Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Le Conseil d’État suspend le licenciement controversé d'une enseignante syndicaliste

La décision de l'instance est contraignante pour l’État et l'administration. 

Le Conseil d’État suspend le licenciement controversé d'une enseignante syndicaliste

Nisrine Chahine, la syndicaliste licenciée par le ministre pour sa participation à une manifestation du soulèvement populaire. Photo fournie par Michel Hallak

Le Conseil d’État a suspendu jeudi la décision controversée du ministre sortant de l’Éducation, Abbas Halabi, de licencier l'enseignante contractuelle Nisrine Chahine. Le licenciement de Mme Chahine après onze ans de services dans le secteur public avait été justifié par le fait que ses services n'étaient plus nécessaires, mais il avait été dénoncé par une partie du corps enseignant et par la société civile, l'enseignante étant connue pour sa proximité avec la contestation populaire et son engagement syndical.

Le remerciement de Nisrine Chahine par le ministre avait fait l'objet d'un recours devant le conseil d’État par le collectif des "Pionniers de la justice".

Pour mémoire

À l’école publique, une rentrée en rangs dispersés

Contacté par L'Orient-Le Jour, Haytham Ezzo, coordinateur de ce collectif, a confirmé la décision du Conseil d’État. Il a précisé que cette suspension du licenciement est une étape intermédiaire dans l'attente d'une décision définitive sur le fond. En général, quand une telle suspension est décidée par le Conseil d’État, cela signifie qu'il se dirige vers une décision d'annulation définitive, précise l'avocat. Les délais de traitement des dossiers sont toutefois longs et peuvent prendre jusqu'à un an.

Une décision contraignante
M. Ezzo souligne que la décision du Conseil d’État est contraignante pour les pouvoirs publics et l'administration, selon l'article 93 du règlement de cette instance. "Toute personne qui utilise son autorité ou son influence pour bloquer ou retarder l'application de la décision du Conseil s'expose à des poursuites et une amende", a-t-il précisé.

Son licenciement étant désormais suspendu, Mme Chahine peut donc désormais retourner à son poste.

"J'ai gagné le procès. Le Conseil d’État a décidé avec effet immédiat de suspendre la décision arbitraire du ministre de l’Éducation Abbas Halabi à mon encontre", a twitté l'intéressée. "Cette affaire me prouve qu'il y a encore des bonnes choses au Liban et dans la justice", a-t-elle ajouté, remerciant les avocats des "Pionniers de la justice" d'avoir présenté leur recours.


Après le licenciement de Nisrine Chahine, annoncé peu avant la rentrée scolaire, des enseignants s'étaient mis en grève dès le second jour de classe et avaient organisé un sit-in devant le ministère de l’Éducation à Beyrouth. 


Le Conseil d’État a suspendu jeudi la décision controversée du ministre sortant de l’Éducation, Abbas Halabi, de licencier l'enseignante contractuelle Nisrine Chahine. Le licenciement de Mme Chahine après onze ans de services dans le secteur public avait été justifié par le fait que ses services n'étaient plus nécessaires, mais il avait été dénoncé par une partie du corps...

commentaires (1)

Comment peut-on penser qu'une personne qui a une expérience de 11 ans d'enseignement ne pourrait plus être utile ? Plutôt une manière déguisée de punir pour des prises de position ... Bravo pour la décision de lever la sanction injuste !

Cartier Murielle

19 h 45, le 24 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Comment peut-on penser qu'une personne qui a une expérience de 11 ans d'enseignement ne pourrait plus être utile ? Plutôt une manière déguisée de punir pour des prises de position ... Bravo pour la décision de lever la sanction injuste !

    Cartier Murielle

    19 h 45, le 24 novembre 2022

Retour en haut