Rechercher
Rechercher

Économie - Hôtellerie

Kcor Hôtel, une escapade en nature à 1 300 mètres d’altitude

Kcor Hôtel, une escapade en nature à 1 300 mètres d’altitude

Le « jardin suspendu » de Kcor Hôtel, qui peut accueillir une cinquantaine de personnes. Photo DR

Niché dans le cadre des 800 000 m² du complexe Al-Salam Village, situé à 1 300 mètres d’altitude entre Kornayel et Jouar el-Hoz (Mont-Liban), l'hôtel-boutique Kcor Hôtel a ouvert ses portes le 10 juin dernier. « Les plans d’ensemble ont été conçus par le cabinet américain WATG, qui a insisté pour construire autour de la nature sans toucher aux arbres ou rochers » présents sur le site, explique Maya Merhi al-Mutawa, directrice générale de l’entreprise.

Kcor, nommé ainsi par la combinaison de l’envers du mot ‘Rock’ et Kornayel, propose de nombreuses activités pour les « clients qui veulent se détendre » et quitter le bourdonnement de la ville, « telles que du padel, deux piscines, un court de tennis, de basketball, et même des sentiers de randonnée », détaille-t-elle, dans une ambiance familiale pouvant attirer touristes et locaux. Un centre de soins devrait bientôt ouvrir au sein de l’hôtel également.

L’hôtel est composé de 23 chambres et bungalows, allant de 40 à 110 m² et tarifés dans une fourchette allant de 275 à 500 dollars en semaine et de 325 à 600 dollars le week-end, petit-déjeuner inclus. Le restaurant a deux menus, un international et un libanais, pour 60 places assises. À l'extérieur se trouve le « jardin suspendu », un autre concept de restaurant, qui peut accueillir une cinquantaine de personnes. Il est aussi possible d’y goûter le Cabernet Sauvignon, un vin produit dans le vignoble du domaine.

Lire aussi

À Mechmech, la demeure d’un ancien ministre reconvertie en maison d’hôtes

Un projet venu tout droit du Koweït

« Nous n’avons aucun investisseur extérieur, tout est le fruit de notre collaboration familiale », explique Maya Merhi al-Mutawa. L’hôtel, qui a mis deux ans à sortir de terre, a nécessité un investissement d’environ 15 millions de dollars. L’investissement vient des différentes entreprises et biens immobiliers qui appartiennent à la famille du mari de Maya, Dhari al-Mutawa, un Koweïtien qui a décidé d’investir au Liban par amour du pays. « Kcor est notre premier hôtel mais certainement pas le dernier ! Mon mari et sa famille sont propriétaires du village al-Salam. Les Koweïtiens aiment le Liban, beaucoup achètent des biens ici », souligne-t-elle.

Pour façonner ce projet, la famille al-Mutawa s’est bien sûr basée sur des études de marché mais elle croit plus que tout à l’intuition et à la diversité du lieu. Si l’hôtel est conçu pour accueillir des clients qui veulent respirer le grand air, il l’est aussi pour des séminaires, des mariages ou des événements privés, autour de la piscine, du jardin suspendu ou même d’un lounge à cigares.

« Nous avons réalisé que le Liban a toujours eu des problèmes, mais a toujours réussi à les surmonter. C’est un investissement à long terme que nous faisons », s’enthousiasme la gérante, précisant que « le retour sur investissement n’est pas le but principal, cela dépendra beaucoup de la saison et du taux d’occupation ».


Cet article, réalisé dans le cadre d’un partenariat avec Hodema Consulting Services, n’a aucune vocation promotionnelle.  

Niché dans le cadre des 800 000 m² du complexe Al-Salam Village, situé à 1 300 mètres d’altitude entre Kornayel et Jouar el-Hoz (Mont-Liban), l'hôtel-boutique Kcor Hôtel a ouvert ses portes le 10 juin dernier. « Les plans d’ensemble ont été conçus par le cabinet américain WATG, qui a insisté pour construire autour de la nature sans toucher aux arbres ou rochers » présents sur...

commentaires (3)

Il y a régulièrement dans l'OLJ des articles en forme de publi-reportage dithyrambiques sur telle ou telle nouvelle maison d'hôtes de luxe/boutique hôtel. Pas de distance critique, aucune réserve, pas d'expérience client réelle (d'ailleurs parfois cela porte sur des établissements sur le point d'ouvrir) et des prix totalement délirants. Le titre ne veut rien dire, quelles sont les chaînes actives au Liban ? Le marché est essentiellement constitué d'hôtels indépendants dont la vétusté et le rapport qualité-prix/service laisse rêveur. Pour le visiteur occasionnel non logé dans la famille, le développement d'airbnb a été salutaire. Du choix, de la concurrence et une forme de transparence sur les prestations.

IBN KHALDOUN

12 h 34, le 14 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il y a régulièrement dans l'OLJ des articles en forme de publi-reportage dithyrambiques sur telle ou telle nouvelle maison d'hôtes de luxe/boutique hôtel. Pas de distance critique, aucune réserve, pas d'expérience client réelle (d'ailleurs parfois cela porte sur des établissements sur le point d'ouvrir) et des prix totalement délirants. Le titre ne veut rien dire, quelles sont les chaînes actives au Liban ? Le marché est essentiellement constitué d'hôtels indépendants dont la vétusté et le rapport qualité-prix/service laisse rêveur. Pour le visiteur occasionnel non logé dans la famille, le développement d'airbnb a été salutaire. Du choix, de la concurrence et une forme de transparence sur les prestations.

    IBN KHALDOUN

    12 h 34, le 14 août 2023

  • 325 à 600 dollars le week end ?? Oufff.... POUR 1 NUIT??? A ce prix là,( ou presque) je passe 1 semaine à Bodrum ( turquie). Aller / retour avion inclus ( all inclusive) !!!!!

    LE FRANCOPHONE

    19 h 19, le 06 août 2023

  • 800000 m2 ?

    fadi labaki

    08 h 06, le 06 août 2023

Retour en haut