Rechercher
Rechercher

Politique - Incident

La mort d’un Casque bleu irlandais secoue le Liban-Sud

Les détails de l’incident de Aaqibiyé mercredi soir restent « épars et contradictoires », selon la Finul ; le Hezbollah dément toute implication.

La mort d’un Casque bleu irlandais secoue le Liban-Sud

Des militaires libanais inspectant un véhicule de la Finul criblé de balles, hier dans le village de Aaqibiyé, au Liban-Sud. Mahmoud Zayyat/AFP

Les incidents qui ont opposé des patrouilles de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) à des « habitants » au Liban-Sud se sont multipliés ces dernières années, mais l’incident de mercredi soir dans la localité de Aaqibiyé est de loin le plus grave depuis 2015. Un Casque bleu irlandais a été tué et trois autres blessés dans cet accrochage qui a provoqué des tirs et le renversement de l’un des deux véhicules de la force des Nations unies, sans que les détails ne soient encore clairs.

Le porte-parole de la Finul, Andrea Tenenti, a confirmé hier matin à notre publication anglophone L’Orient Today qu’un soldat irlandais servant dans la force de maintien de la paix de l’ONU a été tué mercredi soir et que trois autres soldats ont été blessés dans un « incident » à Aaqibiyé, un lieudit près de Sarafand, au sud de Saïda, en dehors de la zone d’opération de la Finul au Liban-Sud.

Repère

Casque bleu tué au Liban-Sud : ce que l'on sait

Selon les forces de défense irlandaises, un convoi de deux véhicules utilitaires blindés transportant huit personnes se rendant à Beyrouth a essuyé ce soir-là des « tirs d’armes légères ». « Quatre militaires ont été emmenés à l’hôpital Raï, près de Saïda, à la suite de l’incident. Un soldat a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital et un autre a subi une intervention chirurgicale et se trouve dans un état grave », a déclaré l’armée irlandaise dans son communiqué à la suite de l’incident. « Les deux autres soldats sont traités pour des blessures mineures. Les quatre autres membres du convoi n’ont pas été blessés et sont sains et saufs », ajoute le communiqué.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense, Simon Coveney, a réagi hier à la radio nationale irlandaise RTE en assurant que les deux véhicules de la Finul se dirigeaient vers Beyrouth quand ils ont été séparés et que « l’un d’eux a été encerclé par une foule hostile ».

De son côté, le Hezbollah, la force politique dominante dans cette région, a pris soin de démentir toute « implication dans cet incident », qu’il qualifie pourtant d’« involontaire ». Ainsi, Wafic Safa, responsable du comité de coordination au sein de ce parti, a démenti hier dans une déclaration à Reuters l’implication du Hezbollah dans un « incident involontaire » survenu la nuit précédente « entre les habitants de Aaqibiyé et des individus du contingent irlandais », présentant ses condoléances pour la perte d’un soldat. Plus tôt dans la journée, le député Ali Fayad, du groupe parlementaire du Hezbollah, a déclaré à sa sortie du Parlement après la séance d’élection présidentielle que « tout le monde a intérêt à la stabilité du Sud ».

Cet incident intervient alors que l’Iran, pays dont l’influence sur le Liban-Sud n’est plus à démontrer à travers son allié le Hezbollah, vient d’être expulsé de la commission de l’ONU sur les droits des femmes, suite à sa gestion musclée des manifestations déclenchées par la mort en septembre de Mahsa Amini, décédée lors de son arrestation par la police des mœurs pour son port du voile jugé inadéquat.

« Autorisés » ou pas ?
Sur place à Aaqibiyé, comment voit-on cet incident meurtrier ? Bassam Jaafar, le moukhtar du village, a expliqué à L’Orient Today que les habitants ont essayé d’arrêter le véhicule de la Finul car, selon lui, les convois de Casques bleus ne sont « pas autorisés dans le village mais seulement sur les routes principales ». M. Jaafar a raconté que le véhicule de la Finul a tenté d’échapper aux habitants qui lui barraient la route et, ce faisant, a heurté et blessé l’un des résidents. Le moukhtar a ajouté que des coups de feu ont alors été tirés, mais que leur origine reste inconnue. « Laissons les forces de sécurité enquêter sur cette affaire », a-t-il déclaré.

Lire aussi

Pompier, médiateur, force tampon... Pour la Finul, une mission multitâche au Liban-Sud

Un photographe de l’AFP a vu dans le village de Aaqibiyé un véhicule de la Finul qui a percuté un magasin, sur une route menant vers la ville de Saïda. Selon des témoins également interrogés par l’AFP, la voiture a été interceptée par des habitants alors qu’elle empruntait une voie côtière qui n’est pas habituellement utilisée par les Casques bleus. Le chauffeur semble avoir perdu le contrôle du véhicule en tentant de fuir le secteur, selon eux. Les témoins ont indiqué avoir entendu des coups de feu.

Des troupes de la Finul étaient déployées sur place jeudi matin, ainsi que des soldats de l’armée qui ont confisqué les caméras de surveillance. Les détails de l’incident restant nébuleux, l’enquête ira-t-elle jusqu’au bout dans cette région sensible à plus d’un titre ?

Il faut rappeler que le 31 août dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU avait renouvelé pour un an le mandat de la Finul, mais en modifiant légèrement sa formulation. La Finul, qui coordonne régulièrement ses patrouilles et ses mouvements dans sa zone d’opération avec l’armée libanaise, est désormais « autorisée à mener ses opérations de manière indépendante ». Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait alors condamné cet amendement au mandat des Casques bleus, estimant qu’il constituait une « violation de la souveraineté libanaise ».

Des militaires de la Finul sur les lieux de l’attaque contre les Casques bleus à Aaqibiyé. Mahmoud Zayyat/AFP

Les réactions officielles
En tout cas, même si, dans des déclarations à la presse à Bruxelles, le Premier ministre irlandais Micheál Martin s’est dit « profondément choqué et très attristé », il a quand même jugé « prudent d’attendre une enquête plus complète et une analyse ».

« Nous présentons nos plus sincères condoléances aux amis, à la famille et aux collègues du Casque bleu décédé. Nous espérons un rétablissement complet et rapide pour les personnes blessées », a pour sa part déclaré Andrea Tenenti dans un communiqué. « Pour le moment, les détails sont épars et contradictoires. Nous coordonnons avec les forces armées libanaises et avons lancé une enquête pour déterminer ce qui s’est passé exactement », a ajouté M. Tenenti.

Pour sa part, la coordinatrice spéciale des Nations unies pour le Liban, Joanna Wronecka, a tweeté : « Profondément attristée par la mort du soldat de la paix irlandais de la Finul. Condoléances sincères à sa famille, à Aroldo Lázaro et à tous les soldats de la paix au Liban-Sud. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés. Une enquête rapide et approfondie pour déterminer les faits de ce tragique incident est cruciale. »

Lire aussi

Mandat de la Finul : comment des amendements sont passés (presque) sans bruit

Au niveau international, la France, qui a un contingent au sein de la Finul, a condamné « avec la plus grande fermeté » l’attaque, appelant au calme. Elle a demandé « une enquête sans délais ni entraves afin que les auteurs de cette attaque puissent être traduits en justice », selon Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Côté libanais, l’incident a fait beaucoup réagir. Le Premier ministre sortant Nagib Mikati a exprimé sa « profonde douleur » à la suite de l’incident, exprimant ses condoléances pour le décès du Casque bleu irlandais ainsi que ses vœux de rétablissement pour les blessés. Dans un communiqué publié par le Grand Sérail, M. Mikati a affirmé « la nécessité pour les autorités compétentes de mener les enquêtes nécessaires afin de comprendre les circonstances de l’incident et empêcher que cela se produise à nouveau ».

M. Mikati a également contacté le commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, ainsi que le commandant en chef de la Finul, le major-général Aroldo Lázaro, afin de s’enquérir des circonstances de l’incident. Il a aussi adressé ses condoléances au président irlandais Michael Higgins et au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères a « condamné fermement l’incident désolant » qui s’est produit, présentant ses condoléances « à l’Irlande, son gouvernement et son peuple ». Il a rappelé l’importance du rôle de la Finul dans la « protection de la sécurité au Liban-Sud ».

Le président du Parlement Nabih Berry a pour sa part appelé le chef de la Finul, Aroldo Lázaro Sáenz, pour lui exprimer ses condoléances et « souhaiter le rétablissement des blessés », a indiqué le bureau du chef du législatif dans un communiqué.

Les incidents qui ont opposé des patrouilles de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) à des « habitants » au Liban-Sud se sont multipliés ces dernières années, mais l’incident de mercredi soir dans la localité de Aaqibiyé est de loin le plus grave depuis 2015. Un Casque bleu irlandais a été tué et trois autres blessés dans cet accrochage qui a provoqué...

commentaires (10)

"Pas autorisés dans le village mais seulement sur les routes principales". Ce M. Jaafar est encore un autre barbare qui ne connait pas la loi libanaise. Il n'a pas competence a decider qui roule ou ne roule pas sur une route. En effet, la route est un Domaine Public. Tout le monde peut rouler sur une route, a moins que le Ministre competent l'en empeche.

Mago1

15 h 54, le 16 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • "Pas autorisés dans le village mais seulement sur les routes principales". Ce M. Jaafar est encore un autre barbare qui ne connait pas la loi libanaise. Il n'a pas competence a decider qui roule ou ne roule pas sur une route. En effet, la route est un Domaine Public. Tout le monde peut rouler sur une route, a moins que le Ministre competent l'en empeche.

    Mago1

    15 h 54, le 16 décembre 2022

  • C’est une execution de plus Voilà comment nous remercions c’est hommes et femmes qui sont la pour nous protéger C’est indigne, ce malheureux soldat et mort pour rien lui qui c’est investi pour nous apporter la paix et de plus Irlandais le peuple qui a souffert de l’ingérence Anglaise pendant dès décennies sur leur territoire et qui défend la cause palestinienne bec et ongles

    Cyril Assouad

    14 h 42, le 16 décembre 2022

  • Le Liban tient à la Finul et à la résolution 1701aurait déclaré N. Mikati, mais celle-ci reprend la 1559. Pourquoi ces deux résolutions ne sont-elles pas appliquées ? Security Council Resolution 1701 - UNSCR Merci aux gouvernements consécutifs qui ont profité et qui n’ont pas levé le moindre petit doigt pour que le Liban vive, tout simplement.

    TrucMuche

    13 h 19, le 16 décembre 2022

  • Le HB a une idée derriere tête et est en train de procéder comme les talibans en Afghanistan, celle de faire la guerre à toutes les forces étrangères aussi pacifiques soient elles pour pouvoir les pousser à quitter le pays, pour que seul lui et ses voyous puissent étendre leurs toute puissance avec leurs armes et leur diktat et transformé tout le pays en une plaque tournante de trafics d’armes, de drogues et de terroristes pour régner, dont le but serait d’envoyer la recette de  leurs trafics à leurs maîtres en turbans puisqu’ils se trouvent aux abois à l’intérieur de leur pays sans ressources ni légitimité à présent. Le pire c’est que ce drame comme tant d’autres provoqué par les mêmes criminels tel que l’explosion du port et les assassinats de personnalités libanaise se transformera pour sûr en une tempête dans un verre et finiront comme d’habitude sans suspects ni sanction. Ainsi un feu vert sera donné à ces pourritures de persévérer dans leurs projets sans être inquiétés. Personne n’a oublié le massacre des américains et français dans les années 80 ni la réaction de ces pays. Espérons qu’ils ne répéteront pas l’expérience et éviteront l’humiliation de trop cette fois ci.

    Sissi zayyat

    11 h 50, le 16 décembre 2022

  • La Finul doit partir du sud et comme ça le Hezbollah sera anéanti par Israël

    Eleni Caridopoulou

    10 h 54, le 16 décembre 2022

  • Des casques bleus, pourquoi faire??? Protéger Israel ou le Liban? Il est plus judicieux de les placer dans les secteurs Chyah Ain el Remmane et officialiser une partition du pays à laquelle des milliers de citoyens aspirent, et seule garante de sauver ce qui reste du Liban de l'emprise chiite qui est en train d'imposer son diktat à tous les libanais. Le Hezb phagocyte doucement l'ensemble du territoire, et aucun pseudo leader ne lève la voix. Peureux ou pourris ??? Les deux mon ...oups, il est plus là, on ne s'en était pas rendu compte

    Roborm

    09 h 43, le 16 décembre 2022

  • "… le Hezbollah dément toute implication …" - Comprendre: l’ordre écrit a été brûlé, les enregistrements effacés, et les témoins "sécurisés"…

    Gros Gnon

    09 h 14, le 16 décembre 2022

  • Ce n'était qu'un passage de 2 véhicules connus des forces des nations unies. Est-ce-que ce sont des ennemis ? Comment toute cette foule a pu être rassemblée à 21heures,attendant le passage des véhicules ? C'était bel et bien prémédité, et l'organisateur est connu. Ils voulaient donner une leçon à ces soldats pour ne plus recommencer cette percée dans leur territoire. Mais, en fait, qu'est-ce qui oblige à garder les casques bleus au Sud Liban, tant qu'ils sont perçus en tant que suspects dans leurs déplacements ? Quel est cette mission étrange ?

    Esber

    07 h 16, le 16 décembre 2022

  • La main perfide de Hezbollah s’end prend aujourd’hui contre les soldats de la Finul. A quand la fin de cette moquerie des lois et de l’ordre? Le mépris de HN envers toute semblance de paix est incomparable et criminel.

    Michael Nasrallah

    02 h 37, le 16 décembre 2022

  • Si les casques bleus n’ont pas le droit de traverser le village de Aaquibyié c’est que quelque chose de sensible est caché dans ce village…. Que les villageois ont pour instructions de garder à tout prix en tirant sur ces mêmes soldats, ou tout au moins , en les effrayant… Si quelque chose se cache dans ce village, et que ceux qui le cache cherchent le risque zéro qu’il soit trouvé , c’est que d’une part il s’agit d’un secret de première importance, et d’autre part qu’il ne peut s’agir que d’une violation militaire que les casques bleus ont pour charge de traquer en faisant respecter les résolutions onusiennes. Les tirs n’ont pour finalité que de faire comprendre à la FINUL que des villages entiers au Liban Sud leurs sont interdits…Il s’agit d’une auto-dénonciation implicite , des caches militaires creusées ici et là en contravention des deux résolutions internationales relatives au Liban Sud. On avait assisté il y des très nombreuses années, à des soulèvements télécommandés, ou la population se soulevait pour des raisons obscures , Incompréhensibles, contre les casques bleus, créait des incidents factices montés de toutes pièces….On comprend beaucoup aujourd’hui, avec le recul, ce qu’il s’y tramait..

    LeRougeEtLeNoir

    00 h 49, le 16 décembre 2022

Retour en haut