Rechercher
Rechercher

Santé - Santé

Abiad : Le choléra se propage rapidement au Liban, cinq décès au total

Quatre-vingt nouveaux cas enregistrés, ce qui porte à 169 le nombre de cas de choléra confirmés depuis le début de l'épidémie.

Abiad : Le choléra se propage rapidement au Liban, cinq décès au total

Le ministre libanais sortant de la Santé, Firas Abiad, le 9 octobre 2022 lors d'une conférence de presse. Photo d'archives envoyée par notre correspondant Michel Hallak

Le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, a exprimé mercredi son inquiétude face à l'épidémie de choléra au Liban, notant une "propagation rapide de la maladie", et ajoutant que malgré le fait que la plupart des cas ont été enregistrés "parmi les réfugiés (syriens)", il y a eu "une augmentation des cas parmi les Libanais".

Lors d'une conférence de presse, le ministre sortant a annoncé que le Liban a enregistré deux décès supplémentaires dus au choléra, portant le bilan total à cinq morts. Le Liban a également enregistré 80 nouveaux cas depuis son dernier rapport du 17 octobre, ce qui porte à 169 le nombre de cas de choléra confirmés depuis le début de l'épidémie, a déclaré à L'Orient Today la directrice du département de médecine préventive du ministère de la Santé, Atika Berri.

Cultures contaminées dans le Nord

La ministre a indiqué qu'après une enquête plus approfondie, la plupart des cas de décès sont attribués au fait qu'ils n'ont pas reçu de soins médicaux, invitant les personnes qui se sentent mal et qui pensent avoir contracté le choléra à se rendre à l'hôpital. M. Abiad a ajouté que le ministère a pu détecter une contamination dans une masse d'eau qui a été utilisée pour arroser les cultures dans le Nord, notant que cela a favorisé la propagation de la maladie d'origine hydrique.

Lire aussi

Comment le Liban a géré les précédentes épidémies de choléra

M. Abiad avait inspecté la station de traitement des eaux de Tripoli le 9 octobre, lors d'une visite, où il avait souligné l'importance de garantir une alimentation électrique constante pour la station afin qu'elle puisse fournir de l'eau aux résidents, "sinon, les citoyens devront chercher d'autres sources non sécurisées." L'usine de l'Office des eaux de Tripoli "a la capacité de garantir une eau potable sûre pour Tripoli et les régions du nord", mais cela dépend de l'alimentation en électricité de l'usine, avait-il indiqué.

Mercredi, M. Abiad a réaffirmé que les usines de traitement de l'eau dans le Nord n'étaient pas suffisamment alimentées en électricité, ce qui compromet la qualité de l'eau et favorise la propagation de la maladie. Il a fait état de fréquentes coupures de courant dans les stations de pompage, notant que "l'eau qui reste dans les tuyaux devient polluée au bout d'un certain temps."

Le ministère de la Santé "a pu obtenir des quantités suffisantes de chlore qui seront distribuées", a poursuivi le ministre sortant, indiquant que le ministère "travaille à la préparation d'un hôpital de campagne à Ersal dans la Békaa, alors que huit hôpitaux de campagne sont prêts pour la distribution de fournitures médicales."

L'Unicef à la rescousse

Le 6 octobre, la première épidémie de choléra au Liban depuis près de trois décennies s'est propagée dans les zones rurales du nord du pays, suscitant des inquiétudes quant à la possibilité que la maladie atteigne davantage de personnes ou, pire encore, qu'elle submerge le système de santé publique déjà effondré.

Dans un rapport publié lundi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a déclaré qu'une partie de la mission de son équipe spéciale de lutte contre le choléra au Liban consistera à acheter et à distribuer "de l'eau de Javel, du désinfectant pour les mains, du savon liquide et des comprimés de purification de l'eau à 1 731 écoles publiques (première et deuxième équipes du primaire), à des écoles secondaires et à des établissements d'enseignement technique et professionnel, ainsi qu'à 361 écoles privées gratuites".

Lire aussi

Le Liban est-il prêt à faire face en cas d’épidémie de choléra ?

L'Unicef a également ajouté que depuis le 8 octobre, l'organisation "a distribué 80 000 litres de carburant aux stations de pompage d'eau et aux stations de traitement des eaux usées dans des endroits où des cas de choléra ont été confirmés ou suspectés ; elle a acheté des fournitures médicales d'urgence pour traiter le choléra - y compris 150.000 sels de réhydratation orale et 50 kits de traitement du choléra", ce qui "permettra de traiter 5.000 cas de choléra et les symptômes, y compris la diarrhée modérée à sévère", et "a formé 900 travailleurs de première ligne et partenaires sur la sensibilisation au choléra, y compris la transmission, les symptômes, le traitement, la prévention, la FAQ et les mécanismes d'orientation".

Selon le décompte le plus récent de l'Organisation mondiale de la santé, les cas au Liban surviennent après que plus de 13.000 cas de choléra et 60 décès aient été signalés dans la Syrie voisine depuis août. Selon les experts en infrastructures hydrauliques du pays, l'approvisionnement général en eau des ménages libanais présente un risque moindre que les fruits et légumes contaminés, et des mesures de protection ont été mises en place pour réduire les risques de contamination de l'approvisionnement en eau des habitations.

Le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, a exprimé mercredi son inquiétude face à l'épidémie de choléra au Liban, notant une "propagation rapide de la maladie", et ajoutant que malgré le fait que la plupart des cas ont été enregistrés "parmi les réfugiés (syriens)", il y a eu "une augmentation des cas parmi les Libanais".Lors d'une conférence de presse, le ministre sortant a...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut