Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Riad Salamé au rendez-vous pour sa deuxième audience devant le juge d’instruction

Le juge Abou Samra entendra Raja Salamé et Marianne Hoyek le 25 juillet. 

Riad Salamé au rendez-vous pour sa deuxième audience devant le juge d’instruction

Le bâtiment du Palais de Justice, à Adlieh (Beyrouth). Photo : P.H.B.

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a été entendu pendant plus de deux heures mardi au palais de justice, par le juge d’instruction de Beyrouth, Charbel Abou Samra. Son frère Raja, et son ancienne assistante, Marianne Hoyek, se sont également rendus au tribunal, sur convocation du magistrat, mais n'ont pas été auditionnés. Ils ont quitté les lieux après une vingtaine de minutes.

L’information a été confirmée à L’Orient-Le Jour par une source au Palais de justice. L’audience était programmée à 10h30. Il s’agit du deuxième passage des intéressés devant ce magistrat dans le cadre des poursuites judiciaires engagées contre le gouverneur pour des infractions présumées de ''faux et usage de faux, blanchiment d’argent, enrichissement illicite et évasion fiscale''.

Audition de témoins
Lors de l'audience, le juge Abou Samra a posé de nombreuses questions qui lui étaient préalablement posées par la cheffe du Contentieux de l'Etat, Hélène Iskandar, qui s'est portée partie civile pour préserver les intérêts de l'Etat libanais dans cette affaire, confie une haute source judiciaire à L'Orient-Le Jour. De son côté, Riad Salamé avait apporté avec lui deux boites contenant les documents qu'il s'était engagés à soumettre au magistrat lors de sa dernière audience. C'est M. Salamé lui-même qui a répondu aux questions du juge Abou Samra, son avocat présent sur les lieux n'ayant pas le droit d'y répondre lui-même mais juste de poser des questions pour éclaircir certains points.

Lire aussi

Les six enjeux de l’après-Salamé

Après l'interrogatoire du gouverneur, la même source a indiqué qu'une audience était prévue le 25 juillet pour Raja Salamé et Marianne Hoyek. Le juge Abou Samra a décidé, en outre, de ne plus interroger Riad Salamé pour le moment mais de se concentrer sur l'audition de témoins, qui n'ont pas été nommés. A la lumière de ces témoignages, il décidera s'il est nécessaire de convoquer de nouveau le gouverneur ou s'il est en mesure soit de prononcer un non-lieu, soit de l'inculper.

La première audience avait eu lieu mercredi dernier devant le même juge, qui les avait notifiés sur place de ce second rendez-vous. Selon une source judiciaire, Charbel Abou Samra y avait a déjà couvert une ''grande partie'' de l'interrogatoire du gouverneur, tandis que Raja Salamé et Marianne Hoyek n'avaient pas non plus été entendus. 

Agé de 72 ans et à la tête de la Banque centrale depuis 1993, Riad Salamé est accusé au Liban de corruption et d'être l'un des principaux responsables de la grave crise financière qui frappe le Liban depuis l'automne 2019. Dans ce dossier, qui fait l'objet d'enquêtes dans plusieurs pays européens, il est soupçonné de s'être constitué un riche patrimoine immobilier et bancaire en Europe via un montage financier complexe et un détournement massif de fonds publics libanais. 

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a été entendu pendant plus de deux heures mardi au palais de justice, par le juge d’instruction de Beyrouth, Charbel Abou Samra. Son frère Raja, et son ancienne assistante, Marianne Hoyek, se sont également rendus au tribunal, sur convocation du magistrat, mais n'ont pas été auditionnés. Ils ont quitté les lieux après une vingtaine de...

commentaires (7)

Ils ont bu le café avec ou sans sucre ? hahahahaha

LeRougeEtLeNoir

08 h 04, le 19 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Ils ont bu le café avec ou sans sucre ? hahahahaha

    LeRougeEtLeNoir

    08 h 04, le 19 juillet 2023

  • Il faut le mettre à l'écart pendant l'enquête.

    Frank

    16 h 00, le 18 juillet 2023

  • Voilà qui nous rassure quant au bien-être de Raja. Nous étions très inquiets pour sa santé mais il va manifestement mieux. Une prochaine rechute demeure néanmoins possible, voire une soudaine amnésie...

    IBN KHALDOUN

    15 h 43, le 18 juillet 2023

  • C'est le juge Abou Samra qui dit a Riad Salame quand ce dernier debite ses gros mensonges eventes, "cause toujours, tu m'interesses" ??????

    Michel Trad

    14 h 38, le 18 juillet 2023

  • Pourquoi ils n'ont pas été entendu ?

    Esber

    14 h 03, le 18 juillet 2023

  • "… Son frère Raja et son ancienne assistante n'ont pas été auditionnés …" - C’est à dire que tu as les avocats qui connaissent bien la loi, et tu as les avocats qui connaissent bien le juge. Leurs avocats doivent faire partie de la deuxième catégorie…

    Gros Gnon

    13 h 57, le 18 juillet 2023

  • Riad, n’accepte pas de couler seul. Dénonce tes amis et les membres de ta famille et restitues tous les vols des déposants, et de l’état. Reconnais ta culpabilité et va croupir en prison.

    Mohamed Melhem

    13 h 25, le 18 juillet 2023

Retour en haut