Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - DECRYPTAGE

Entre vêtement culturel et instrument politique, la abaya sous toutes ses coutures

L’héritage traditionnel de cette robe longue a été maintes fois détourné à des fins politiques et religieuses au Moyen-Orient, comme plus récemment en France.

Entre vêtement culturel et instrument politique, la abaya sous toutes ses coutures

Des femmes portant des niqabs et des abayas, un code vestimentaire islamique pour les femmes, dans une zone commerciale de la capitale saoudienne Riyad, le 3 septembre 2019. Fayez Nureldine/AFP

Dénoncée en France comme une « atteinte à la laïcité » dans les écoles, la abaya est pourtant à l’origine un vêtement culturel. Traditionnellement portée par les Bédouins pour se protéger de la chaleur et du sable, la robe longue se généralise dans...
Dénoncée en France comme une « atteinte à la laïcité » dans les écoles, la abaya est pourtant à l’origine un vêtement culturel. Traditionnellement portée par les Bédouins pour se protéger de la chaleur et du sable, la robe longue se généralise dans...
commentaires (3)

Pourquoi un journal chrétien d'Orient fait-il une telle promotion pour un étendard islamiste en France ?

Georges Lebon

12 h 50, le 31 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Pourquoi un journal chrétien d'Orient fait-il une telle promotion pour un étendard islamiste en France ?

    Georges Lebon

    12 h 50, le 31 août 2023

  • Les aperçus historiques ! sur ce vêtement que je trouve très beau et sexy, quand il est bien porté dans l’espace public, et non à l’école, pour mettre en évidence l’allure, sans l’émission d’un message politique. Certains rigoristes religieux la déconseillent (ils savent mieux ce que la gent féminine "doit" porter), car en toute dernière analyse sur la pudeur disent-ils, elle se soulève, si elle est ample, au moindre coup de vent. Il n’y a pas que l’abaya qui soulève les passions. Voyez la tendance du sourcil rasé "no brow" qui fait le buzz et divise l’opinion. Le "now brow" est tellement choquant par la perte d’expression sur le visage, et in fine, les dermatologues rappellent leurs fonctions protectrices pour les yeux. N’en parlons pas du tatouage qui fait fureur. La question : sont-elles pour autant libres quand elles décident de la tenue vestimentaire, du maquillage ou le rasage des sourcils… en se contentant de : "qu’elles font ce qu’elles veulent".

    L’OLJ PRIVE SES LECTEURS DE LA VERSION "PDF"

    12 h 46, le 31 août 2023

  • L'interdiction de l'abaya ne vaut que pour l'école et pas pour l'espace public ne pas le préciser relève d'une manipulation partisane. Jacques Beauchard

    Beauchard Jacques

    09 h 40, le 31 août 2023

Retour en haut