Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Repères

Les enjeux de la visite de Xi Jinping en Arabie saoudite

Le président chinois devrait arriver à Riyad mercredi pour y passer trois jours durant lesquels des rencontres bilatérales sont prévues avec des dirigeants saoudiens, dont Mohammad ben Salmane, ainsi que d’autres leaders de la région.

Les enjeux de la visite de Xi Jinping en Arabie saoudite

Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane accueilli par le président chinois Xi Jinping lors d’une rencontre à Pékin, en août 2016. Photo d’archives AFP

Annoncé dès octobre, le déplacement du président chinois Xi Jinping en Arabie saoudite mercredi vise à renforcer la coopération entre les pays arabes, en particulier les pétromonarchies du Golfe, avec Pékin. Elle intervient dans un moment de tensions entre Riyad et Washington sur fond de transformation de l’ordre mondial.

Les faits

– Le président chinois est attendu à Riyad mercredi pour une visite officielle de trois jours, où il rencontrera des dirigeants saoudiens, notamment le prince héritier et Premier ministre Mohammad ben Salmane.

– D’autres chefs d’État de la région seront présents dans le cadre de sommets élargis, selon l’agence de presse officielle saoudienne SPA, qui n’a cependant pas précisé lesquels.

– Au menu, les questions de l’énergie, de la sécurité et des investissements, qui devraient donner lieu à la signature de contrats avec plusieurs pays, selon des sources citées par Reuters. « Les partenaires chinois et arabes s’accorderont probablement aussi sur les menaces posées par le terrorisme et l’extrémisme et sur les stratégies pour les contrer », avance Robert Mogielnicki, chercheur au Arab Gulf States Institute à Washington.

– C’est la première visite du président chinois en Arabie saoudite depuis 2016, qui s’y rend fort de sa réélection en octobre à la tête du Parti communiste pour un troisième sacre.

Le contexte

– Annoncé depuis des mois, ce déplacement intervient au moment où l’Arabie saoudite continue de tenir tête aux États-Unis. L’OPEP+, dont Moscou est un partenaire essentiel, a ainsi annoncé dimanche ne pas modifier sa décision d’octobre de réduire sa production de 2 millions de barils par jour.

– Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’embargo européen sur le pétrole russe est entré en vigueur lundi. En même temps qu’un accord trouvé la semaine dernière entre le G7, l’Australie et l’Union européenne sur un prix plafond de 60 dollars le baril pour l’or noir provenant de Russie par voies maritimes.

– Pékin, qui achète de Moscou et de Téhéran du pétrole à prix réduit du fait des sanctions occidentales, compte développer ses infrastructures pétrolières et entend bénéficier en cela de l’expertise des pétromonarchies.

– Considérée comme l’un des moteurs d’un front anti-occidental, la Chine tente de bâtir un système alternatif à l’ordre économique mondial dominé par le dollar américain. Des discussions sur le paiement des importations de pétrole saoudien, premier fournisseur de Pékin, en yuans chinois se sont multipliées en début d’année.

– Les relations entre la Chine et les pays arabes, notamment les monarchies du Golfe, se sont développées sur fond de désengagement américain de la région. D’autant que l’Empire du Milieu a lancé son projet de nouvelle route de la soie et ne pose pas de conditions sur la question des droits humains.

– Les puissances régionales ont cherché à diversifier leurs partenariats stratégiques, y compris dans le domaine militaire, malgré la pression de Washington. Pékin pourrait ainsi développer des technologies de surveillance comme la reconnaissance faciale pour la mégacité futuriste de Neom, en Arabie saoudite.

– La semaine dernière, le département américain de la Défense publiait son rapport annuel sur la puissance militaire de la Chine, qualifiée de « défi le plus conséquent et systémique pour notre sécurité nationale et pour un système international libre et ouvert ».

– En outre, la visite intervient après une vague de manifestations en Chine contre les restrictions sanitaires toujours en place. Si un mouvement de masse semble contenu, des protestations sporadiques continuent d’exprimer un mécontentement social.

Les enjeux

– C’est ainsi le regard tourné vers l’intérieur que Xi Jinping effectue cette visite. « Avec les manifestations, Xi est davantage incité à projeter sa puissance à l’étranger et à rentrer chez lui avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose sur la scène internationale », affirme Robert Mogielnicki.

– L’accueil fastueux promis à Xi Jinping en Arabie saoudite devrait contrarier Joe Biden. Dans un monde multipolaire, les pays du Golfe souhaitent néanmoins préserver leurs liens tant avec la Russie qu’avec la Chine, affirmant ainsi leur indépendance vis-à-vis des États-Unis. Avec le risque, si l’équilibre n’est pas maintenu, « d’un impact négatif sur les relations économiques et gouvernementales à long terme », prévient néanmoins Robert Mogielnicki.

– Selon le média chinois South China Morning Post, Riyad pourrait être intéressé par un statut d’observateur auprès de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), ce qui renforcerait le poids de l’organisation sur la scène internationale.

– Si Washington reste incontournable pour les monarchies du Golfe malgré les différends, particulièrement sur les plans militaire et sécuritaire, la diversification fait partie de leur stratégie économique en vue de l’ère post-pétrole.

– Si la Chine se présente comme un partenaire neutre, ses bonnes relations avec l’Iran pourraient cependant poser problème au royaume wahhabite et à ses alliés dans la région pour pousser la relation à un niveau plus stratégique. Le Parlement iranien a notamment adopté fin novembre une loi autorisant l’accession du pays à l’OCS. 


Annoncé dès octobre, le déplacement du président chinois Xi Jinping en Arabie saoudite mercredi vise à renforcer la coopération entre les pays arabes, en particulier les pétromonarchies du Golfe, avec Pékin. Elle intervient dans un moment de tensions entre Riyad et Washington sur fond de transformation de l’ordre mondial.Les faits– Le président chinois est attendu à Riyad mercredi...

commentaires (1)

LA POLITIQUE ET LE PRESTIGE AMERICAINS SONT EN CHUTE LIBRE DANS LE MONDE. TOUT SPECIALEMENT EN EUROPE BIEN QUE LES EUROPEENS LA BOUCLE POUR LE MOMENT - MAIS PAS TOUS - JUSQU,A LA FIN DU CONFLIT UKRAINIEN OU ILS ONT ETE ENTRAINES MALGRE EUX PAR LEUR APPARTENANCE A L,OTAN.

LA LIBRE EXPRESSION

10 h 56, le 07 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • LA POLITIQUE ET LE PRESTIGE AMERICAINS SONT EN CHUTE LIBRE DANS LE MONDE. TOUT SPECIALEMENT EN EUROPE BIEN QUE LES EUROPEENS LA BOUCLE POUR LE MOMENT - MAIS PAS TOUS - JUSQU,A LA FIN DU CONFLIT UKRAINIEN OU ILS ONT ETE ENTRAINES MALGRE EUX PAR LEUR APPARTENANCE A L,OTAN.

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 56, le 07 décembre 2022

Retour en haut