Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur le 4 août 2020

« Asile de fous », « Du jamais-vu » : Oueidate part en croisade contre Bitar

Si le juge d’instruction avait créé la surprise lundi, c’est le procureur Ghassan Oueidate qui a occupé la scène hier, libérant d’un coup tous les détenus et engageant des poursuites contre Tarek Bitar. Ce dernier indique à « L’OLJ » qu’il ne lâchera pas l’affaire avant la publication de l’acte d’accusation.

« Asile de fous », « Du jamais-vu » : Oueidate part en croisade contre Bitar

Les familles des victimes manifestant hier devant le domicile de Oueidate. Photo Mohammad Yassine

Le Liban a sombré hier un peu plus dans une atmosphère surréaliste de délitement des institutions. Le procureur général près la Cour de cassation Ghassan Oueidate, lui-même poursuivi dans l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, a tenté de mener un véritable coup d’État contre Tarek Bitar, le juge d’instruction chargé de mener l’enquête. Le procureur, soutenu par une partie de la classe politique et par l’appareil sécuritaire, a ordonné la libération de 17 personnes encore détenues sans jugement depuis la double explosion meurtrière du 4 août 2020, selon un document obtenu par L’Orient-Le Jour. Il a également engagé des poursuites contre Tarek Bitar pour « rébellion contre la justice » et « usurpation de pouvoir », tout en le frappant d’une interdiction de quitter le territoire libanais.

L'impression de Fifi Abou Dib

Celui qui sait et celui qui peut

Si l’action entreprise par Tarek Bitar pour retrouver le contrôle du dossier – après les recours présentés contre lui par les personnalités mises en cause – avait contribué à redonner vie à ce dossier, la réplique de Ghassan Oueidate a suscité des critiques de la part de juristes qui, dans la majorité de leurs réactions à L’Orient-Le Jour, ont estimé que ses actions n’étaient pas conformes à la loi.

« La loi ne permet pas au procureur général d’ordonner la libération des détenus. Celui qui a ordonné leur arrestation est le seul habilité à demander leur libération », estime l’ancien procureur général Hatem Madi. Mais pour Ghassan Khoury, avocat général près la Cour de cassation et qui fait partie des responsables poursuivis par le juge Bitar, « le parquet général est en droit d’ordonner la remise en libération des détenus en vertu de l’article 137 du code de procédure pénale ». « De toute façon, de nombreux détenus dans le cadre de l’enquête ont été arrêtés sur ordre du parquet de cassation qui les a déférés devant le juge d’instruction près la Cour de justice », ajoute-t-il, interrogé par L’OLJ.

Lire aussi

« Nous sommes choqués par la décision de Oueidate... Dans quel État vivons-nous ? »

« C’est un asile de fous ! » s’indigne pour sa part Joseph Samaha, ancien président de la Cour de justice. À L’OLJ, il assure que « le parquet n’est pas compétent pour libérer les détenus. Cela constitue une infraction pénale édictée par l’article 425 du code pénal, qui stipule que le fait de faciliter la fuite de détenus constitue un délit puni par l’emprisonnement ». « Si les forces de sécurité participent à cette infraction, elles devront être sanctionnées », ajoute-t-il. Il assure également que le procureur ne peut pas empêcher le juge Bitar de quitter le territoire, de telles décisions n’étant prises que par des juges d’instruction et des juges des référés, et sont seulement exécutées par le parquet. Même son de cloche du côté de Chucri Sader, ancien président du Conseil d’État. « C’est du jamais-vu qu’un juge d’instruction attaque le procureur général, et vice versa », s’indigne-t-il. « On ne détruit pas sa maison », poursuit-il. Il ajoute : « Le juge Oueidate oublie qu’il s’est récusé lui-même, et là, il veut reprendre la main sur le dossier. C’est inédit dans l’histoire d’un pouvoir judiciaire à l’échelle mondiale. »

Badri Daher libéré

La réponse de Tarek Bitar n’a pas tardé. « C’est une violation criante de la loi », a-t-il déclaré à L’OLJ en réaction aux décisions du procureur Oueidate. « Je compte continuer à rédiger mon acte d’accusation, a-t-il ajouté. Je ne vais pas lâcher l’affaire avant la publication de l’acte d’accusation. » Il a cependant précisé que sa publication « n’est pas imminente ». « Oueidate s’est désisté du dossier de l’enquête du port et la Cour de cassation a accepté qu’il se désiste (en raison d’un lien de parenté avec un ancien ministre poursuivi, Ghazi Zeaïter), rappelle le juge Bitar. De plus, j’ai engagé des poursuites contre lui. Il y a donc une suspicion à son encontre. » Concernant l’interdiction de voyager qui le frappe, le juge Bitar a indiqué que c’est Abbas Ibrahim, en sa qualité de directeur général de la Sûreté générale, qui doit exécuter cette décision. Or, Abbas Ibrahim « n’a pas le droit de le faire, vu que j’ai engagé des poursuites contre lui ».

Portrait

Tarek Bitar, au nom de la loi

Parmi les 17 personnes libérées sur ordre de Oueidate, figurent le directeur des douanes Badri Daher et celui du port Hassan Koraytem. Proche du camp aouniste, M. Daher était le plus haut responsable détenu dans le cadre de l’enquête. Des images après sa libération ont été publiées par certains médias locaux. Ces personnes ne figuraient pas parmi les cinq détenus dont M. Bitar avait ordonné la libération lundi, lorsqu’il avait décidé de reprendre l’enquête de son propre chef. Il avait alors également décidé d’inculper plusieurs personnalités de haut rang, dont justement le procureur général Oueidate et deux hauts responsables de la sécurité.

Pour mémoire

Tarek Bitar pourrait-il gagner son pari ?

Mardi, le juge Bitar avait engagé des poursuites contre le Premier ministre au moment du drame Hassane Diab ainsi que le procureur général près la Cour de cassation Ghassan Oueidate, lequel a rejeté toutes ses décisions dans une lettre qu’il lui a adressée. La décision de poursuivre un procureur général est une décision inédite dans l’histoire du Liban. Trois autres magistrats en lien avec le dossier font également l’objet de poursuites, ont indiqué deux sources judiciaires à Reuters. Selon un responsable judiciaire cité par l’AFP, M. Oueidate avait supervisé en 2019 une enquête des services de sécurité sur des fissures dans l’entrepôt où était stocké le nitrate d’ammonium sans mesures de sécurité. Les familles des victimes de la double explosion ont rapidement exprimé leur colère. Selon un collectif, un rassemblement est prévu jeudi devant le Palais de justice de Beyrouth. Mercredi soir, une dizaine de personnes ont manifesté à Baabda devant le domicile de Ghassan Oueidate.


Le Liban a sombré hier un peu plus dans une atmosphère surréaliste de délitement des institutions. Le procureur général près la Cour de cassation Ghassan Oueidate, lui-même poursuivi dans l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, a tenté de mener un véritable coup d’État contre Tarek Bitar, le juge d’instruction chargé de mener l’enquête. Le procureur, soutenu...

commentaires (12)

Environ 200 personnes à la manif ?.... Il y en aura combien pour soutenir Tarek Bitar ?

Lillie Beth

16 h 07, le 26 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Environ 200 personnes à la manif ?.... Il y en aura combien pour soutenir Tarek Bitar ?

    Lillie Beth

    16 h 07, le 26 janvier 2023

  • LE CHEF DU DÉPARTEMENT DE LA SÉCURITÉ AU PORT DE BEYROUTH, ZIAD EL-AOUF, A REJOINT LES ÉTATS-UNIS PEU APRÈS SA LIBÉRATION . IL AURAIT QUITTE LE TERRITOIRE LIBANAIS AVANT QU’UNE INTERDICTION DE VOYAGER NE SOIT ÉMISE A SON ENCONTRE. BRAVO , LUI , ON VA VITE L’INNOCENTER ET OUBLIER . M. LE JUGE BITTAR :TOUJOURS LE REGARD A 360 DEGRÉ .

    aliosha

    12 h 57, le 26 janvier 2023

  • Je reviens de la manif. Deux-cents personnes tout au plus dont cinquante de journalistes et officiels?

    M.E

    12 h 55, le 26 janvier 2023

  • Les premiers à manifester contre le Oueidate devraient être les membres du système judiciaire eux-mêmes ;mais y a-t-il encore des gens sensés au sein de la justice libanaise ?

    Citoyen Lambda

    11 h 44, le 26 janvier 2023

  • - L,INCOHESION DEVASTATRICE, - ODIEUSE OEUVRE DES CRIMINELS, - QUI CAUSENT PARTOUT DES BORDELS, - FRAPPE LES COURS DE LA JUSTICE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 48, le 26 janvier 2023

  • Oueidate, ça sent la corruption à plein régime.

    Jacques d

    10 h 28, le 26 janvier 2023

  • Toute personne qui était ou qui aurait pu être à Beyrouth ce 4 août 2020 et qui est aujourd'hui vivante sans séquelles graves est miraculée. Chacune de ces personnes doit demander justice. Je serai à la manif ce matin.

    M.E

    09 h 14, le 26 janvier 2023

  • "Asile de fous"...c'est encore trop gentil pour qualifier la clique de criminels corrompus qui sévissent partout dans notre pays, que ce soit en politique ou justice. Tout ce beau monde nous montre enfin son vrai visage ! - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 41, le 26 janvier 2023

  • Il faut nous dire quel est le patrimoine financier de Mr Oueidate, on saura peut-être qui il est.

    PPZZ58

    08 h 22, le 26 janvier 2023

  • J'aime respirer l'odeur du napalm le matin. Burn baby, burn.

    I A

    08 h 01, le 26 janvier 2023

  • Cette libération a été exigée par l'ambassadrice américaine , dit-on . Car entre les détenus figure un agent des FSI qui a la nationalité libano.americaine , et sur lequel pèsent des soupçons . Allez voir ! Tout cela est bien bizarre .

    Chucri Abboud

    07 h 59, le 26 janvier 2023

  • Drole de justice ou on met en prison les familles des victimes et ou on veut desister un juge pourtant nomme régulièrement parcequ'il deplait aux accuses et aux suspects. Et ceci apres l'avoir menace publiquement. Le pouvoir politique et judiciaire milicien et mafieux dans toute sa splendeur. Le "capo di tutti capi" Berri aux commandes, au service de la milice.... Pauvre, pauvre Liban.

    Michel Trad

    00 h 30, le 26 janvier 2023

Retour en haut