Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Législatives

L’Irak modifie sa loi électorale sous les huées des partis d’opposition

L’Irak modifie sa loi électorale sous les huées des partis d’opposition

Le Parlement irakien a entériné lundi le retour au système électoral d’avant le mouvement antipouvoir de 2019, provoquant la colère des partis indépendants d’opposition qui y voient un moyen de les faire disparaître. La séance, organisée pendant la nuit, a vu l’expulsion de députés indépendants qui manifestaient bruyamment leur désaccord, selon des vidéos tournées par les élus eux-mêmes. Un communiqué de l’Assemblée indique que la loi « a été adoptée », sans détailler le décompte des votes.

Le Parlement monocaméral est dominé par le Cadre de coordination, une alliance de partis chiites pro-Iran dont est issu le Premier ministre Mohammad Chia el-Soudani. Le texte consacre le retour à la loi électorale de 2018, balayant l’un des acquis du vaste mouvement de protestation antipouvoir qui avait secoué l’Irak à l’automne 2019. À l’époque, les manifestants avaient arraché la mise en place d’un système favorisant l’émergence de candidats indépendants. Lors des dernières législatives de 2021, quelque 70 d’entre eux avaient ainsi obtenu un siège sur les 329 que compte le Parlement. Le texte régira les prochaines élections législatives, dont la date n’est pas encore fixée, ainsi que les provinciales prévues le 6 novembre, sauf au Kurdistan d’Irak. Dans cette région autonome, les régionales doivent avoir lieu le 18 novembre dans un cadre électoral distinct. La nouvelle loi signe la suppression des 83 circonscriptions électorales existantes. À la place, chacune des 18 provinces constitue une circonscription. Cette mesure « va permettre aux responsables de grands partis de gagner des sièges plus facilement », estime l’analyste politique Sajad Jiyad sur son compte Twitter. À l’inverse, « les petits partis et les indépendants auront plus de mal à faire campagne, (car) ils seront en compétition au niveau provincial, et non au niveau local ».

L’Irak retourne par ailleurs à un mode de scrutin proportionnel qui a la réputation de favoriser les plus grands partis. Car, explique M. Jiyad, les candidats des plus grandes formations pourront « remporter des sièges, même s’ils n’ont pas recueilli assez de voix ». Dorénavant, « les petits candidats n’auront plus aucun espoir d’obtenir une représentation au Parlement », a regretté Alaa el-Rikabi, un député indépendant. « Ils seront écrasés », a-t-il dit.

À l’inverse, Bahaa el-Dine Nouri, député du Cadre de coordination, a salué cette loi, car elle va permettre de « répartir les sièges en fonction du poids des partis ». Pour lui, cela permettra de former un gouvernement plus rapidement et d’éviter les interminables bras de fer qui ont ponctué la période postélectorale en 2021 et 2022.

Source : AFP

Le Parlement irakien a entériné lundi le retour au système électoral d’avant le mouvement antipouvoir de 2019, provoquant la colère des partis indépendants d’opposition qui y voient un moyen de les faire disparaître. La séance, organisée pendant la nuit, a vu l’expulsion de députés indépendants qui manifestaient bruyamment leur désaccord, selon des vidéos tournées par les...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut