeune femme à L’Orient-Le Jour. « Je suis aussi très fière de représenter les femmes arabes dans le milieu très masculin du sport automobile. Pouvoir repousser ces limites, c’est incroyable », a-t-elle ajouté.

Une fierté d’autant plus présente que la pilote a commencé à s'entraîner il y a moins de deux ans. « Je n’avais pas eu l’opportunité de m'entraîner avant car j’habitais au Liban », ce sport n’étant pas ou peu représenté dans le pays, « j’avais juste fait du karting avec des amis ! C’est à mon arrivée au Royaume-Uni que j’ai fait mes premiers entraînements », explique t-elle.

Lire aussi

Quand Beyrouth devait accueillir un Grand Prix de Formule 1

Pia-Maria el-Boueri a quitté le Liban pour la Grande-Bretagne en 2020 afin d’y terminer son master en droit. Là-bas, elle y découvre Formula Woman, une équipe qui œuvre pour que les femmes puissent découvrir et progresser en sports automobiles. Si, à ses débuts, elle était « l’une des moins expérimentées », la jeune femme s'est durement entraînée chaque semaine : « Je faisais des longues journées sur les circuits et des entraînements intensifs de cinq jours, du matin au soir, sur différentes voitures : des BMW, des Jaguar et des Ginetta. »

Désormais diplômée et assistante juridique, toujours au Royaume-Uni, Pia-Maria el-Boueri poursuit malgré tout un entraînement physique toujours aussi intensif et qui « m’oblige à prendre des jours de congé ! » explique-t-elle.

« Représenter au mieux le Liban »

Cette passion, elle la tient de son père, « un grand fan de formule 1 ! » qui ne ratait pas une course. « Je ne suis même pas sûre que j’avais l’âge de comprendre ce que je regardais, mais je me souviens que le dimanche, on ne sortait pas, c’était le jour de la F1 ! »

Aujourd’hui, la vingtenaire a un but : « Représenter au mieux le Liban dans ce grand événement », qu’elle considère être « une immense responsabilité ». Une occasion pour elle de « briser les stéréotypes selon lesquels une femme arabe ne pourrait pas faire ça ». À travers la Coupe des nations, elle entend aussi montrer que « chaque petite fille peut réaliser son rêve ».

Prévue du 8 au 10 mars 2024 à Abou Dhabi, la compétition aura lieu sur l’emblématique circuit Yas Marina. Pia-Maria el-Boueri tentera de remporter un titre face à quelque 50 pilotes venues de 26 pays différents, toutes en lice pour le titre de « International Glory ». 

« Moment de fierté. Je serai aux Émirats arabes unis pour la course de la Coupe des nations (de Formula Woman) en mars », a annoncé la semaine dernière sur son compte Instagram Pia-Maria el-Boueri. La pilote de 25 ans, originaire de la région de Jounieh (Kesrouan), participera à cette compétition « en tant que première et seule femme libanaise à représenter le Liban et le monde arabe...

commentaires (1)

Bravo Mademoiselle et bonne chance pour 2024.

Saliba Patricia

12 h 12, le 05 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bravo Mademoiselle et bonne chance pour 2024.

    Saliba Patricia

    12 h 12, le 05 septembre 2023

Retour en haut