Rechercher
Rechercher

Économie - Justice

Des enquêteurs européens en janvier au Liban pour enquêter sur Riad Salamé

Des "délégations comprenant des procureurs généraux, des juges d'instruction et des procureurs financiers d'Allemagne, du Luxembourg et de France arriveront à Beyrouth entre le 9 et le 20 janvier", selon un responsable judiciaire. 

Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salamé, à Beyrouth, en novembre 2019. Photo d'archives JOSEPH EID / AFP

Des enquêteurs européens sont attendus en janvier au Liban dans le cadre d'investigations sur la situation financière du gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé, a indiqué mardi à l'AFP un responsable judiciaire.

Ce responsable a déclaré, sous couvert d'anonymat, que des "délégations comprenant des procureurs généraux, des juges d'instruction et des procureurs financiers d'Allemagne, du Luxembourg et de France arriveront à Beyrouth entre le 9 et le 20 janvier" pour finir d'enquêter sur des affaires financières liées à M. Salamé. Une source proche du dossier en France a confirmé l'information à l'AFP.

Fin mars, la France, l'Allemagne et le Luxembourg avaient annoncé geler 120 millions d'euros d'avoirs libanais à la suite d'une enquête pour blanchiment d'argent qui visait cinq personnes, dont M. Salamé.

Lire aussi

L’ex-compagne de Riad Salamé mise en examen à Paris

Le responsable libanais a ajouté que les autorités compétentes des trois pays avaient informé le procureur général du Liban, Ghassan Oueidate, de leur intention "d'enquêter sur M. Salamé, sur des responsables de la BDL et des dirigeants des banques commerciales". Selon ce responsable, les délégations européennes n'ont pas demandé l'assistance de la justice libanaise.

M. Salamé, 72 ans, est la cible d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien au Liban qu'à l'étranger, liées à des soupçons de blanchiment d'argent et d'"enrichissement illicite". Il a nié ces accusations, tout en refusant de se présenter devant la justice.

Arrivé à la tête de la BDL en 1993, Riad Salamé, comme une grande partie de la classe politique, est accusé par de nombreux Libanais de corruption et d'être responsable de la grave crise économique et financière que connaît le pays.

Des enquêteurs européens sont attendus en janvier au Liban dans le cadre d'investigations sur la situation financière du gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé, a indiqué mardi à l'AFP un responsable judiciaire.Ce responsable a déclaré, sous couvert d'anonymat, que des "délégations comprenant des procureurs généraux, des juges d'instruction et des procureurs financiers...

commentaires (6)

Pour faire court, Riad Salameh connaît toutes les infractions financières de tous les dirigeants de ce pays (de la tête qui ont fait évader de l'argent sale après le 17 Octobre vers des paradis fiscaux aux petits officiers corrompus vers Chypre et ailleurs). Il est couvert par tout ces voyous qui ont beau s'entretuer entre eux sont tous d'accord pour le protéger. Riad Salamé peur donc dormir tranquillement, pour le moment.

Le borgne

20 h 54, le 29 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Pour faire court, Riad Salameh connaît toutes les infractions financières de tous les dirigeants de ce pays (de la tête qui ont fait évader de l'argent sale après le 17 Octobre vers des paradis fiscaux aux petits officiers corrompus vers Chypre et ailleurs). Il est couvert par tout ces voyous qui ont beau s'entretuer entre eux sont tous d'accord pour le protéger. Riad Salamé peur donc dormir tranquillement, pour le moment.

    Le borgne

    20 h 54, le 29 décembre 2022

  • Salameh le premier, et Siniora, qui se cache et qui a dû quitter un concert à l'AUB en 2019 suite aux hurlements de l'audience, et Saad Harriri...en payant ses "models" par millions de dollars, et la liste des corrompus, qui ont organisé le génocide financier, se trimbalent librement tandis que le peuple a peine à se nourrir...ce n'est pas ça la priorité, je pose la question à MSG Raii, et surtout à Mr. Mikati qui affirme ne pas avoir "d'urgence ", quand la livre continue sa chute libre face aux "hard currencies ", c'est affaire ordinaire tout ça (???!!)

    Raed Habib

    10 h 10, le 28 décembre 2022

  • "les délégations européennes n'ont pas demandé l'assistance de la justice libanaise" - est impossible de mettre en œuvre. Ils ne peuvent interroger personne si les autorités libanaises ne l'autorisent pas.

    Céleste

    00 h 02, le 28 décembre 2022

  • Les enqueteurs Europeens ne vont pas avoir recours a la justice Libanaise. Et ils ont bien raison. La canaille de la BDL et du ministere des finances et les crapules bancaires ont totalement perverti la justice de ce pays. Les juges encore dignes et honorables sont devenus une rarete et sont reduits a l'impuissance. Malheureusement, les enqueteurs n'auront certainement pas acces ni aux veritables comptes de la BDL, ni a ceux des ministeres ni surtout a ceux des banques. Ils repartiront les mains vides.

    Michel Trad

    21 h 34, le 27 décembre 2022

  • Ils n'auront probablement pas la peau de Salamé, car tout en niant les accusations, il est la personne alerte qui ne risque pas les grosses erreurs. Ses erreurs, par contre, sont nettes dans la gestion monétaire, ayant cédé aux demandes des politiciens dans le maintien de la parité de la livre face au dollar au même taux durant 27 ans.

    Esber

    20 h 33, le 27 décembre 2022

  • Alors La Santé ou Fleury Merogis ? Malheureusement il n’aura pas droit à des oranges, Gebran Bassil est intraitable à ce sujet selon des sources diplomatiques bien connues

    Lecteur excédé par la censure

    19 h 41, le 27 décembre 2022

Retour en haut