Rechercher
Rechercher

Politique - Repère

Les grandes dates de la mystérieuse affaire Hannibal Kadhafi au Liban

Pourquoi le fils de l'ex-dictateur libyen est-il incarcéré au Liban depuis 2015 ? 

Les grandes dates de la mystérieuse affaire Hannibal Kadhafi au Liban

Hannibal Kadhafi, fils du dictateur libyen déchu Mouammar Kadhafi. Photo d'archives AFP

Incarcéré au Liban depuis 2015, Hannibal Kadhafi, 47 ans, l'un des fils de l'ancien dictateur libyen déchu Mouammar Kadhafi, a été hospitalisé cette semaine, après avoir entamé une grève de la faim début juin.

Pourquoi cet homme est-il incarcéré au Liban, alors qu'aucune information ne filtre sur les procédures judiciaires à son encontre, et de quoi est-il accusé ?

Enlevé en Syrie en 2015 par un groupe armé, Hannibal Kadhafi a ensuite été emmené au Liban, avant d'y être incarcéré la même année, dans des circonstances qui demeurent floues. Il est toujours emprisonné à Beyrouth, vraisemblablement dans un centre de détention des Forces de sécurité intérieure (FSI), selon des informations concordantes. Selon d'autres versions, Hannibal Kadhafi aurait été enlevé alors qu'il se trouvait déjà au Liban. Il est poursuivi par la justice libanaise pour recel présumé d'informations concernant la disparition en septembre 1978 en Libye de l'imam libanais chiite Moussa Sadr, mais aucun verdict n'a été prononcé à son encontre depuis.

L'imam Sadr, qui a fondé le mouvement Amal, et ses deux compagnons, le cheikh Mohammad Yaacoub et le journaliste Abbas Badreddine ont tous trois disparu lors d'une visite dans la capitale libyenne en 1978. Les chiites libanais tiennent depuis longtemps le régime de Kadhafi, renversé en 2011, pour responsable de cette disparition. 

Bien qu’il était âgé de trois ans à l’époque des faits, Hannibal Kadhafi est soupçonné par la justice libanaise de détenir des informations au sujet de l'imam Sadr, au regard de son statut élevé dans la structure du régime dirigé par son père, où il contrôlait notamment la gestion maritime.

Voici les principaux points de l'affaire Hannibal Kadhafi, depuis son arrestation à Beyrouth en 2015 jusqu'à aujourd'hui. 

Décembre 2015

- Le 11 décembre, Hannibal Kadhafi, qui a trouvé refuge en Syrie après avoir fui son pays en 2011, est brièvement enlevé et battu par un groupe armé. Il apparaît alors dans une vidéo, le visage tuméfié, les yeux au beurre noir et invite toute personne ayant des informations sur l’affaire Moussa Sadr à se faire connaître. Il est ensuite emmené au Liban, puis libéré. Il est alors pris en charge par les services de renseignement des Forces de sécurité intérieure qui l'interrogent.

- Le 14 décembre, Hannibal est inculpé, accusé d'avoir caché des informations sur la disparition de Moussa Sadr et ses compagnons. D'autres sources affirment que M. Kadhafi a été kidnappé alors qu'il se trouvait au Liban, après y avoir été attiré par ses ravisseurs.

- Le 17, l'ancien député Hassan Yaacoub, qui n'est autre que le fils du cheikh Mohammad Yaacoub, l'un des hommes disparus en même temps que l'imam Moussa Sadr, est placé en détention. Il est accusé d'être derrière le rapt d'Hannibal Kadhafi.

25 juillet 2016

- Le 25, Hassan Yaacoub finit par être relâché après une forte mobilisation de sa famille et de ses partisans.

2016

- Lors d'un interrogatoire, Hannibal Kadhafi est accusé et poursuivi pour avoir proféré des menaces directes à l'encontre du juge d'instruction Zaher Hamadé, chargé du dossier relatif à l'imam Sadr, ancien président du Conseil supérieur chiite.

24 janvier 2017

- Le juge pénal à Beyrouth, Ghassan Khoury, décide d'annuler les poursuites judiciaires dans cette affaire d'outrage à magistrat.

21 mars 2018

- Cependant, Hannibal Kadhafi est condamné à un an et trois mois de prison et à une amende de deux millions de livres dans le cadre de l'affaire d'outrage à magistrat. 

Janvier 2019

- Le ministre de la Justice de l'époque, Sélim Jreissati, demande à la direction de l’Inspection judiciaire de faire le point sur le dossier et de s’assurer des circonstances et de la pertinence judiciaire de la poursuite de l'incarcération du fils du dictateur libyen, qui n'a toujours pas été jugé dans l'affaire de rétention d'informations sur Moussa Sadr. La demande de M. Jreissati intervient au lendemain d’une série de requêtes formulées par des responsables libyens qui effectuent un forcing pour obtenir la libération de M. Kadhafi, mais aussi par les Russes qui interviennent au niveau diplomatique dans cette affaire.

- Protestations dans les milieux chiites, notamment au niveau du mouvement Amal, ainsi que parmi la famille de Moussa Sadr, qui refusent qu'Hannibal Kadhafi soit libéré et qui considèrent qu'il possède des informations inédites sur le dossier.

Novembre 2021

- L'incarcération d'Hannibal Kadhafi est à nouveau évoquée, cette fois-ci dans le cadre de l'affaire de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en France. La justice française révèle alors qu'elle enquête sur des soupçons de « corruption » de magistrats libanais qui auraient tenté - et échoué - à faire sortir de prison Hannibal Kadhafi dans l'espoir d'obtenir des éléments pour dédouaner Nicolas Sarkozy des accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007.

Juin 2023

- Le 2, Hannibal Kadhafi entame une grève de la faim « parce qu'il se considère innocent des allégations dont il est accusé et qu'il est un prisonnier politique », selon son avocat Paul Romanos. Ce dernier refuse de divulguer davantage d'informations invoquant le « secret de l'instruction ». Il n'est pas clair toutefois auprès de quelle juridiction une telle enquête serait en cours.

- Le 8, les autorités libyennes annoncent leur intention de former un comité de suivi présidé par le ministre libyen de la Justice, qui sera chargé de dialoguer avec les autorités libanaises en vue de trouver une solution au dossier Kadhafi.

- Dans une vidéo publiée quelques jours plus tard sur TikTok, le Premier ministre libyen, Abdel Hamid Dbeibah, indique qu'il s'est entretenu avec le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati à ce sujet. Le bureau de presse de ce dernier a démenti ces informations. Selon certains médias arabophones, le gouvernement Dbeibah est soumis à des pressions de la part de partisans et de tribus proches de Mouammar Kadhafi.

- Le 21, Hannibal Kadhafi est transféré à l'Hôtel-Dieu de France à Beyrouth et placé sous stricte surveillance, selon son avocat. « Il souffrait d'une baisse de glycémie (taux de sucre dans le sang) résultant de sa grève de la faim, ainsi que d'une hypotension artérielle et de graves infections dans la colonne vertébrale. Son état est maintenant stable », a indiqué Me Romanos vendredi à L'Orient-Le Jour

L'avocat n'a pas répondu à nos questions sur les avancées judiciaires dans le dossier de son client.

Incarcéré au Liban depuis 2015, Hannibal Kadhafi, 47 ans, l'un des fils de l'ancien dictateur libyen déchu Mouammar Kadhafi, a été hospitalisé cette semaine, après avoir entamé une grève de la faim début juin. Pourquoi cet homme est-il incarcéré au Liban, alors qu'aucune information ne filtre sur les procédures judiciaires à son encontre, et de quoi est-il accusé ?Enlevé en Syrie...
commentaires (4)

La seule loi qui considere que le fils est responsable des crimes de son pere est la loi tribale. Malheureusement, nos contrees sont toujours regies par ce type de loi archaique. C'est cette meme loi qui permet egalement d'absoudre les assassinats de femmes sous pretexte de "crimes d'honneur".

Michel Trad

23 h 16, le 03 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La seule loi qui considere que le fils est responsable des crimes de son pere est la loi tribale. Malheureusement, nos contrees sont toujours regies par ce type de loi archaique. C'est cette meme loi qui permet egalement d'absoudre les assassinats de femmes sous pretexte de "crimes d'honneur".

    Michel Trad

    23 h 16, le 03 juillet 2023

  • J'allais ecrire un commentaire identique a un autre deja publie. Mais enfin je le poste qd meme : A qui profite la disparition de l'Imam ? A qui a pris sa place peut-etre ? Tout est possible dans cette region du monde ...

    Remy Martin

    14 h 36, le 03 juillet 2023

  • "“I am awfully sorry to give you such bad news,” said Sadat. “And you tell my brother in Tehran that unfortunately Musa Sadr no longer exists.” The president added the horrific detail that Gadhafi had placed Musa Sadr’s body in a box, sealed it in concrete, and dropped it from a helicopter into the Mediterranean."(Source: The Fall of Heaven, par Andrew Scott Cooper) Voilà ce qui est arrivé à Moussa Sadr...

    Georges MELKI

    20 h 11, le 26 juin 2023

  • Bizarre cette disparition de l’Imam. Et si on cherchait plutôt à qui le crime a profité?…

    Gros Gnon

    07 h 09, le 24 juin 2023

Retour en haut