Rechercher
Rechercher

Économie - Secteur foncier

Au Liban, les transactions immobilières en baisse de 23 % à fin octobre 2022

Au Liban, les transactions immobilières en baisse de 23 % à fin octobre 2022

Au Liban-Nord (ici à Tripoli), 6 133 opérations foncières ont été effectuées entre janvier et octobre 2022. Photo J.R.B.

Avec 63 819 opérations enregistrées sur les dix premiers mois de 2022, le nombre de transactions immobilières au Liban a baissé de 23 % par rapport à l’année dernière sur la même période, qui en avait comptabilisé 82 946 selon les chiffres du ministère des Finances, relayés cette semaine par le bulletin hebdomadaire Lebanon This Week de Byblos Bank. À titre de comparaison, et respectivement, 62 773 et 40 863 opérations avaient été comptabilisées par le ministère sur la même période en 2020 et 2019. Dans le détail trimestriel, 27 741 transactions ont été effectuées au premier trimestre, 12 128 au deuxième et 14 189 au cours du troisième trimestre de cette année. Ce déclin du nombre de transactions s’explique principalement par la grève du secteur public, qui dure depuis des mois et a mené à l’irrégularité des enregistrements cadastraux.

Lire aussi

L’accord sur la frontière maritime fait frémir la demande immobilière à Naqoura

Néanmoins, et dans le détail, c’est dans les régions de Baabda/Aley/Chouf que le ministère a enregistré le plus de transactions immobilières lors des dix premiers mois de cette année avec un total de 12 585 enregistrements, soit 19,7 % du total national. S’ensuivent la région du Liban-Sud (11 561 ; 18,4 %), de Nabatiyé (8 058 ; 12,6 %), de Kesrouan/Jbeil (7 487 ; 11,7 %), de Beyrouth (7 102 ; 11,13 %), de la Békaa/Baalbeck-Hermel (7 094 ; 11,12 %), du Liban-Nord (6 133 opérations ; 9,6 %) et du Metn (1 793 ; 2,8 %).

Le montant total de ces opérations foncières, enregistrées au cadastre entre janvier et octobre 2022, a atteint 16 592,9 milliards de livres libanaises. En convertissant ce montant au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar, cela représente 11 milliards de dollars, soit une baisse de 8 % sur la même période en 2021 (15 897,3 milliards de livres ou 11,95 milliards de dollars). Selon les chiffres avancés dans le rapport de Lebanon This Week, 38 % de cette enveloppe a été dépensé pour des transactions réalisées à Beyrouth, pour un montant équivalent à 6 329,3 milliards de livres.

Par ailleurs, 651 transactions ont été effectuées par des étrangers, soit un déclin comparé à 2021 sur cette même période qui en avait enregistré 1 158. Ces transactions ne représentent toutefois que 1 % du total des enregistrements cadastraux à fin octobre 2022. Dans le détail régional, 32,3 % de ces transactions ont concerné des biens au Liban-Sud, 28 % à Beyrouth, 11,7 % au Kesrouan/Jbeil, 8,4 % à Baabda/Aley/Chouf, 7,7 % au Liban-Nord, 7,1 % dans la Békaa/Baalbeck/Hermel, 2,8 % à Nabatiyé et 2,2 % au Metn. Enfin, les Syriens ont compté pour 13,66 % des nouveaux propriétaires fonciers au Liban à fin octobre dernier. Ils sont suivis par les Canadiens (2,9 %), les Irakiens (2,4 %), les Turcs (1,5 %) et les Koweïtiens (1 %). Le restant (78,5 %) n’est pas détaillé dans le rapport.


Avec 63 819 opérations enregistrées sur les dix premiers mois de 2022, le nombre de transactions immobilières au Liban a baissé de 23 % par rapport à l’année dernière sur la même période, qui en avait comptabilisé 82 946 selon les chiffres du ministère des Finances, relayés cette semaine par le bulletin hebdomadaire Lebanon This Week de Byblos Bank. À titre de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut