Rechercher
Rechercher

Santé - Innovation

La santé, nouvelle frontière du métavers ?

Demain tous patients dans le métavers ? Cet univers virtuel censé prolonger le monde physique arrive dans le secteur de la santé, apportant son lot d’innovations prometteuses, mais aussi de gadgets, voire de risques.

La santé, nouvelle frontière du métavers ?

Si la santé numérique est en plein boom (téléconsultations, applis de suivi en ligne, intelligence artificielle), s’y ajoute désormais le métavers. Photo d’illustration Bigstock

La santé numérique est en plein boom, un phénomène renforcé par la crise sanitaire : téléconsultations, applis de suivi en ligne des patients, intelligence artificielle pour le diagnostic... S’y ajoute désormais le métavers, ce monde virtuel en développement, qui touche principalement jusqu’ici les jeux ou les événements festifs de type concerts.

Déjà, des laboratoires pharmaceutiques se sont lancés. L’américain Pfizer a ainsi créé Hemocraft, sorte de jeu en ligne dans lequel les jeunes hémophiles apprennent à gérer leur traitement. Depuis peu, une marque américaine d’aligneurs pour les dents, Invisalign, propose un cabinet dentaire interactif dans le métavers pour amener les avatars (ou plutôt leurs alter ego réels) « à en savoir plus sur le produit de manière à engager une conversation avec un dentiste ou un orthodontiste ».

En France, la clinique des Champs-Élysées, un établissement huppé de médecine esthétique très présent sur les réseaux sociaux, a choisi d’organiser cet automne sa première journée dans le métavers sur le thème des traitements de l’obésité. Ce jour-là, quelques dizaines d’avatars assistent à des conférences en ligne. Dans la salle virtuelle, ils se retrouvent – certains plus concentrés que d’autres – devant les conférenciers venus leur présenter les procédures envisageables. Le but : permettre aux patients qui n’oseraient pas pousser les portes de la clinique dans le réel de s’informer, assis tranquillement derrière leurs ordinateurs.

L’objectif n’a rien de révolutionnaire, mais les applications potentielles peuvent dépasser le simple jeu de sensibilisation. À Paris, les professeurs de médecine Boris Hansel et Patrick Nataf prévoient ainsi de lancer un diplôme universitaire consacré au métavers en santé en mars 2023.

« Pas besoin de gadget »

« Le métavers est une opportunité incroyable », s’enthousiasme le professeur Nataf. « En termes de formation notamment : des chirurgiens situés dans deux pays différents pourront s’entraider, leurs instruments pouvant interagir grâce à la réalité mixte », c’est-à-dire la fusion des mondes réel et virtuel. « On pourrait imaginer avoir une boîte noire de notre pratique, comme pour un avion, pour pouvoir analyser, après coup, ce que l’on a fait lors d’une opération chirurgicale », explique-t-il.

« Grâce au métavers, on peut reproduire pour un individu, avec toutes ses caractéristiques, son “jumeau numérique”, pour une médecine personnalisée », prédit le professeur Hansel, qui se hâte de rassurer : « On ne va jamais remplacer l’annonce d’un diagnostic ou l’accompagnement du patient par le virtuel. »

De son côté, Lamia Zinaï, nutritionniste qui a participé à la journée métavers de la clinique des Champs-

Élysées sur l’obésité, y voit également un atout : « On peut imaginer que dans le cas d’une maladie socialement stigmatisante, le métavers et les avatars peuvent aider des patients, leur permettre d’approcher des équipes de soignants qui leur donneront accès à des outils pour leur pathologie. »

S’il en est à ses prémices, le métavers attire déjà les investisseurs. Selon un rapport du cabinet McKinsey, les investissements dans le secteur ont atteint 120 milliards de dollars en 2022. Il pose néanmoins des questions abyssales, encore plus dans la santé. Dont celle du public concerné, alors que la dématérialisation des services publics laisse déjà sur le côté une partie de la population.

Par ailleurs, qui va réguler l’usage du métavers en santé et ce qui s’y passe ? « Il faudrait qu’il soit dédié à des équipes médicales et qu’il soit très bien encadré ; que les jeunes patients n’y soient pas bombardés d’annonces publicitaires », estime Lamia Zinaï.

Sans oublier la question cruciale de l’efficacité des solutions qui pourraient être proposées. « Il s’agit de la première étape : pour l’instant, nous devons cerner les besoins. On n’a pas besoin d’avoir des gadgets, mais des environnements et des objets spécifiques pour arriver à soigner nos patients », souligne le professeur Hansel. À l’hôpital Bichat, à Paris, un centre de responsabilité santé connectée a même vu le jour pour répondre à ce besoin d’évaluation.

Marie-Morgane LE MOEL/AFP

Métavers : chirurgie ou psychiatrie, des applications diverses

Le métavers pourrait ouvrir le champ à toutes sortes d’applications en santé, même s’il reste nombre de limites, estime Frédéric Thomas, spécialiste français des questions de santé au cabinet de conseil Roland Berger. À la question de savoir en quoi le métavers est différent de la réalité virtuelle et des applis en ligne, il explique que « le métavers a plusieurs caractéristiques : d’abord, c’est un univers qui va persister, même quand je ne suis pas connecté. Ensuite, c’est un univers ouvert, a priori sans barrière, il faut juste un ordinateur et un casque de réalité virtuelle. Il est aussi, entre autres caractéristiques, immersif. Et on y a un avatar. Or, la plupart des applis en ligne, ou la réalité virtuelle, ne présentent que quelques-unes de ces caractéristiques pour le moment. Le métavers pose par ailleurs beaucoup de questions sur les inégalités d’accès entre les différentes catégories de population : déjà aujourd’hui, on s’aperçoit dans les sondages que tout le monde ne sait pas de quoi il s’agit et que, parmi ceux qui savent ce que c’est, la plupart sont de jeunes hommes. Le métavers pose donc la question de l’exclusion. Il faut l’amener vers le grand public. Pour l’instant, c’est un rêve qui oriente les actions d’un certain nombre d’acteurs et d’investisseurs ».

Alors, au-delà de ses limites, comme l’inégalité d’accès, le métavers peut-il apporter quelque chose à la santé ? Frédéric Thomas va plus loin : « On peut imaginer tous types de choses. Par exemple, vous pourriez avoir un “jumeau numérique”. Cela permettrait aux laboratoires de pouvoir travailler non pas sur vous, mais sur votre avatar, qui serait un clone de vous-même, dans un univers parallèle, via la modélisation mathématique. On pourrait détecter un cancer du sein sur votre avatar, par exemple si vous (et l’avatar) avez telle mutation génétique favorisant ce type de tumeur. Dans la santé, des choses intéressantes pourront être faites en psychiatrie ou dans la mise en place de programmes pour le suivi des patients. Il y a aussi le sujet de la formation et de l’apprentissage, à la fois pour les soignants et pour les patients. Peut-on former les chirurgiens plus rapidement en passant par la réalité virtuelle ? Tout cela pose de nombreuses questions. »

La santé numérique est en plein boom, un phénomène renforcé par la crise sanitaire : téléconsultations, applis de suivi en ligne des patients, intelligence artificielle pour le diagnostic... S’y ajoute désormais le métavers, ce monde virtuel en développement, qui touche principalement jusqu’ici les jeux ou les événements festifs de type concerts.Déjà, des laboratoires...
commentaires (1)

Je n'ai rien compris ! Le métaver peut il me soigner ?

F. Oscar

09 h 02, le 08 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je n'ai rien compris ! Le métaver peut il me soigner ?

    F. Oscar

    09 h 02, le 08 novembre 2022

Retour en haut