Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - SOCIÉTÉ

En Iran, le timide retour de la cravate

Vu comme un signe d’occidentalisation, l’accessoire de mode porte une connotation péjorative dans la société iranienne. Malgré cela, il devient de plus en plus populaire auprès des jeunes.

En Iran, le timide retour de la cravate

Un vendeur conseille une cliente intéressée par des cravates dans un magasin de vêtements pour hommes du nord de Téhéran. Photo AFP

Dans un magasin à la mode du nord de Téhéran, Mohammad Javad choisit sa première cravate, longtemps bannie en Iran car symbolisant la décadence occidentale. « Dans notre société, porter une cravate, c’est comme porter un masque avant le Covid. Les gens vous regardent bizarrement et même négativement dans certains quartiers. C’est une question culturelle », dit-il pendant que le vendeur lui ajuste son costume. « Je ne la porterai pas tous les jours, mais je trouve que c’est chic. Ça prendra du temps avant que ça change, mais ça commence », ajoute ce dentiste de 27 ans qui a opté pour cet accessoire vestimentaire afin d’être à son avantage lors du premier rendez-vous avec ses futurs beaux-parents.

Sur le présentoir de ce magasin huppé du boulevard Nelson Mandela, sont exposées des cravates de couleurs variées, en coton ou laine. « Nous en vendons une centaine par mois. Nous les importons surtout de Turquie, mais certaines sont fabriquées en Iran », explique Mohammad Arjmand, 35 ans, directeur adjoint du magasin Zagros. « Les clients en achètent pour des cérémonies ou pour leur travail. Dans ce quartier, deux personnes sur dix croisées dans la rue en portent une et de plus en plus des gens l’ont adoptée », affirme-t-il. Les manifestations déclenchées par la mort en détention le 16 septembre de la jeune Kurde Mahsa Amini, 22 ans – accusée d’avoir enfreint le code vestimentaire strict pour les femmes –, « n’ont pas eu d’effet sur nos ventes », indique le directeur des ventes de Zagros, Ali Fattahi, 38 ans.

Signe de décadence

Après la chute du chah en 1979, le clergé iranien, arrivé au pouvoir avec l’ayatollah Ruhollah Khomeyni, avait banni la cravate, qui symbolisait à ses yeux l’assujettissement à la culture occidentale, raconte un commerçant ne souhaitant pas être identifié. La cravate était considérée par la nouvelle classe dirigeante comme un signe de décadence, précise-t-il. Pour l’avocat Massoud Molapanah, « porter une cravate n’est assurément pas un crime, ni dans la Constitution ni aux yeux de la charia (loi islamique), mais il y a des restrictions vestimentaires dans certains lieux comme par exemple à la télévision ». Aujourd’hui, ministres, diplomates, hauts fonctionnaires ou dirigeants d’entreprises d’État portent sous leur costume une chemise à col boutonné, ouvert ou col mao.

Lire aussi

Googoosh : Je veux porter le combat des Iraniennes sur les scènes du monde entier

Disparue des vitrines pendant des décennies, la cravate a fait sa réapparition à l’époque du président réformateur Mohammad Khatami de 1997 à 2005. Pour choisir la sienne, Mohammad Javad est venu accompagné de sa mère qui, vêtue d’un tchador, non seulement l’encourage à franchir le pas mais demande également au vendeur d’apprendre à son fils comment la nouer. « À une époque, certains ont cherché à la supprimer. La raison invoquée était le rejet de tout signe d’occidentalisation. Il aurait alors fallu aussi supprimer le costume et revenir à l’habit traditionnel porté à l’époque de la dynastie Qajar (1794-1925), ce qui était bien évidemment impossible », assure en souriant cette fonctionnaire de 50 ans.

Dans la même rue, à la tête d’un magasin de la marque française Pierre Cardin, Mehrane Sharifi, 35 ans, note aussi un attrait des jeunes pour la cravate, qui « donne du prestige ». « Souvent, ils viennent choisir un costume et nous leur proposons d’essayer une cravate », explique ce fils et petit-fils de tailleur, montrant sur le mur la photo d’il y a un siècle de son grand-père cravaté. Cet accessoire est quasiment obligatoire pour les Iraniens travaillant dans les représentations étrangères, mais la plupart d’entre eux l’ôtent en sortant dans la rue pour ne pas être la cible de moqueries. « Je noue ma cravate quand j’arrive à l’ambassade car les gens se retournent si vous la portez dans la rue.

Ils penseront que vous êtes un étranger ou que vous avez une réunion très formelle avec des étrangers », confie Sadeq, 39 ans, qui travaille à l’ambassade du Japon à Téhéran. « C’est une question de code vestimentaire. Ces règles ne sont écrites nulle part, mais lorsque vous commencez à travailler dans une ambassade, vos collègues vous disent que vous êtes censé la porter », confie-t-il.

Dans un magasin à la mode du nord de Téhéran, Mohammad Javad choisit sa première cravate, longtemps bannie en Iran car symbolisant la décadence occidentale. « Dans notre société, porter une cravate, c’est comme porter un masque avant le Covid. Les gens vous regardent bizarrement et même négativement dans certains quartiers. C’est une question culturelle », dit-il pendant...
commentaires (4)

Cravate ou non, c'est la jugeotte qui compte...

Wlek Sanferlou

13 h 08, le 24 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Cravate ou non, c'est la jugeotte qui compte...

    Wlek Sanferlou

    13 h 08, le 24 mars 2023

  • En Iran, la cravate est le symbole de "la décadence occidentale", mais en Occident, c'est l'absence de cravate (notamment au Parlement) qui manifeste cette décadence. Amusant!

    Yves Prevost

    07 h 23, le 24 mars 2023

  • Joli progrès , encourageant .

    Chucri Abboud

    00 h 27, le 24 mars 2023

  • Joli progrès , encourageant .

    Chucri Abboud

    00 h 27, le 24 mars 2023

Retour en haut