Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle au Liban

Moawad : "Je ne me retirerai pas et mènerai la bataille jusqu'au bout"

"On ne peut pas continuer à promouvoir un candidat de consensus qui n'ait aucune position claire et ne peut traiter les dossiers", affirme le député de Zghorta.

Moawad :

Le député de Zghorta et candidat à la présidentielle Michel Moawad lors d'un entretien télévisé, le 1er novembre 2022. Photo Twitter/@michelmoawad

Le député de Zghorta Michel Moawad a assuré mardi soir qu'il ne retirera pas sa candidature à la présidence de la République au Liban et qu'il "mènera la bataille jusqu'au bout", lui qui a obtenu successivement 36 voix, puis 44 et enfin 39 lors des différentes séances électorales consacrées à cette élection, pour trouver un successeur à Michel Aoun dont le mandat a pris fin le 31 octobre. Des scores insuffisants aussi bien pour le premier tour de cette élection que pour le second, chacun nécessitant respectivement 86 et 65 voix sur un total de 128.

"Je ne me retirerai pas et mènerai la bataille jusqu'au bout", a assuré M. Moawad, lors d'un entretien télévisé accordé à la journaliste Roula Haddad sur la chaîne LBCI. Il a ensuite lancé : "M. Joumblatt m'a proposé d'aller rendre visite (au président du Parlement) Nabih Berry, je lui ai répondu que mon but est de rassembler l'opposition, ensuite j'irai voir M. Berry pour négocier". Le chef du Parti socialiste progressiste (PSP) Walid Joumblatt tente de concilier le camp du chef du Parlement Nabih Berry et du Hezbollah d'une part, et celui des forces d'opposition d'autre part. Ces derniers appellent à élire un candidat qui tienne tête au camp du parti chiite, alors que le Hezbollah refuse tout candidat qui lui serait hostile.

"Je suis un candidat de sauvetage"

"Ma décision de me porter candidat est indépendante", a-t-il poursuivi, alors que les Forces libanaises et plusieurs députés de l'opposition traditionnelle le soutiennent. "Je respecte le commandant en chef de l'armée Joseph Aoun, mais je mènerai ma bataille jusqu'au bout", a poursuivi Michel Moawad, répondant ainsi à des propos ayant circulé dans la presse selon lesquels sa candidature serait abandonnée pour préparer l'élection du chef de l'armée à la magistrature suprême.

Le nom du général Joseph Aoun circule en effet dans certains milieux, comme potentiel candidat à la présidence.

Exclusif

Moawad à « L’OLJ » : Nous proposons au Hezbollah un accord sous l’égide de l’État

"Je suis un candidat de sauvetage et je n'ai pas honte de ma candidature", a-t-il insisté. "On ne peut pas continuer à promouvoir un candidat de consensus qui n'ait aucune position claire et ne peut traiter les dossiers", a-t-il poursuivi. Le Hezbollah et ses alliés, le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) et le mouvement Amal de Nabih Berry appellent régulièrement à élire un candidat de "consensus", qu'ils opposent à un candidat de défi.

M. Moawad a également évoqué la candidature de Sleiman Frangié, chef des Marada et également leader maronite à Zghorta, dont le nom circule également. "Je ne me suis pas porté candidat contre Sleiman Frangié. Ce ne sont pas des élections municipales", a martelé M. Moawad. "Il fait partie de la moumanaa (camp du 8 mars pro-syrien, ndlr) qui a amené le pays à la destruction", a lancé Michel Moawad. "Est-ce que le fait de réclamer à tous de revenir à l'État signifie que je suis un candidat de défi ? Absolument pas !", s'est-il ensuite exclamé. "Nous avons deux choix face à nous : arriver à un candidat gris de +consensus+ qui donne crédit au Hezbollah ou rassembler les forces souverainistes autour d'un candidat souverainiste", a-t-il insisté. 

M. Moawad a également affirmé avoir tenu des discussions avec des députés de la contestation, comme Marc Daou et Najat Saliba, qui ne lui ont pas accordé leurs voix lors des séances précédentes. "Waddah Sadek m'a soutenu après que nous avons discuté d'une feuille de route ensemble", a-t-il affirmé à propos de ce député contestataire qui a quitté les rangs du bloc de la contestation, tout comme le député Michel Doueihy.

Mardi soir également, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, à qui s'oppose Michel Moawad, a appelé à trouver un "candidat de consensus", et a souligné qu'il n'était toujours "pas candidat" à cette élection, alors que ses détracteurs le considèrent comme un candidat officieux.

Au Liban, les différentes forces politiques au sein du Parlement doivent traditionnellement s'entendre pour parvenir à élire un président. Mardi, le pays est rentré dans une vacance totale de l'Exécutif, sans président et avec un cabinet d'expédition des affaires courantes.

Le député de Zghorta Michel Moawad a assuré mardi soir qu'il ne retirera pas sa candidature à la présidence de la République au Liban et qu'il "mènera la bataille jusqu'au bout", lui qui a obtenu successivement 36 voix, puis 44 et enfin 39 lors des différentes séances électorales consacrées à cette élection, pour trouver un successeur à Michel Aoun dont le mandat a pris fin le 31...

commentaires (11)

Michel Aoun a plus de chance d être dans penthouse magazine que Michel moawwad president…. Wake up and smell the shit

Robert Moumdjian

04 h 24, le 04 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Michel Aoun a plus de chance d être dans penthouse magazine que Michel moawwad president…. Wake up and smell the shit

    Robert Moumdjian

    04 h 24, le 04 novembre 2022

  • Arrêtez donc de faire la fine bouche et de vous montrer ridicule. Si un patriote n’est pas élu à ce poste il y aurait un traître qui viendra finir le pays et l’offrir à l’Iran avec ses nouvelles mannes pétrolières pour menacer l’occident si leurs dictature et leurs violations des droits de l’homme sont dénoncés. Unissez-vous nom d’un chien et votez au plus vite pour un homme intègre qui viendrait sauver ce qui reste de notre pays. Vous êtes tous obtus et naïfs de discuter du bout de gras pendant que les vendus se prépare à gober la bête entière.

    Sissi zayyat

    11 h 38, le 03 novembre 2022

  • Si Monsieur Moawad commençait à convaincre la Nation du bien fondé de sa candidature en montrant ses compétences et en présentant ses programmes politique, financier, économique et d’avenir. Ensuite il pourra alors négocier avec les caméléons, les requins, les loups, les gangsters , les mafiosos de la politique libanaise sans oublier bien entendu la bénédiction des USA, de l’Iran, de la Syrie, de la Russie, de l’UE, de la Ligue Arabe …

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 05, le 03 novembre 2022

  • Comment M. Moawad, peut-il prendre des conseils d'un roseau en Politique comme Joumblatt. 1- Joumblatt est un ami proche de Berry personnellement et dans les affaires (conflit d'intérêt). 2- M. Moawad n'aura pas la tâche facile. Il ne peut plus faire plaisir à un au détriment de l'autre. 3- Il doit prendre des décisions hyper difficiles, où il se fera beaucoup d'ennemis, probablement dans les deux camps, s'il fait passer le Liban avant eux. De ce que je me rappelle, c'est ce qu'a essayé de faire son Feu père René Moawad. Nous savons ce qu'il lui est arrivé. Pour moi, Un Président de l'extérieur, des ministres aussi de l'extérieur qui seront placés dans les ministères de leurs compétences. Qui ne sont pas imbus d'eux-mêmes et surtout pas Narcissique. Ou le Liban est leur seule priorité! Je rêve? Probablement! Au moins, cela ne coûte rien et aucune conséquence néfaste!

    Marwan Takchi

    20 h 41, le 02 novembre 2022

  • Encore un essai, et après si vous n'êtes pas élu, il vaut mieux y renoncer pour de bon, sinon, vous seriez entrain de perpétuer la vacance présidentielle.

    Esber

    20 h 16, le 02 novembre 2022

  • Mr. Joumblatt faites venir un mollah d’Iran ….

    Eleni Caridopoulou

    18 h 17, le 02 novembre 2022

  • Voix

    Sissi zayyat

    17 h 19, le 02 novembre 2022

  • J’adore quand Jumblatt conseille à Moawad de se rendre chez Berry. Tout est dit. Merci Aoun et cie pour le fardeau Indecrotable que vous avez laissé à ce pays en le maintenant au pouvoir grâce aux vois de rebelles CPL qui soit disant on vote à la dernière minute pour lui sans qu ‘ils ne soient ni sanctionnés ni réprimandés, bien au contraire.

    Sissi zayyat

    17 h 19, le 02 novembre 2022

  • Vous avez l'air de diner un vendredi sur deux avec M. Joumblatt. Vous avez exprimé une idée sur Mouwad, mis à part de l'avoir traité de "naïf" ? L'option Frangie pour Joumblatt paraît tellement inconcevable, il trahirait son histoire, sa posture vis-à-vis de Assad et avant tout, quel bénéfice pour la communauté druze ?! Allons allons, votre fixette est biaisé, M. Moawad à le courage de sa démarche, réuni près d'un tiers des suffrages, nous ne sommes plus à un espoir près. Imaginer un Liban sans Hezb n'est plus possible, imaginer qu'il déposerait les armes et se battra uniquement sur le terrain politique est illusoire. Le Liban avait l'occasion de tous les enlever, l'a-t-on fait ? 2 millions de personnes dehors (le pays en compterait 4) et nous n'avons rien changé ! L'idéologie n'est plus, la conquête est en marche, pour préserver la paix, il est essentiel de préserver le dialogue avec ton histoire, tes reliques, et d'orienter les futures règles du jeu qui s'appliqueront. Amitiés fraternelles, et vive le Liban Libre

    Maxime Bousmaille

    12 h 44, le 02 novembre 2022

  • CE CANDIDAT, JEUNE « REVOLUTIONNAIRE/ THAWRAWI !? » NE VEUT PAS COMPRENDRE QUE LE GRAND PAPA DE KARL MARX N’EST ( IS NOT ) PAS PAPA NOEL ….PAS DE CADEAU A L’AMERICAINE .

    aliosha

    12 h 37, le 02 novembre 2022

  • CE NAÏF SOUVERAINISTE MICHEL MOUAWAD PENSE QUE LE CAMÉLÉON JOUMBLATT EST ACQUIS. REGARDEZ BIEN À QUEL POINT JOUMBLATT EST LIÉ AVEC BERRY. IL VEUT LE MANIPULER POUR TOMBER DANS LES PIÈGES DE BERRY. COMME LA VICTIME NAÏF LE PATRIARCHE EST TOMBÉ. SI ON EST CAPABLE À VOIR UN PEU PLUS LOIN QUE SON NEZ, ON COMPREND ENFIN QUE JOUMBLATT L’HEURE VENU VA VOTER À LA DERNIÈRE MINUTE POUR SLEIMAN 2 . TAYMOUR ET TONY SONT LES MEILLEURS AMIS. JOUMBLATT TROUVERA COMME D’HABITUDE LE PRÉTEXTE POUR DONNER L’ODRE À SES POULINS DE VOTER SLEIMAN FRANGIE 2. SAUVE QUI PEUT SI N’EST TROP TARD.

    Gebran Eid

    12 h 00, le 02 novembre 2022

Retour en haut