Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Architecture

Le pavillon de la célèbre Serpentine Gallery de Londres sera conçu par Lina Ghotmeh

« À table » est le nom de la structure qui sera en vedette cet été au Hyde Park de Londres.

Le pavillon de la célèbre Serpentine Gallery de Londres sera conçu par Lina Ghotmeh

L’architecte Lina Ghotmeh appelle à la réflexion sur la manière de rétablir notre rapport à la nature et à la Terre. Photo Gilbert Hage

Ses projets n’ont cessé, au cours de la dernière décennie, de rafler les concours et les récompenses. La Libano-Française Lina Ghotmeh est choisie pour réaliser le 22e pavillon de la Serpentine Gallery, devenue depuis quelques années l’un des évènements les plus courus de Londres. Elle rejoint ainsi les grands noms et talents émergents de l’architecture internationale qui ont participé aux éditions précédentes, comme le Français Jean Nouvel, le Brésilien Oscar Niemeyer, les Suisses Herzog et de Meuron, le Germano-Burkinabé Francis Kéré – premier Africain à recevoir le prix Pritzker – ainsi que la Mexicaine Frida Escobedo qui a conçu les plans de l’aile Oscar Tang et Agnès Hsu Tang du Metropolitan Museum of Art, à New York, ou encore le Japonais Jun’ya Ishigami, lauréat du Global Award for Sustainable Architecture 2010 et dont les projets ont fait l’objet d’une exposition à la Fondation Cartier en 2018.

Le pavillon d’été 2023 sera conçu par la Libano-Française Lina Ghotmeh. Photo DR

« À table » ! L’invitation au partage

Chaque été, depuis sa création en l’an 2000, la Serpentine Gallery fait appel à un architecte, en général une vedette internationale, pour ériger sur une surface de 300 m2 un pavillon provisoire à même d’accueillir une programmation culturelle, des performances ou des concerts. Pour l’été 2023, Lina Ghotmeh, fondatrice de l’agence internationale LG-A basée à Paris, a choisi le thème À table pour son projet. Comme son nom l’indique, le pavillon se présentera sous la forme d’une grande table ouverte célébrant la culture de la convivialité et du partage. « Il évoque par sa structure et son ambiance les huttes Toguna (cases à palabres) du peuple dogon au Mali, en Afrique de l’Ouest », indique l’architecte. Construite avec des matériaux biosourcés et bas carbone, la structure apparaît comme un squelette. « Des nervures de bois font léviter un toit plissé. En écho aux feuillages des arbres, le pavillon rend hommage à la nature dans le parc duquel il émerge. » Lina Ghotmeh signale que le petit édifice sera démontable et pourra être facilement réassemblé pour lui permettre de « vivre au-delà du site de la Serpentine, tout en conservant la mémoire de son sol d’origine ».

Lire aussi

Trois architectes libanais distingués à l’étranger

La conception de l’ouvrage s’inscrit en droite ligne des travaux de recherche sur ce que l’architecte appelle « l’archéologie du futur » qui explore la mémoire, l’espace et le paysage. Ancré dans la terre et en résonance avec la canopée des arbres qui l’environnent, le pavillon se veut « une invitation au partage, à se joindre dans le même espace autour de la même table. Il sera aussi une incitation au dialogue et à la réflexion sur la manière de rétablir notre rapport à la nature et à la Terre. Celle-ci est notre première source de subsistance. Repenser ce que nous mangeons, comment nous consommons et comment nous tissons nos relations les uns avec les autres ainsi qu’avec le monde vivant est indispensable pour avancer vers une union écosystémique et plus durable avec la planète », souligne Lina Ghotmeh dans son communiqué. Le pavillon de Serpentine est la première structure de la Libano-Française présentée au Royaume-Uni. « Nous sommes ravis de l’exposer », ont déclaré la PDG de Serpentine Bettina Korek et le directeur artistique Hans Ulrich Obrist dans un communiqué, ajoutant que « son design développe notre mission de créer des liens entre l’architecture et la société, et de promouvoir l’unité et la solidarité dans sa forme et sa fonction ».

Une collection de prix

Parmi les grandes réalisations de Lina Ghotmeh, le musée d’Histoire naturelle de Copenhague (Danemark) et le musée national d’Estonie, qui a raflé le Grand Prix AFEX 2016 (Architecture française à l’export) et s’est vu nominer pour le Mies Van der Rohe Award 2017. La même année, elle reçoit le prix de toutes les catégories du Lebanese Architect Award et, en 2018, le musée estonien est récipiendaire du prix Kenneth Hudson attribué par le Forum européen du musée sous l’égide du Conseil de l’Europe, en reconnaissance de « la réalisation la plus insolite et audacieuse qui remet en question les perceptions communes du rôle des musées dans la société ».


Lina Ghotmeh consacrée « Femme aux réalisations exceptionnelles »

Lina Ghotmeh consacrée « Femme aux réalisations exceptionnelles »

À son actif également, les nouveaux Ateliers cuir Hermès à Louviers, en France, ainsi que le projet « Réalimenter Masséna » (13e arrondissement) dans le cadre du concours « Réinventer Paris » lancé par la mairie de la capitale française. L’Award Woman of Outstanding Achievement 2020 (Femme aux réalisations exceptionnelles) lui a été attribué par Tamayouz. Lina Ghotmeh a également reçu le prestigieux prix 2020 de la Shelling Architecture Foundation pour « le beau travail et la bonne maîtrise de son bâtiment Stone Garden à Beyrouth » (dixit le jury). Il est amusant de relever que les premiers lauréats de la Fondation Erich Schelling auront été l’agence autrichienne Coop Himmel(b)lau (1992) et Zaha Hadid (1994), à une époque où ils n’avaient pas encore atteint une renommée mondiale. De même, la Japonaise Kazuyo Sejima l’a décroché en 2000, avant de remporter, en 2010, le prix Pritzker (aux côtés de son collègue Ryūe Nishizawa). Lina Ghotmeh, la « prometteuse des formes de demain », avance à grands pas.


Ses projets n’ont cessé, au cours de la dernière décennie, de rafler les concours et les récompenses. La Libano-Française Lina Ghotmeh est choisie pour réaliser le 22e pavillon de la Serpentine Gallery, devenue depuis quelques années l’un des évènements les plus courus de Londres. Elle rejoint ainsi les grands noms et talents émergents de l’architecture internationale qui ont...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut