Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit

Accord sur un échange de prisonniers entre les parties yéménites

Accord sur un échange de prisonniers entre les parties yéménites

Le ministre yéménite de la Défense, le général Mohsen Mohammad al-Daeri (au centre) en compagnie du chef de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, le général Sultan al-Baqami (à droite), au cours d'une parade militaire, à Ma'rib, le 17 mars 2023. Photo AFP

Le gouvernement et les rebelles au Yémen ont conclu un accord à Berne sur un échange de plus de 880 prisonniers, ont indiqué lundi les deux parties, marquant une avancée dans le conflit qui a éclaté il y a plus de huit ans.

L’accord prévoit la libération de 181 personnes détenues dans les prisons des houthis, parmi lesquelles des ressortissants saoudiens et soudanais, contre 706 rebelles, a indiqué le chef de la délégation des houthis en Suisse, Abdul Qader al-Murtada, cité par la chaîne des rebelles, al-Masirah. « L’échange aura lieu dans trois semaines », a-t-il ajouté.

Le gouvernement yéménite a salué l’accord, conclu sous l’égide des Nations unies et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Berne en Suisse, a rapporté l’agence officielle SABA.

Parmi les détenus libérés par les houthis figurent l’ancien ministre yéménite de la Défense, Mahmoud al-Subaihi, quatre journalistes et 19 membres de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, a-t-elle précisé. Il s’agit de 15 Saoudiens et trois Soudanais, a précisé un responsable du gouvernement, sous couvert d’anonymat. Les négociations entre les représentants du gouvernement et des rebelles houthis avaient débuté à Berne le 11 mars. Il s’agissait du septième cycle de discussions visant à mettre en œuvre un accord sur les échanges de prisonniers conclu à Stockholm fin 2018. Les parties avaient convenu à l’époque « de libérer tous les prisonniers, détenus, personnes disparues, personnes détenues arbitrairement et victimes de disparition forcée, et ceux assignés à résidence », dans le cadre du conflit qui dure depuis 2014 au Yémen.

Rapprochement irano-saoudien

L’accord intervient dans un contexte marqué par le rapprochement entre l’Arabie saoudite, qui soutient les forces gouvernementales, et l’Iran qui appuie les rebelles. Proches de l’Iran, les houthis ont pris le contrôle de la capitale yéménite Sanaa début 2015, entraînant l’intervention en mars de la même année d’une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite en soutien au gouvernement. La guerre a fait des centaines de milliers de morts et plongé ce pays dans l’une des pires tragédies humanitaires au monde. Les combats ont largement cessé depuis la négociation d’une trêve par l’ONU en avril 2022. L’accord n’a pas été prolongé à son expiration en octobre, mais la situation est restée calme sur le terrain. L’annonce récente du rétablissement des liens diplomatiques entre Riyad et Téhéran après sept ans de rupture a suscité l’espoir d’une baisse des tensions dans le pays.

Source : AFP

Le gouvernement et les rebelles au Yémen ont conclu un accord à Berne sur un échange de plus de 880 prisonniers, ont indiqué lundi les deux parties, marquant une avancée dans le conflit qui a éclaté il y a plus de huit ans.L’accord prévoit la libération de 181 personnes détenues dans les prisons des houthis, parmi lesquelles des ressortissants saoudiens et soudanais, contre 706...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut