Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Auditionné pendant deux jours par des juges européens, Salamé s'explique

"Je ressens, depuis plus de deux ans, une mauvaise foi et une soif pour engager des poursuites contre moi", affirme le gouverneur de la Banque du Liban dans un communiqué.

Auditionné pendant deux jours par des juges européens, Salamé s'explique

Un policier et des journalistes devant le Palais de justice de Beyrouth, le 17 mars 2023 lors d'une audience du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a publié vendredi après-midi un communiqué pour commenter son audition jeudi et vendredi par des juges européens dans le cadre d'enquêtes européennes lancées contre lui pour malversations financières.

Une première audition a eu lieu jeudi pendant plusieurs heures, menée par le premier juge d'instruction de Beyrouth Charbel Abou Samra en présence des magistrats européens. M. Salamé apparaissait en tant que témoin, avait indiqué une source judiciaire à l'AFP. La seconde audition, vendredi, a duré environ trois heures durant lesquelles le patron de la BDL a répondu à une nouvelle fournée d'une centaine de questions.

"Témoin"

"J'ai assisté à l'audience à laquelle j'ai été convoqué par le juge Charbel Abou Samra, sans la présence d'un avocat, car j'étais convoqué en tant que témoin, et non en tant qu'accusé ou suspect", a affirmé M. Salamé dans son communiqué. "Je me suis présenté par respect pour la loi et pour les juges. J'ai exprimé des réserves sur la présence de la magistrate Iskandar, car elle constitue la partie adverse et s'est mêlée de l'enquête libanaise qui me vise. Mes réserves émanent du principe d'équité entre les parties", a-t-il ajouté.

Le juge Abou Samra avait programmé une audience en février dernier après avoir lancé des poursuites contre Riad Salamé et son frère Raja Salamé, ainsi que son ex-assistante Marianne Hoyek. Ils sont accusés d'avoir détourné des fonds provenant de la vente d'actifs de la BDL - qui, selon les médias suisses, ont été placés dans une douzaine de banques en Suisse - par l'intermédiaire de la société de courtage Forry Associates Ltd, dont Raja Salamé est un bénéficiaire économique.

Mercredi, l'État libanais, représenté par la cheffe du service du contentieux de l'Etat, dépendant du ministère de la Justice, la juge Hélène Iskandar, avait déposé une plainte contre Riad Salamé et son frère Raja. Cette démarche est intervenue alors que le Liban s'inquiète du fait qu'un procès à l'étranger contre le gouverneur de la banque centrale, accusé de détournement de fonds, pourrait mettre en péril les actifs de l'État.

Dans son communiqué, M. Salamé affirme également que les fonds de la Banque du Liban n'ont pas été utilisés pour alimenter ses propres comptes, notamment en ce qui concerne l'affaire Forry ou celle de transferts de fonds vers l'étranger.

Les questions des juges

Selon une source judiciaire haut placée interrogée par L'Orient-Le Jour, les questions des juges européens, jeudi et vendredi, ont principalement porté sur l'affaire de la société Forry Associates Ltd, celle de transferts de fonds entre le Liban et l’étranger, ainsi que sur les propriétés immobilières de Riad Salamé.

Enfin, cette source a écarté la possibilité d’une nouvelle audience du patron de la BDL par les juges européens au Liban, qui devraient revenir à Beyrouth fin avril, afin d’auditionner Raja Salamé et l'ancienne assistante du gouverneur Marianne Hoyek. Ces deux personnes ont également été convoquées dans le cadre d'une enquête au Liban portant sur plus de 300 millions de dollars de mouvements de fonds suspects opérés par le gouverneur et son frère.

"Une soif pour engager des poursuites contre moi"

"Je ressens, depuis plus de deux ans, une mauvaise foi et une soif pour engager des poursuites contre moi", a estimé Riad Salamé, vendredi, accusant pêle-mêle des médias, des avocats, des responsables politiques et des collectifs issus de la société civile.

Arrivé à la tête de la BDL en 1993, M. Salamé est accusé par de nombreux Libanais, comme une grande partie de la classe politique du pays, de corruption et d'être l'un des principaux responsables de la grave crise financière qui frappe le Liban.

Lire aussi

Comment Riad Salamé pourrait survivre à 2023

Le gouverneur est l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien dans son pays qu'à l'étranger, portant sur des soupçons de blanchiment d'argent et d'"enrichissement illicite". Convoqué de nombreuses fois après une série de plaintes et d'enquêtes, il nie toujours catégoriquement toutes les accusations à son encontre.

En janvier, des enquêteurs de France, d'Allemagne et du Luxembourg avaient interrogé à Beyrouth des responsables du secteur bancaire sur des mouvements de fonds vers plusieurs pays où Riad Salamé dispose d'un important patrimoine. En mars 2022, les trois pays avaient gelé 120 millions d'euros d'avoirs libanais à la suite d'une enquête visant cinq personnes dont le gouverneur de la BDL.

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a publié vendredi après-midi un communiqué pour commenter son audition jeudi et vendredi par des juges européens dans le cadre d'enquêtes européennes lancées contre lui pour malversations financières.Une première audition a eu lieu jeudi pendant plusieurs heures, menée par le premier juge d'instruction de Beyrouth Charbel...
commentaires (12)

ILS ONT MANGE DU HEMMOS, DES KEBAB, DU SHAWARMA, DU TABBOULE ET DU FATTOUCH, DU OUZE MEHCHI ET BU ASSEZ D,ARAK ET SONT PARTIS L,EMBONPOIMT FULL . POUR SALAME ? SALLEM YABA ! ON NOUS PARLE DE 300 MILLIONS QUAND LES DEPOTS VOLES SEULS DEPASSENT LES 80 MILLIARDS DE DOLLARS.

LA LIBRE EXPRESSION

14 h 15, le 18 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • ILS ONT MANGE DU HEMMOS, DES KEBAB, DU SHAWARMA, DU TABBOULE ET DU FATTOUCH, DU OUZE MEHCHI ET BU ASSEZ D,ARAK ET SONT PARTIS L,EMBONPOIMT FULL . POUR SALAME ? SALLEM YABA ! ON NOUS PARLE DE 300 MILLIONS QUAND LES DEPOTS VOLES SEULS DEPASSENT LES 80 MILLIARDS DE DOLLARS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 15, le 18 mars 2023

  • La justice européenne est intervenue concernant la fortune personnelle de Salamé, sur la foi de documents falsifiés le mettant en cause avec son entourage. L'homme sait se défendre, et il semble tranquille de ce côté là. Mais, en même temps, les européens ont plein de détails sur la longue carrière de Salamé, et sans doute, ils auraient compris pas mal de détails sur la corruption de l'État libanais auquel le gouverneur devait faire face par des mesures inadéquates, dont les ingénieries financières, etc... Si tous les corrompus se tiennent à l'écart maintenant, c'est qu'ils redoutent qu'il dévoile dès à présent leurs crimes, à commencer par la facture de l'électricité qui est restée 30 ans calculée à un prix irréel, les votes budgétaires à la hâte sous le regard du même chef du Législatif aussi depuis 30 ans, les hausses des salaires de 2017 malgré son opposition, ces hausses en période pré électorale, les vides politiques dans la formation des gouvernements pendant de longs mois, les 2ans et demi pour élire Aoun.. En un mot, le gouverneur est coupable de ne pas avoir jeté l'éponge depuis plus de 10 années.

    Esber

    06 h 15, le 18 mars 2023

  • - Qui sont les 4 autres personnes dont il est fait mention à la fin de l'article? - Seuls 120 millions ont été gelés? Et pourtant, plusieurs milliards ont été transférés, non?

    Abichaker Toufic

    23 h 03, le 17 mars 2023

  • Ces aveux ne sont que la partie flottante de l'iceberg ...la partie cachée sera énormément plus volumineuse lorsque les fuites des capitaux vers la Suisse ( et certainement vers le Crédit Suisse en faillite vertigineuse ...et pour cause ( apparaîtra ! C'est le hold-up du siècle commis par toute une bande de politiciens véreux !

    Chucri Abboud

    22 h 16, le 17 mars 2023

  • Il est temps pour le gouverneur de nommer les choses par leurs noms, donc, c'est le moment pour se défendre. Et si vous pouvez, arrachez vous de ce piège tendu par ces ennemis.

    Esber

    20 h 12, le 17 mars 2023

  • Allez Riad, vends la peau de l’ours avant qu’il ne te tue… parle!

    Gros Gnon

    17 h 57, le 17 mars 2023

  • "Je ressens, depuis plus de deux ans, une mauvaise foi et une soif pour engager des poursuites contre moi"... pauvre Calimero, on te plaint ! Il ne s'agit pas de toi Riad, mais de ton trésor caché de 330 millions de dollars. La machine s'est mise en route, et nul n'est prêt à laisser une telle somme se balader de port en port, l'état libanais en premier. Ne crains rien Riad, ca n'est pas à toi qu'on en veut, mais à ton trésor des temps modernes. Il serait dommage de le voir atterrir chez Sherpa International qui t'a balancé, n'est ce pas ?

    Ca va mieux en le disant

    17 h 40, le 17 mars 2023

  • Mais voilà qu'il nous fait son Calimero ! On en aurait presque la larme à l'oeil si la majorité des libanais n'étaient pas dans une galère quasi permanente pour manger, d'éclairer, se soigner, bref pour vivre !

    Pandora

    17 h 38, le 17 mars 2023

  • Pauvre, pauvre Riad. Innocent comme un nouveau ne du schema de Ponzi qui a abouti au depouillement des epargnants au profit de la canaille politichienne et des crapules bancaires. Pire que lui, sont les juges qui l'ont laisse sortir libre dans une parodie de justice. Avec son convoi de grosses et luxueuses limousines noires et ses gardes du corps. Alors que la population creve sous l'inflation galopante dont il ne se sent certainement pas responsable. Apres cela, reprochez leur les envies de meurtre ......

    Michel Trad

    16 h 33, le 17 mars 2023

  • Il restera à son poste de gouverneur jusqu'au dernier jour de son sexennat. Ce genre d'enquête dure des années.. Et ceux qui spéculent sur le taux de change seraient déçus probablement car la montée du dollar en parallèle avec ces actualités judiciaires, n'aboutirait pas à des changements de taille. L'élection présidentielle calmera à coup sûr ce sale jeu des spéculateurs.

    Esber

    14 h 43, le 17 mars 2023

  • Qu’ils l’emmènent avec eux! Il sera plus libre de leur raconter le système Berri et consorts !

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 35, le 17 mars 2023

  • Ah, le knéfé c'est pour aujourd'hui ? Sahtein ! Attention aux tâches de sirop sur les dossiers...

    IBN KHALDOUN

    11 h 23, le 17 mars 2023

Retour en haut