Rechercher
Rechercher

Sport - Formule 1

McLaren reprend le goût des gros points

Alors que Verstappen permet à son écurie de battre le record du nombre de victoires consécutives gagnées en F1 en décrochant son douzième triomphe, les McLaren (P2, P5) ont attesté d’un progrès constant. Perez arrive enfin dans le top 3, tandis qu’Hamilton termine quatrième.

McLaren reprend le goût des gros points

Le pilote britannique Lando Norris de McLaren, deuxième, et le pilote néerlandais Max Verstappen de Red Bull Racing, vainqueur, célèbrent le podium avec du champagne après le Grand Prix de Hongrie de formule 1 sur le circuit Hungaroring. Ferenc Isza/AFP

Des changements importants ont eu lieu ce week-end, notamment dans la gestion des pneus. Les pilotes, qui ont normalement treize trains de pneus par week-end, n’ont eu que onze trains de pneus en Hongrie. Les qualifications ont également été testées sur un nouveau format puisque les écuries n’ont eu le droit qu’à des pneus durs en Q1, des pneus médiums en Q2 et des pneus tendres en Q3. C’est un changement initié par Pirelli, qui légitimerait cette nouvelle disposition selon un objectif environnemental. Cette initiative se reproduira également à Monza pour prendre une décision définitive sur l’intégration à temps plein de ce nouveau format.

Les fusées de McLaren

Décidément, l’écurie anglaise ne veut plus s’arrêter : les MCL60 sont des fusées. Si Lando Norris a commencé à s’habituer à la douceur des podiums et a même cassé le trophée de Verstappen en faisant sa célébration signature, Oscar Piastri a lui aussi démontré son talent. Le plus jeune pilote de la grille a de nouveau réalisé une course phénoménale et a même réussi à se placer devant le septuple champion du monde, Lewis Hamilton. Il s’est aussi placé devant son coéquipier jusqu’à son arrêt aux stands, au 19e tour, deuxième de la course. Il n’a pas terminé dans le top 3, mais il a clairement prouvé qu’il avait sa place en formule 1 et surtout dans une écurie comme McLaren.

Le grand retour de Daniel Ricciardo, mais aussi de Sergio Perez

Partir en deuxième position n’empêchera pas Verstappen de terminer premier. Lui qui avait pourtant annoncé que doubler Hamilton ne se fera ni au premier tour ni au premier virage l’a dépassé juste après avoir entamé le départ. Le double champion du monde s’est confortablement installé à la première position, tout en ancrant un énorme et constant écart. Quant à Sergio Perez, il a enfin réussi à s’insérer en Q3. Bien que neuvième, il a pu remonter jusqu’à la troisième place, jusqu’à décrocher le titre de pilote du jour.

C’est le grand retour pour l’Australien Daniel Ricciardo, et pour son premier Grand Prix, il avait bien des choses à prouver. Lui qui n’avait pas réalisé un passage brillant chez McLaren, il a pu montrer que son retour chez l’équipe cousine de son écurie mère en valait bien la peine. Ce dimanche, il a pris le départ à la treizième position, loin devant son coéquipier japonais, partant dix-huitième. Ricciardo a terminé sa course à la même position, tandis que Tsunoda a gagné trois places en terminant quinzième.

Zéro point pour Alpine, pas d’amélioration chez Ferrari et Mercedes

Petite déception pour Mercedes, car Hamilton a terminé quatrième et Russell sixième. Pourtant, Hamilton a réalisé un nouveau record, celui d’avoir le plus de poles positions consécutives sur la même piste, au nombre de 9. Il a déclaré « honnêtement, je la ressens comme ma première pole ». Même si ce dernier n’a pas pu faire grand-chose pour garder sa place, il a tout de même réussi à rester constant tout au long de la course. Russell, qui a commencé à la 18e place, a réussi à revenir dans les points. La voiture ne semble pas plaire aux pilotes et ne semble pas s’améliorer non plus.

L’écurie rouge, Ferrari, a fait un week-end encore mitigé. Leclerc a terminé septième, juste devant son coéquipier. Si ce n’est pas le résultat attendu pour une équipe qui pouvait largement se battre avec Red Bull durant la dernière saison, les stratégies, les arrêts aux stands et la communication n’ont pas été au rendez-vous. Surtout avec le Monégasque, qui a écopé de 5 secondes de pénalité pour avoir dépassé la limite de vitesse autorisée à l’entrée des stands. Frédéric Vasseur a également fait taire les rumeurs de transfert de Carlos Sainz. Il a déclaré que les pilotes lui convenaient et qu’avec tous les progrès qu’ils se doivent de réaliser sur les voitures pour la prochaine saison, ce n’était pas du tout le moment de penser à ça.

Encore un week-end compliqué pour Alpine. Les deux Français n’avaient pas réalisé une séance qualificative d’exception. Un départ à la douzième place pour Ocon, et à la quinzième place pour Gasly. Ils ont tout de même pris un bon départ ce dimanche. Toutefois, le pilote Alfa Romeo Guanyu Zhou a calé au départ, mais a repris son envol. Cependant, il a foncé droit sur Ricciardo qui se trouvait juste devant lui. Pas de chance pour les Alpine qui se trouvaient également devant l’Australien, puisque ce dernier n’a évidemment rien pu faire pour éviter Ocon qui n’a, lui aussi, rien pu faire pour éviter son coéquipier. Les deux Français rentrent bredouilles aux stands et sont contraints d’abandonner, zéro point pour Alpine. Tandis que pour avoir causé cette collision, le Chinois écope de cinq secondes de pénalité en course et deux points de pénalité sur sa superlicence. Il s’est avéré que le faux départ de Guanyu Zhou était en lien avec un problème du système de freinage, ayant activé une sécurité sur le moteur. 

Les McLaren ont clairement été au rendez-vous et permettent à Norris de remonter à la huitième place au championnat des pilotes et à l’équipe de s’ancrer à la cinquième place du championnat constructeur, avec 87 points. Toutefois, le prochain Grand Prix n’est pas une course comme les autres. Spa-Francorchamps est un circuit très rapide et demandant beaucoup d’exigences. L’écurie anglaise devra à nouveau prouver à ses supporters que même sur un circuit si particulier, elle sera capable de marquer des gros points. 

Des changements importants ont eu lieu ce week-end, notamment dans la gestion des pneus. Les pilotes, qui ont normalement treize trains de pneus par week-end, n’ont eu que onze trains de pneus en Hongrie. Les qualifications ont également été testées sur un nouveau format puisque les écuries n’ont eu le droit qu’à des pneus durs en Q1, des pneus médiums en Q2 et des pneus tendres en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut