Rechercher
Rechercher

Économie - Assurances

Accord trouvé entre les médecins et les assureurs pour le remboursement des prestations médicales

Accord trouvé entre les médecins et les assureurs pour le remboursement des prestations médicales

Le siège de l'Ordre des Médecins à Adlieh. Photo : P.H.B.

En discussion depuis plusieurs semaines, l’ordre des médecins du Liban et l’Association des compagnies d’assurances au Liban (ACAL) se sont finalement entendus hier sur le montant des prestations médicales facturées par les médecins aux assureurs lors des dossiers pris en charge par les compagnies d’assurances. Contacté, le président de l’ordre des médecins, le Dr Youssef Bakhache, a affirmé qu’il s’exprimerait sur le sujet après la signature de l’accord qui doit être effectuée dans les prochains jours.

Le président de l’ACAL, Assaad Mirza, a, lui, indiqué à L’Orient-Le Jour que l’accord prévoyait de progressivement majorer ces montants en deux temps d’ici à la fin de l’année. « Depuis début 2023, les médecins facturent aux assureurs des prestations en dollars frais qui sont équivalents à 75 % de ce qu’elles valaient en 2019. L’accord prévoit de maintenir ce niveau jusqu’à fin août et de passer à 85 % en septembre, puis à 100 % dès le début de l’année prochaine », a expliqué le dirigeant de la société Capital Assurance. La mesure concerne aussi bien les tarifs des consultations que celles des interventions en milieux hospitaliers. « Les médecins ne sont pas supposés faire payer un complément aux patients assurés », a-t-il affirmé.

Hausse des primes à venir

Si les primes payées par les assurés ne seront pas ajustées dans l’immédiat, elles pourraient cependant être relevées dans une proportion ne dépassant pas 10 % dans les prochains mois, a ajouté le président de l’ACAL.

La dépréciation de la livre libanaise face au dollar et les restrictions bancaires qui caractérisent la crise que le Liban traverse depuis 2019 ont contraint la majorité des acteurs de l’économie libanaise à ajuster leurs prix et les moyens de paiement acceptés.

Jusqu’à fin 2021, les assureurs réglaient les prestations des médecins en dollars bancaires ou « lollars » – un terme désignant les devises bloquées dans les banques libanaises – et ne pouvant être décaissées qu’en livres à un taux fixé par la Banque du Liban et qui était bien inférieur à celui atteint par le dollar sur le marché des changes.

En 2022, les assureurs ont commencé à payer 50 % des montants des prestations en dollars, les 50 % restants en dollars bancaires, en se basant pour leurs calculs sur les prix pratiqués en 2019. En 2023, le montant convenu devait être de 75 % du montant des prestations de 2019, mais les médecins ont poussé pour le faire modifier, le jugeant insuffisant, selon le président de l’ACAL.

Assaad Mirza indique que les assureurs s’apprêtaient désormais à négocier avec les hôpitaux, qui réclament une hausse de 40 % des montants des prestations – hors honoraires des médecins – que les assureurs leur versent dans le cadre de la prise en charge d’un patient assuré.


En discussion depuis plusieurs semaines, l’ordre des médecins du Liban et l’Association des compagnies d’assurances au Liban (ACAL) se sont finalement entendus hier sur le montant des prestations médicales facturées par les médecins aux assureurs lors des dossiers pris en charge par les compagnies d’assurances. Contacté, le président de l’ordre des médecins, le Dr Youssef...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut