Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Sixième séance électorale et toujours pas de président élu

Nabih Berry a fixé une nouvelle séance électorale au 24 novembre.

Sixième séance électorale et toujours pas de président élu

Le président du Parlement libanais Nabih Berry lors de l'ouverture de la quatrième séance parlementaire visant à élire un nouveau président de la République, le 3 novembre 2022. Photo Hassan Ibrahim/Parlement libanais

Les députés libanais ont échoué jeudi, à l'issue d'une sixième réunion au Parlement, à élire un successeur au président Michel Aoun, dont le mandat est arrivé à terme le 31 octobre. Ce nouvel échec est intervenu après que plusieurs parlementaires, notamment du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) et du Hezbollah, se sont retirés de la séance à l'issue d'un premier tour de vote, ce qui a abouti à la perte du quorum.

Entre-temps, le pays demeure confronté, pour la première fois de son histoire, à une double vacance de l'Exécutif, alors que le gouvernement de Nagib Mikati est chargé d'expédier les affaires courantes depuis le 22 mai, à la suite des dernières législatives.

Selon le président du Parlement, Nabih Berry, le quorum de 86 députés sur 128 nécessaire a été assuré à l'ouverture de la séance mais a été perdu dès la fin du premier tour de vote.

Débat
La question du quorum a toutefois fait débat pendant trente minutes au début de la séance. C'est le député Kataëb Samy Gemayel qui a ouvert le bal en s'adressant à Nabih Berry : "Il est de notre droit de vous demander sur quel article vous vous appuyez pour assurer qu'un quorum de 86 députés est nécessaire à chaque tour", a-t-il lancé. "La façon dont le débat s'est clos la dernière fois est inacceptable", a-t-il également fustigé à l'adresse du président de la Chambre. M. Berry ne s'est pas privé de lui répondre en citant des propos précédemment tenus par le chef des Kataëb.

Lire aussi

Qui veut d’un congrès international pour le Liban ?

S'en est suivi un échange d'invectives entre Nadim Gemayel et le député Amal Kabalan Kabalan. D'autres parlementaires ont ensuite appelé à un dialogue autour de la Constitution et de ses articles. Nabih Berry a finalement tranché : "Ce n'est pas une séance de dialogue ! On vous avait dit dès le premier jour : il faut trouver un consensus", a-t-il asséné, avant que les députés ne soient appelés à voter. 

Un vote pour Frangié
Après l'ouverture de la séance à 11h, un total de 112 députés ont voté au premier tour. 43 ont voté pour le parlementaire de Zghorta Michel Moawad qui avait obtenu 44 suffrages lors de la cinquième séance électorale ; 7 ont voté pour le professeur et universitaire respecté Issam Khalifé qui avait obtenu six voix la semaine dernière, et 46 ont voté blanc. Pour la première fois, un vote a été déposé dans l'urne en faveur de Sleiman Frangié, leader maronite et chef du mouvement des Marada. 

Lire aussi

Frangié à la recherche des clés de Baabda

Trois votes ont été accordés à l'ancien ministre de l'Intérieur Ziad Baroud, neuf pour le "Liban nouveau", un pour le député Michel Daher (grec-catholique) et deux bulletins ont été annulés.

Après la perte du quorum nécessaire, Nabih Berry a annoncé la tenue d'une nouvelle séance jeudi prochain, le 24 novembre.

"Arrangements au détriment des Libanais"
À l'issue de la séance, le député contestataire Marc Daou a affirmé que "Michel Moawad est désormais le meilleur choix", même s'il n'a pas voté pour lui lors de cette session. "Nous avons tenté une initiative et fait circuler des noms, comme Issam Khalifé ou Ziad Baroud, mais cela ne mène à rien", a-t-il ajouté au micro des télés locales. "Il faut voter pour quelqu'un qui peut gagner", a-t-il abondé, sans toutefois certifier qu'il voterait à l'avenir pour M. Moawad.

Ce dernier a souligné de son côté qu'un "accord de principe" a été trouvé avec Marc Daou et Najat Aoun Saliba, qui appartiennent au même parti issu de la contestation. "Mais cela n'a pas été traduit dans cette séance, car il faut d'abord qu'il y ait un consensus politique", a-t-il affirmé. "La situation est claire : il y a ceux qui veulent un scrutin purement libanais et ceux qui attendent des ingérences de l'extérieur", a-t-il lancé, faisant par là référence au camp du Hezbollah et de ses alliés. "Ces ingérences vont conduire à des arrangements au détriment des Libanais", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Gebran Bassil à Paris pour consolider sa position

Quant aux autres députés, ils ont de réitéré leurs positions déjà affirmées durant la séance. Le député FL Ghassan Hasbani a de nouveau appelé à "une séance d'explication de la Constitution", comme l'avait fait son collègue Georges Adwan dans l'hémicycle. Le député Amal Ali Hassan Khalil a quant à lui rappelé que Sleiman Frangié "n'a pas annoncé officiellement sa candidature", alors que le leader des Marada a obtenu une voix. "Il fait partie des noms autour desquels on peut discuter", a-t-il affirmé, assurant toutefois que le nom de M. Frangié n'a pas été clairement posé par son mouvement.

Les cinq séances précédentes s'étaient déjà soldées par des échecs. Lors du premier tour, le président devrait être élu avec 87 voix, alors qu'une majorité absolue de 65 voix est requise lors des tours suivants. Jusque-là, la Chambre n'est toujours pas parvenue à un deuxième tour de vote, les députés du camp du Hezbollah et ses alliés se retirant de la séance à l'issue des premiers tours, ce qui a à chaque fois conduit à la perte du quorum. A chaque nouvelle séance, M. Berry considère qu'il s'agit à nouveau d'un premier tour, et que le nombre de voix requis est de 86 pour élire un président. Ce qui est toutefois contraire à la Constitution.

Les députés libanais ont échoué jeudi, à l'issue d'une sixième réunion au Parlement, à élire un successeur au président Michel Aoun, dont le mandat est arrivé à terme le 31 octobre. Ce nouvel échec est intervenu après que plusieurs parlementaires, notamment du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) et du Hezbollah, se sont retirés de la séance à l'issue d'un premier tour...
commentaires (23)

Bonjour Beyrouth Eh ben c'est si dur "d'accoucher" normalement ,? ..;comme d'habitude ! Aucune surprise....Tant que ce pays ,un Lego ,aux briques non emboitables ,n'aura pas compris qu'il faut un suffrage universel ,on usera d'instruments iatrogènes! Les libanais ont deja assez soufferts je crois...Non? Allez quémander de Doha à Paris un quelconque conseil ne sers a rien ..; Il y a d'autres preoccupations bien plus urgentes !! Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre! Pour un Liban Laic! Bonne journée ( restons poli)

salamé riad

09 h 15, le 18 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (23)

  • Bonjour Beyrouth Eh ben c'est si dur "d'accoucher" normalement ,? ..;comme d'habitude ! Aucune surprise....Tant que ce pays ,un Lego ,aux briques non emboitables ,n'aura pas compris qu'il faut un suffrage universel ,on usera d'instruments iatrogènes! Les libanais ont deja assez soufferts je crois...Non? Allez quémander de Doha à Paris un quelconque conseil ne sers a rien ..; Il y a d'autres preoccupations bien plus urgentes !! Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre! Pour un Liban Laic! Bonne journée ( restons poli)

    salamé riad

    09 h 15, le 18 novembre 2022

  • le clown de la republique

    OBEGI CHARLES

    01 h 31, le 18 novembre 2022

  • Par politesse les puissances étrangères leur disent "élisez un président SVP". Eux, par politesse, ils répondent "l'on essaie", et voila le travail. Ce sont les intentions qui comptent !!!

    Céleste

    22 h 08, le 17 novembre 2022

  • A L,OLJ VOUS ETES PARTIAUX. VOUS AVEZ PUBLIE DES COMMENTAIRES MILLE FOIS PIRE QUE MON PREMIER COMMENTAIRE QUE VOUS AVEZ CENSURE. NON QU,IL NE FALLAIT PAS LES PUBLIER. VOUS AVEZ BIEN FAIT. LA LIBRE EXPRESSION DOIT ETRE RESPECTEE ET NON CENSUREE. SEULEMENT VOUS MANQUEZ SOUVENT DE COURAGE ET DE LOGIQUE. D,OU VOTRE PARTIALITE PEUT-ETRE NON INTENTIONNEE...

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 34, le 17 novembre 2022

  • Une nouvelle séance de cirque avec nos singes et chimpanzés locaux présidée par un gorille malheureusement même pas drôles. Les singes volent des cacahuètes et des chips, les nôtres volent l’argent du peuple. Dommage qu’on ne possède pas une grande cage pour les y enfermer tous avec ceux qu’on appelle ministres

    Lecteur excédé par la censure

    18 h 05, le 17 novembre 2022

  • LA MASCARADE continue. Berri fait toujours les lois

    Elias

    17 h 05, le 17 novembre 2022

  • Face au dictateur au perchoir du parlement, il n’y a qu’une seule option: la démission de tous les députés qui sont contre la main mise du parlement par un seul homme.

    Achkar Carlos

    15 h 56, le 17 novembre 2022

  • Il est étrange de voir que les opposants, tous ensemble ne se lèvent pas au parlement tel un seul l’homme et en signe de mécontentements aux hurlements des vendus qui sont là dans le but de noyer le débat démocratique pour leur demander de fermer leurs grandes gueules une fois pour toute et leur montrer qu’ils ne sont pas intimidés par leur méthodes archaïques d’invectives pour clore les débats pour cause d’incompétence et surtout d’incompatibilité. Allez les députés patriotes, vous pouvez le faire.

    Sissi zayyat

    15 h 41, le 17 novembre 2022

  • "et deux bulletins ont été annulés"... wooow... profondément engloutis dans cette mascarade on arrive quand même à dénicher des bulletins annulables... dommage que le ridicule ne tue pas... on devrait voter une loi pour qu'il le fasse (tuer) ... on verra alors qui restera debout

    Wlek Sanferlou

    15 h 28, le 17 novembre 2022

  • La région, l’Europe, les USA sont tous en ébullition avec CRISES économiques et famine à la clé. Même le climat se comporte bizarrement et il edt perturbé….si un conflit éclate…? qui va décider au liban? Un gouvernement temporaire amputé et boycotté par des illuminés de la secte CPL? Un premier ministre aussi m’enfoutiste que géant de taille? Un siège de président aussi vide aujourd’hui qu’il l’était par le précédent siégeant ? Seul le Hezbollah pourra décider OFFICIELLEMENT sachant qu’à ce jour, il gérait tout officieusement avec comme paravent ses sou-fifres et obligés appelés alliés. Ces députés ( je pense aux nouveaux venus) sont tout sauf révolutionnaires puisqu’il leur a fallu des mois pour comprendre que voter pour des personnes qui ne veulent pas être candidats… ca s’appelle DEBILITE TOTALE «  d’ailleurs l’une fait l’éloge de berri. l’autre parle fort et creux pour ne pas se mouiller au final. …Mme Dima SADEK,les a superbement bien décrits sur la MTV dans son émission du LUNDI SOIR…un révolutionnaire ne flatte pas la classe politique en place. Et ne flatte pas la milice qui dirige le pays. Le meilleur choix qu’ils feraient C de voter Monsieur M. MOUAWAD ou de DÉMISSIONNER parce que le libanais ne veut pas de nouilles et de langue de bois pour parler en son nom.

    LE FRANCOPHONE

    15 h 08, le 17 novembre 2022

  • Ras le bol de cette mascarade !

    MALLAT Sabah

    14 h 40, le 17 novembre 2022

  • Tant que les autres abusent du vote blanc, la réponse des députés votant Moawad devrait être d'empêcher dès le départ qu'il y ait de quorum tant que les autres s'entêtent au vote blanc.

    Esber

    13 h 49, le 17 novembre 2022

  • Il se prend pour le roi du pays et ses alliés de députés sont la pour gueuler fort pour montrer leur toute puissance aussitôt qu’un sujet démocratique ou de dialogue civilisé est évoqué.

    Sissi zayyat

    13 h 42, le 17 novembre 2022

  • N’est il pas temps de faire comprendre à la milice que les 3/4 du pays sont contre leurs choix, et qu’ils ne peuvent rien faire s’ils sont totalement isolés politiquement !

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 42, le 17 novembre 2022

  • ET LE THEATRE CONTINUE. ET LA LOI QUI STIPULE LES DEUX TIERS AU PREMIER TOUR SEULEMENT EST BAFOUEE PAR LE GARDIEN MEME.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 23, le 17 novembre 2022

  • Très grave et milicienne la réponse de Berri:on vous a dit dès le début qu'il faut un consensus. Le dictateur du Parlement ne peut pas continuer à diriger les séances. Les députés sont invités à appliquer la Constitution d'une façon ou d'une autre, et élire le président qui ne convient pas à Berri et associés.

    Esber

    13 h 13, le 17 novembre 2022

  • Berri est un usurpateur ! Qui l’a reconduit précisément au parlement à travers les alliances maudites ?

    Wow

    13 h 05, le 17 novembre 2022

  • Nabih Berry n'a toujours pas apporté de réponse à la question de Samy Gemayel, pour la bonne et simple raison qu'il n'y en a pas d'autre que: "La Constitution, c'est moi!"

    Yves Prevost

    12 h 39, le 17 novembre 2022

  • "… A chaque nouvelle séance, M. Berry considère qu'il s'agit à nouveau d'un premier tour, ce qui est toutefois contraire à la Constitution …" - Vous écrivez ça comme si c’était tout à fait normal… nous sommes vraiment tout des abrutis!

    Gros Gnon

    12 h 26, le 17 novembre 2022

  • Le quorum se perd dans une session de délibérations si des députés se retirent même si le quorum était atteint à l'ouverture. Mais pour une séance consacrée au vote, le retrait des députés relèvent de leur abstention et n'affecte plus le quorum déjà atteint à l'ouverture de la séance. Bien sûr le règlement interne du parlement peut établir les règles détaillées pour le quorum mais il faut qu'elles soient écrites.

    Céleste

    12 h 18, le 17 novembre 2022

  • Le quorum se perd dans une session de délibérations si des députés se retirent même si le quorum était atteint à l'ouverture. Mais pour une séance consacrée au vote, le retrait des députés relèvent de leur abstention et n'affecte plus le quorum déjà atteint à l'ouverture de la séance. Bien sûr le règlement interne du parlement peut établir les règles détaillées pour le quorum mais il faut qu'elles soient écrites.

    Céleste

    12 h 18, le 17 novembre 2022

  • Vous voulez bien s’il vous plaît cesser de parler de président "élu" alors qu’il s’agit d’une "nomination" dans tout le sens du terme. Merci

    Gros Gnon

    12 h 18, le 17 novembre 2022

  • Les voyous sont à l’œuvre pour nous imposer un voyou soumis au diktat du barbu et de l'Iran ...

    Zeidan

    12 h 14, le 17 novembre 2022

Retour en haut