Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Mikati : Le Liban peut encore conclure un accord avec le FMI malgré la vacance de l'Exécutif

Le Premier ministre sortant souligne la nécessité "qu'un nouveau président soit élu et qu'un nouveau gouvernement soit formé rapidement".

Mikati : Le Liban peut encore conclure un accord avec le FMI malgré la vacance de l'Exécutif

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati lors d'un discours prononcé à l'hôtel Habtoor, le 10 novembre 2022. Photo Twitter/@grandserail

Le Liban pourrait encore finaliser un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un renflouement de 3 milliards de dollars malgré l'absence de président et de gouvernement de plein pouvoir, a affirmé jeudi le Premier ministre sortant Nagib Mikati à l'agence Reuters.

Lors d'une conférence de presse, il a également plaidé en faveur de l'élection d'un nouveau président et de la mise sur pied d'un nouveau cabinet, alors que le pays est en proie à une double vacance de l'Exécutif après la fin du mandat du président Michel Aoun, le 31 octobre.

Beyrouth a conclu un accord préliminaire avec le FMI en avril, mais a tardé à mettre en œuvre une série de réformes exigées par l'institution monétaire pour finaliser l'accord, considéré comme essentiel pour sortir le pays de la pire crise financière qu'il connaît depuis la fin de la guerre civile de 1975-1990. Les efforts visant à mettre en œuvre des réformes se heurtent à l'obstruction des politiques qui protègent des intérêts personnels et se soustraient à l'obligation de rendre des comptes, au moment où le FMI critique la "très grande lenteur" des progrès.

Lire aussi

Frontière maritime, FMI, dons médicaux... Mikati enchaîne les rencontres à la COP27

Malgré la vacance de l'Exécutif, M. Mikati a estimé que le Parlement serait en mesure d'adopter les réformes nécessaires et de finaliser l'accord avec le FMI s'il en avait la volonté. "Tout dépend du Parlement - si le Parlement l'approuve, il peut entrer en vigueur", a confié le Premier ministre sortant à l'agence Reuters en marge d'une conférence à Beyrouth.

Le ministre sortant de la Justice, Henri Khoury, a de son côté estimé que l'approbation d'un accord sans président ni cabinet actif n'était pas idéale, mais que la vacance présidentielle exigerait que le Parlement agisse. "Avec toutes ces questions, il y a un rôle pour le corps législatif. Nous devons trouver des solutions", a-t-il conclu.

Mikati s'en prend au camp aouniste

Côté politique, M. Mikati a appelé à ce "que la vacance ne dure pas, qu'un nouveau président soit élu et qu'un nouveau gouvernement soit formé rapidement de sorte à protéger le pays et préserver l'Etat", alors que le Liban connaît pour la première fois dans son histoire une double vacance au niveau de l'Exécutif depuis la fin du mandat de Michel Aoun le 31 octobre.

La gestion des affaires courantes qu'effectue le cabinet Mikati depuis le 22 mai est "temporaire et se limite aux affaires qui entrent dans ce cadre", a assuré le Premier ministre sortant. Ses propos interviennent alors que le camp aouniste l'accuse de ne pas avoir formé de nouveau gouvernement avant la fin du mandat de Michel Aoun pour disposer des prérogatives du président.

L'édito de Issa GORAIEB

Le méchoui du dialogue

"Il semble que les amateurs du blocage (...) ne veulent même pas qu'on assume cette responsabilité et tentent d'obstruer notre mission (...)", a-t-il également lancé. "Suggérer à l'opinion publique que le gouvernement souhaite occuper la place du président et travaille pour s'approprier ses prérogatives est un mensonge", a insisté M. Mikati.

Les députés libanais ont échoué jeudi, à l'issue d'une cinquième séance au Parlement, à élire un successeur à Michel Aoun, après que plusieurs parlementaires, notamment du CPL et du Hezbollah, se sont retirés de la séance à l'issue d'un premier tour de vote, ce qui a abouti à la perte du quorum. Un scénario qui a déjà eu lieu lors des séances précédentes.

Le Liban pourrait encore finaliser un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un renflouement de 3 milliards de dollars malgré l'absence de président et de gouvernement de plein pouvoir, a affirmé jeudi le Premier ministre sortant Nagib Mikati à l'agence Reuters. Lors d'une conférence de presse, il a également plaidé en faveur de l'élection d'un nouveau président et de...
commentaires (1)

Monsieur le Grand Ministre. Dites nous à quoi vont vous servir ces 3 milliards si jusqu’à présent vous avez été incapables de présenter un plan ou une stratégie pour sauver l’économie libanaise. Vous voulez cet argent pour en dépenser un minimum et voler vous et votre classe politicienne un maximum. Bande d’incapable et d’incompétents, retournez à vos affaires personnelles, elles sont beaucoup plus florissantes que les finances du pays

Lecteur excédé par la censure

09 h 21, le 11 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Monsieur le Grand Ministre. Dites nous à quoi vont vous servir ces 3 milliards si jusqu’à présent vous avez été incapables de présenter un plan ou une stratégie pour sauver l’économie libanaise. Vous voulez cet argent pour en dépenser un minimum et voler vous et votre classe politicienne un maximum. Bande d’incapable et d’incompétents, retournez à vos affaires personnelles, elles sont beaucoup plus florissantes que les finances du pays

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 21, le 11 novembre 2022

Retour en haut