Rechercher
Rechercher

Égalité des genres : des défis, mais aussi des solutions - Droits de la femme

À Warsh(ée), Les Libanaises brisent le « plafond de genre »

Les Libanaises se taillent de plus en plus leur place dans des domaines traditionnellement dominés par les hommes. Selon elles, le fait d'être une femme joue parfois même à leur avantage.

À Warsh(ée), Les Libanaises brisent le « plafond de genre »

Équipée de lunettes et de casques anti-bruit, Hala découpe un morceau de bois dans l'atelier de Warsh(ée). Crédit photo: Joao Sousa

Chaque matin à 6h30, Nasab, Mariam, Nada et Hala prennent le bus au départ de Tripoli, dans le nord du Liban. Elles parcourent 80 kilomètres pour suivre des cours de menuiserie à Sin el-Fil, à la périphérie de Beyrouth.

Après avoir cherché en vain un emploi dans les domaines qu'elles convoitaient, ces quatre vingtenaires ont décidé, il y a un an, de tenter leur chance dans la menuiserie, une profession traditionnellement réservée aux hommes. Elles suivent leur formation à Warsh(ée) (« chantier », en français), une initiative lancée par l'architecte libanaise Anastasia el-Rouss après l'explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020. « Nous les accompagnons dans un métier qu'elles n'auraient jamais envisagé d'elles-mêmes », explique Anastasia el-Rouss. « Nous les rémunérons durant la formation pour les aider à subvenir à leurs besoins et pour montrer à leurs familles qu’elles peuvent gagner leur vie grâce à ce métier ».

D'après la Banque mondiale, la proportion de femmes actives au Liban était de 21% en 2021. À l’échelle internationale, cette proportion dépasse légèrement 50% pour les femmes, contre 80% pour les hommes.

Lutter contre les attentes de la société, au prix de quelques ajustements

« On s'est beaucoup moqué de nous lorsque nous avons commencé notre apprentissage, mais nous avons dépassé cette phase », raconte Hala, qui rêvait d'une carrière dans les forces de sécurité intérieure (FSI) avant de rejoindre Warsh(ée). « Les gens me demandaient souvent comment je pouvais porter du bois. Ce n'est pas si lourd que ça, et s'il y a une grosse pièce à transporter, nous la portons à plusieurs », explique-t-elle.

De gauche à droite, Hala, Nada et Nasab montrent fièrement quelques-unes de leurs créations. Crédit photo: Joao Sousa

Nada, une diplômée en comptabilité, était au chômage avant de commencer sa formation en menuiserie. « Les gens autour de moi ont ri de mon choix au début », dit-elle. « Mais quand ils ont vu le résultat de mon travail, ils ont commencé à apprécier ma menuiserie ».

À Warsh(ée), l'atelier a été adapté à la petite taille de certaines des apprenties. L'enseignement est dispensé par des hommes, étant donné que la menuiserie a longtemps été une profession majoritairement masculine au Liban ; mais les formateurs apportent un soutien indéfectible aux jeunes femmes qu'ils encadrent. « Nos professeurs nous ont encouragées en tant que femmes à nous lancer dans la menuiserie. C'est un vrai métier et nous pouvons en vivre », affirme Nasab, diplômée en sciences sociales, au chômage depuis des mois.

Asmahan Zein, présidente de la Ligue libanaise pour les femmes dans les affaires (LLWB), a déclaré à L'Orient Today que « les femmes ont besoin que les hommes marchent à leurs côtés pour réussir». Et d'ajouter : « Nous ne pouvons pas valoriser les femmes dans le monde du travail si les hommes ne les apprécient pas à leur juste valeur et ne les soutiennent pas ».

Autonomisation financière et personnelle

L'apprentissage du métier de menuisier a permis à ces jeunes femmes d’être plus autonomes, mais aussi de gagner de l'argent et de prendre confiance en elles. Mariam, qui a abandonné l’école, est fière d'être « devenue financièrement indépendante » depuis qu'elle a commencé son apprentissage. Pour Nasab, cette formation a renforcé sa confiance en elle et lui a permis de se prendre en main. « Avant, j'étais au chômage et je n'avais rien », confie-t-elle. « Je peux désormais faire ce que je veux. Mon rêve était de m'élever socialement ainsi que de connaître d'autres façons d'être et de faire. Dans mon milieu, l'homme est toujours favorisé, ici nous sommes toutes et tous égaux ».

Mariam, occupée à rassembler les différentes parties d'une table. Crédit photo: Joao Sousa

Les fruits d’un travail acharné et d’une politique de discrimination positive

Contre toute attente, certaines femmes ont rencontré moins de difficultés que prévu. Comme l'explique Asmahan Zein, « le milieu socio-économique des femmes détermine si elles seront les bienvenues dans un secteur à prédominance masculine ».

Rosabelle Chédid est cofondatrice et directrice des opérations de C Green, une start-up libanaise qui transforme la boue d'épuration en engrais naturels. Elle affirme que « les portes se sont ouvertes pour les femmes dans tous les programmes ». Elle attribue, en partie, cette évolution au fait que l'égalité des sexes est l'un des objectifs de développement durable des Nations unies. Elle a remporté le concours Femme Francophone Entrepreneure (FFE) en 2019 grâce à sa start-up. Cette compétition est destinée à encourager les femmes dans l'entreprenariat. « Je ne crois pas au hasard, je crois au travail acharné, et à l'aide que nous recevons des personnes que nous rencontrons en cours de route », assure-t-elle. Elle affirme n'avoir subi aucune forme de discrimination ou de sexisme en tant que femme travaillant dans le domaine des sciences.

Malak Jomaa, une développeuse web, raconte une histoire similaire. Elle a suivi une formation de codage à SE Factory, une organisation basée à Beyrouth qui forme des programmeurs en herbe. « Je crois que j'avais plus d’avantages en tant que fille », dit-elle en riant. « Mes camarades de classe et mes professeurs m'ont vraiment tous soutenue. Un de mes enseignants m'a même dit que j'étais « une perle rare » parce que la parité hommes-femmes est encore loin d'être atteinte dans ce secteur et qu'il aimerait que ce soit davantage le cas ».

L'atelier de Warsh(ée) à Sin el Fil. Crédit photo: Joao Sousa

Malak Jomaa travaille actuellement dans une entreprise norvégienne, au sein d'une équipe composée à parts égales de développeurs et de développeuses. « Je pense que le fait d'être une femme m'a donné un avantage à l’embauche. Mes compétences techniques étaient un plus, mais ils cherchaient surtout des femmes ».

Pour Rosabelle Chédid, les jeunes Libanaises doivent « faire le métier de leur choix ». « Si vous êtes passionnée par votre travail, vous trouverez une solution pour relever tous les défis auxquels vous serez confrontée », assure-t-elle.

Mais Asmahan Zein est plus nuancée. « Toute femme travaillant dans une entreprise, quelle qu'elle soit, n'est pas appréciée à sa juste valeur tant qu'elle n'a pas prouvé qu'elle était surqualifiée pour le poste qu'elle occupe », déplore-t-elle. « Vous devez travailler deux fois plus dur [que les hommes] ».

Cet article est publié dans le cadre de “Towards Equality”, une opération de journalisme collaboratif rassemblant 14 médias d’information du monde entier mettant en lumière les défis et les solutions pour atteindre l’égalité des genres.


Chaque matin à 6h30, Nasab, Mariam, Nada et Hala prennent le bus au départ de Tripoli, dans le nord du Liban. Elles parcourent 80 kilomètres pour suivre des cours de menuiserie à Sin el-Fil, à la périphérie de Beyrouth. Après avoir cherché en vain un emploi dans les domaines qu'elles convoitaient, ces quatre vingtenaires ont décidé, il y a un an, de tenter leur chance dans la...
commentaires (1)

Je dis aux femmes libanaises : I love you! ( Sauf à celles qui se tatouent les sourcils en Noir en suivant cette mode horrible de les épaissir/élargir et sauf à celles qui se croient précieuses, et qui ne veulent pas travailler) , il y a aussi plein d’autres Saufs, mais vaut mieux s’arrêter là aujourd’hui ,.. ?))

Jack Gardner

12 h 48, le 08 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je dis aux femmes libanaises : I love you! ( Sauf à celles qui se tatouent les sourcils en Noir en suivant cette mode horrible de les épaissir/élargir et sauf à celles qui se croient précieuses, et qui ne veulent pas travailler) , il y a aussi plein d’autres Saufs, mais vaut mieux s’arrêter là aujourd’hui ,.. ?))

    Jack Gardner

    12 h 48, le 08 mars 2023

Retour en haut